Accueil Immobilier Le Prêt à Taux Zéro dans l’ancien paye les travaux

Le Prêt à Taux Zéro dans l’ancien paye les travaux

Maison ancienne restaurée
Le prêt à taux zéro finance 40 % d'une opération immobilière avec travaux destinée à la résidence principale.

On le sait peu, mais le Prêt à Taux Zéro (PTZ) peut également financer l’acquisition d’un logement ancien. Selon les statistiques de la SGFGAS (Société de Gestion des Financements et de la Garantie de l’Accession Sociale à la propriété), le montant du PTZ plus paye le coût des travaux. Le coût moyen de l’opération y est d’ailleurs moins élevé que dans l’immobilier neuf.

Montant moyen du prêt à taux zéro dans l’ancien

Le Prêt à Taux Zéro de l’État ne rencontre que peu de succès auprès de l’immobilier ancien, pour n’avoir financé que 3512 logements au 2e trimestre 2019. Cette formule est pourtant séduisante pour les jeunes acquéreurs, car il peut s’agir d’une forme d’investissement.

Le coût moyen d’une opération d’accession à la propriété ancienne financée par un PTZ, s’élève à 136 716 €. Sur ce montant le dispositif finance en moyenne 45 157 €, ce qui ne laisse que 91 559 € à taux payant.

C’est mieux que le coût moyen d’une opération réalisée dans le neuf, qui s’élève à 218 804 € pour un PTZ moyen de 55 564 €. Résultat : 163 240 € à taux payant pour les acquéreurs.

Au final la SGFGAS constate que le coût moyen d’une opération immobilière financée avec un PTZ dans le neuf, atteint 2944 €/m² contre 1551 €/m² dans l’ancien.

Le PTZ dans l’ancien paye le coût des travaux

Le Prêt à Taux Zéro de l’État peut financer l’acquisition d’un logement ancien destiné à la résidence principale, mais uniquement en zones B2 et C. Il peut s’agir de la transformation d’un local en logement, ou d’une habitation dans laquelle les travaux représentent 25 % du coût de l’opération. Il est possible de créer une surface habitable supplémentaire, de moderniser, d’assainir, d’aménager ou d’effectuer des travaux d’économie d’énergie.

Le PTZ dans l’ancien finance ainsi 40 % du montant du projet immobilier. D’après les chiffres de la SGFGAS, son montant moyen atteint 45 157 € pour 45 286 € de travaux. L’aide se monte presque au coût du chantier, pour déboucher sur un logement ancien qui peut être aussi bien isolé qu’un appartement neuf.

La zone C représente 40 % des distributions de prêts à taux zéro dans l’ancien. Dans ces 30 000 communes rurales qui couvrent 90 % du territoire et hébergent 40 % de la population, il s’est monté à 37 346 € pour 22 367 € de travaux.

En zone B2 l’État a distribué 1423 PTZ dans l’ancien au 2e trimestre 2019. Le montant de l’aide s’est élevé à 38 705 € pour 17 673 € de travaux. Chaque résidence principale ainsi financée a coûté en moyenne 179 456 €.

Ces français qui achètent leur logement avec un prêt à taux zéro

Les conditions de ressources pour être éligible au PTZ sont suffisamment larges pour s’adresser à une grande partie de la population. En zone C un couple avec 2 enfants percevant 48 000 €/an y a droit. En zone A ses ressources ne doivent pas dépasser 74 000 €/an.

Dans ce contexte la SGFGAS note que 14 % des bénéficiaires sont des cadres. La plus haute proportion reste dans la catégorie des employés (36 %), suivie par les professions intermédiaires (22 %) et les ouvriers (22 %).

L’âge moyen de l’emprunteur est de 33 ans, même si plus de la moitié d’entre eux ont de 26 à 35 ans. La majorité finance l’opération avec un organisme de cautionnement, la durée moyenne du prêt à taux zéro atteint 22 ans.

Rappelons que le remboursement du capital peut être différé de 5 ans, 10 ans ou 15 ans. Puis la période de remboursement varie entre 10 ans et 15 ans, selon des critères de revenus, de zonage géographique et du nombre de personnes destinées à occuper le logement.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Tous les articles

Une question ? Un commentaire ? On vous répond !

500
  Abonnez-vous à ce fil de discussion  
Notifier de