Accueil Actualités Obtenir un prêt

Notaires : les prix du m² à Paris vers un nouveau record

PARTAGER SUR
Acheter un appartement devient de plus en plus cher à Paris, et plus généralement en Île-de-France.

L’heureux propriétaire qui a acheté un appartement dans la capitale en 2005, pourrait bien avoir réalisé une plus-value de 69 % en ce moment. Selon les notaires, aujourd’hui les prix du m² à Paris auraient bondi de +5,4 %, à leur plus haut niveau historique. Et le phénomène toucherait même la plupart des départements d’Île-de-France.

Les prix du m² à Paris s’élèvent au-dessus de 2012

Tout le monde a en mémoire la très forte hausse du prix des logements parisiens entre 2009 et 2012. Poussés par une crise économique qui pourrait obliger leur gouvernement à leur demander des comptes, les nouvelles fortunes des pays émergeant commencèrent à investir à l’ouest. Alors que les prix du m² à Paris avaient chuté de 6600 €/m² à 6020 €/m² de 2008 à 2009, ils grimpèrent de +71 % au cours des 3 années suivantes.

Puis ce fut la lente descente jusqu’à 7880 €/m² en 2015. Un phénomène logique dans tout cycle économique : ça monte et ça descend. Mais voici que les taux des crédits immobiliers atteignent un plancher inespéré en 2016. En l’espace d’1 an les notaires constatent que la transaction moyenne remonte à 8320 €/m² à la fin octobre.

Et ce n’est pas fini, à la lecture des avants contrats les études notariales s’attendent à 8440 €/m² en février 2017. Cela représenterait ainsi une hausse de +5,4 % en 1 an, et les prix du m² à Paris atteindraient ainsi leur « record historique ».

Inflation généralisée sur les appartements d’Île-de-France

Les notaires de la région parisienne constataient déjà une hausse des prix de l’immobilier dans leur édition précédente. Cette fois-ci non seulement la courbe ne s’inverse pas, mais l’inflation s’accélère. En février 2017, les variations de prix « seront comprises entre 2 % et 5,4 % selon les départements ».

Dans le Val-de-Marne (94) les acquéreurs devraient payer 30 €/m² de plus pour devenir propriétaire d’un appartement, rehaussant la barre à 5320 €/m². Dans les Hauts-de-Seine (92) l’ajustement se limitera à 10 €/m², soit 4250 €/m².

En revanche les prix des maisons pourraient se calmer en grande couronne. Les notaires constatent que le montant médian de la transaction baisse de 1300 €, atterrissant à 275 000 €. Voilà qui devrait faire le bonheur des jeunes ménages, qui sont prêts à s’éloigner des centres-villes pour trouver ce type de logements.

Ces départements où les prix du m² ont le plus augmenté

Les évolutions des prix de l’immobilier en région parisienne, sont d’autant plus flagrantes sur 3 mois. D’après les relevés des notaires, d’août à octobre l’inflation sur les appartements anciens a atteint +2,1 % dans le Val-de-Marne (94), par rapport à la période mai–juillet précédente. L’ampleur est également importante en Seine-Saint-Denis (93), dans le Val-d’Oise (95) et dans l’Essonne (91), où les prix ont bondi de +1,9 % en 1 trimestre.

Du côté des maisons la hausse est plus modérée, avec toutefois une inflation de +1 % dans le Val-de-Marne (77) et dans le Val-d’Oise (95), et surtout de +1,4 % en Seine-Saint-Denis (93).

Mais aucun de ces départements n’atteint l’inflation du quartier des Épinettes, dans le 17e arrondissement de Paris. En seulement 1 an les prix des appartements ont bondi de +11,9 %, pour s’établir à 7800 €/m². Citons également le quartier de Combat dans le 19e, où les montants des transactions gagnent +11 %. Dans le 4e c’est Saint-Merri qui affiche la plus forte progression, à +9,8 %. Dans le 10e les prix du m² ont gagné +8,9 % à Saint-Vincent-de-Paul, et +8,6 % à la Porte de Saint-Denis.

Mais à Paris il y a aussi des perdants. Les prix ont ainsi perdu -5,1 % en 1 an sur les célèbres Champs-Élysées, et surtout -17,4 % dans le quartier de La Madeleine (8e).

Posez vos questions, commentez

commentaires