Accueil Consommation

Prêt conso : combien peut-on emprunter avec 200 €/mois ?

Les taux des prêts à la consommation continuent de baisser, la moyenne s’établit aujourd’hui à 4,40 % contre 5,06 % en février. Le calcul montre que cet ajustement débouche désormais sur une augmentation du pouvoir d’achat des ménages. Ils peuvent ainsi emprunter plus pour la même mensualité, ou dépenser moins pour le même montant, focus.

calcul-budget
Savoir calculer ses crédits pour mieux comparer

Calcul de prêt conso pour une mensualité de 200 €

Les chiffres de la Banque de France les plus récents sont parus la semaine dernière. Ils révèlent un taux effectif global (frais inclus) à la consommation moyen de 4,40 % en juillet, contre 5,06 % en février.

Ainsi une mensualité de 200 € tous frais inclus, permettrait aujourd’hui d’emprunter 10 774 € sur 5 ans, pour un coût de 1246 €. La même opération effectuée aux conditions de février, permettrait d’obtenir 10 583 €, pour un coût de crédit de 1417 €.

Des mensualités de 200 € remboursées pendant 5 ans au TEG moyen de juillet (4,40 %), permettent d’emprunter 1,8 % de plus qu’en février, pour un coût diminué d’environ -13 %.

À l’inverse, un prêt à la consommation de 5 000 € remboursable sur 4 ans à un TAEG de 4,40 %, donnerait des mensualités de 113,79 € pour un coût total de 461,92 €. Si un consommateur avait souscrit ce prêt aux conditions de février soit 5,06 %, il aurait eu des mensualités de 115,28 €, pour un coût total de 533,44 €.

Dans cet exemple, le calcul montre qu’un prêt conso aujourd’hui permet d’économiser environ -14 % sur le coût du crédit.

Les taux à la consommation baissent, les ménages consomment

Les signes encourageants ne manquent pas dans l’Hexagone. La croissance reste stable au 2e trimestre, mais après une hausse de +0,7 % au 1er trimestre. C’est sans doute dans cette optique que les banques diminuent leurs taux à la consommation, afin de tirer parti de cette éclaircie économique.

Et effectivement les chiffres de la Banque de France montrent que les ménages français continuent d’emprunter de mois en mois. Alors qu’en février les banques et les sociétés de crédit avaient octroyé 3,9 milliards d’euros de prêts amortissables destinés à la consommation, en juillet la production se monte à 4,5 milliards d’euros. La hausse est d’ailleurs plus spectaculaire du côté des crédits à l’habitat, dont l’activité passe de 13,5 milliards d’euros en février, à 21,2 milliards d’euros en juillet.

Même le taux moyen des découverts accordés aux particuliers descend de 7,01 % en juin, à 6,69 % en juillet. Et encore, en août les ménages sont légèrement plus nombreux à considérer que le moment est « opportun de faire des achats importants ».

Il faut dire que moins d’entre eux pensent qu’il est « opportun d’épargner ». Et au vu des rendements du livret A, on ne peut que les comprendre.

Posez vos questions, commentez

commentaires