Accueil Rachat de crédits Portrait du surendettement des particuliers par la Banque de France

Portrait du surendettement des particuliers par la Banque de France

La Banque de France peut déclarer un particulier en état de surendettement, lorsque celui-ci n’est plus en mesure de payer ses dettes. Grâce à un renforcement de la prévention, le nombre de surendettés continue de baisser. La solitude, la perte d’emploi, et les dettes de trésorerie continuent de peser trop lourd dans le budget des ménages, quelque soit leur âge.

Surendettement des particuliers : les chiffres

L’année dernière le surendettement des particuliers pesait 4,45 milliards d’euros pour un total de 521 000 dettes en litige (source : Banque de France). Le montant médian que doit le surendetté s’élève à 14 810 €.

Mais il faut différencier les dettes immobilières des dettes à la consommation.

Il y aurait ainsi près de 28 000 prêts immobiliers en retard de paiement, pour un montant médian de 102 398 €. Après la vente de la résidence principale, le montant de la dette due descend ainsi à 46 098 €.

Il y aurait en ce moment près de 411 000 crédits à la consommation dans le panier du surendettement des particuliers. On compte ainsi 3 dettes par foyer pour un montant médian de 12 700 €.

Le crédit renouvelable est le principal coupable, il se trouve dans 62 % des dossiers pour un montant médian de 5927 €. Non seulement il est cher, mais il peut être facilement dissimulé dans une carte de fidélité de grandes surfaces.

Le découvert bancaire utilisé par la majeure partie des Français pour joindre les 2 bouts, se retrouve dans 45 % des dossiers pour 800 € de médiane. Plus prudentes et plus regardantes que les sociétés de crédit en ligne, les banques ont tendance à limiter leurs facilités de paiement.

De tous ces chiffres on retiendra tout de même que le nombre de surendettés est en baisse depuis plusieurs années, même si leur portrait type ne change pas beaucoup.

Pour info : en juillet 2020 la Banque de France a reçu 7362 dossiers de surendettement contre 4823 en juin. Cette forte hausse du nombre de dépôts est très certainement due à la fin du confinement. Entre les anciens et les nouveaux dossiers, les commissions ont négocié 7164 plans de réaménagement des dettes auprès des créanciers.

Chômage ne veut pas dire surendettement

L’enquête de la Banque de France montre 60,5 % des particuliers en surendettement sont actifs, alors que 39,5 % sont inactifs. Si l’on compte 25 % de chômeurs parmi ces actifs, la plus forte proportion des surendettés est en CDI (27,5 %). Pour autant moins de la moitié d’entre eux ont pu bénéficier d’un redressement personnel (11,6 %).

La catégorie socioprofessionnelle la plus présente dans le surendettement est celle des employés (31,5 %). Viennent ensuite les ouvriers (21,4 %) et les inactifs ayant déjà travaillé (14,4 %). On va tout de même trouver 1,2 % de cadres et de professions intellectuelles supérieures.

Les retraités représentent 15,9 % des dossiers, parmi ces proportions 12 % ont pu être placés en procédure de redressement personnel.

Pour info : un crédit immobilier ou consommation peut être couvert par une garantie perte d’emploi.

Des revenus insuffisants pour payer les crédits

Sans surprise le surendettement des particuliers concerne surtout les ménages les moins riches. Si 53,7 % d’entre eux tirent leurs ressources de leur activité, ils sont 32,9 % apercevoir des revenus inférieurs à 1148 €/mois. Un chiffre plutôt inquiétant car ils représentent 10 % de la population française.

Dans ce contexte les minima sociaux et prestations familiales sont les bienvenus, ces aides représentant respectivement 11 % et 12 % des ressources des ménages surendettés. Au final près de 67 % des foyers en état de surendettement perçoivent moins de 1779 €/mois.

Cette faiblesse de revenus fait que 83 % d’entre eux présentent un patrimoine de moins de 2000 €. Du fait de la présence d’immobilier dans le panier du surendetté, ils sont 14 % à posséder un patrimoine supérieur ou égal à 50 000 €.

Cette situation financière s’en ressent sur la capacité de remboursement. La Banque de France constate que 49 % des particuliers en état de surendettement disposent de 0 € pour rembourser leurs dettes. Tout au plus 29 % d’entre eux peuvent-ils y consacrer moins de 450 €/mois.

Le surendetté est d’âge moyen et isolé

Parmi les particuliers surendettés, 47 % sont en couple, les autres sont isolés. On compte notamment 28 % de divorcés et 20 % de célibataires. Le problème semble davantage toucher les personnes divorcées ou séparées, alors que les banques ont des solutions pour les divorcés.

Les femmes semblent plus touchées que les hommes, elles qui représentent 54,3 % du surendettement des particuliers. Pour les hommes autant que pour les femmes, la tranche d’âge la plus difficile est celle de 45 à 54 ans. Celle de 35 à 44 ans suit de près, tandis que les 18 à 24 ans contiennent très peu de surendettement.

Le surendetté est principalement un locataire (74,5 %), il existe pourtant des solutions pour faire baisser les mensualités des crédits à la consommation. D’ailleurs la Banque de France a réussi à orienter 86,4 % d’entre eux vers un plan de redressement personnel.

Une restructuration de dettes sera plus facile lorsque l’on est propriétaire, même pour un gérant majoritaire d’une URL. On ne trouve ainsi que 7,9 % de propriétaires accédants parmi les dossiers acceptés par la Banque de France. Les propriétaires n’ayant plus de crédit immobilier sur leur logement représentent tout de même 3,6 % des surendettés.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.