Accueil Actualités Comparatif crédit immobilier

Les taux immobiliers ont-ils baissé en février ?

Avec un rendement moyen des OAT à 10 ans plus faible en février, la logique voudrait que les taux de prêt immobilier aient encore baissé. L’historique prouve que les banques ont toujours profité de bonnes conditions d’auto financement pour prêter moins cher aux particuliers. Même si c’est difficile à croire, investisseurs et accédants à la propriété ont très bien pu bénéficier de meilleurs taux que leurs contemporains du mois de janvier.

Rendement moyen des OAT 10 ans en février : 0,570 %

Le mois dernier, l’État français a procédé à 19 émissions d’obligations remboursables à 10 ans, la première le 2 février pour un rendement de 0,551 %, la dernière le 26 février pour un rendement de 0,516 %. Le pic a été atteint le 10 février, avec un rendement de 0,647 %. Le calcul montre une moyenne à 0,570 %.

En janvier Bercy a lancé 21 souscriptions pour un rendement moyen de 0,643 %. La première le 2e jour du mois à 0,785 %, la dernière le 30e jour à 0,547 %. Le plus haut rendement a été atteint le 8 janvier, à 0,795 %.

En clair, l’État a pu emprunter moins cher qu’en janvier pour prêter à ses banques et les conditions sont réunies pour une nouvelle baisse des taux de prêt immobilier.

Un taux immobilier moyen en dessous de 2,29 %, c’est possible ?

Si les sceptiques pensent que les taux des crédits à l’habitat ne pourront pas descendre plus bas, il convient de leur rappeler qu’au 3e trimestre 2008 la moyenne pointait au-delà de 5 %. Finalement arrivés légèrement au-dessus de 3 % au 4e trimestre 2013, les taux n’ont cessé de descendre jusqu’à 2,29 % de moyenne (hors primes d’assurance emprunteur) en janvier dernier.

Mais surtout le graphique élaboré par l’observatoire CSA/Crédit Logement sur la relation entre les conditions de marché et celles octroyées par les banques aux accédants à la propriété et investisseurs en immobilier, ne laisse pas de place au doute. Depuis 2001 les taux des crédits à l’habitat suivent l’évolution de la courbe des OAT à 10 ans. Pourquoi ? Parce que les banques empruntent ainsi à l’État à taux fixe, pour prêter ensuite aux particuliers, toujours à taux fixe.

Rendez-vous dans une semaine pour la prochaine parution de l’observatoire CSA/Crédit Logement, pour confirmer ou infirmer.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires