Accueil Consommation Prêt renouvelable : les banques moins chères que les sociétés de crédit

Prêt renouvelable : les banques moins chères que les sociétés de crédit

Prêts à la consommation

Le prêt conso continue sur sa lancée, avec des souscriptions en nette augmentation. Mais ce sont surtout les banques qui en profitent, s’accaparant plus de la moitié du marché. La raison est simple : les taux d’intérêt y sont 2 fois moins élevés que chez les sociétés de crédit.

Des taux de prêt renouvelable moins chers

L’étude menée par la Banque de France pour le 1er trimestre 2019, confirme le grand fossé qui sépare le canal bancaire et les établissements spécialisés. Car si la moyenne des taux des crédits renouvelables se situe à 8,22 % en mars 2019, on observe de grandes différences à la loupe.

Ainsi les sociétés spécialisées proposaient du 13,15 % alors que les banques descendaient à 5,37 %. Au final, les crédits renouvelables pouvaient coûter 3 fois moins cher auprès du canal bancaire, qu’auprès des établissements financiers spécialisés.

Taux d’intérêt au sens étroit (TSE) des crédits renouvelables, source Banque de France, mars 2019, parution juin 2019
Ensemble 8,21 %
Banques 5,37 %
Sociétés de credit 13,15 %

Visiblement les ménages l’ont compris, sans doute grâce à la généralisation des comparateurs de taux de crédit dans leur comportement de consommateur. Ainsi près de 57 % des prêts renouvelables ont été souscrits auprès du canal bancaire classique au cours du 1er trimestre 2019. Pour autant les foyers ayant besoin de joindre les 2 bouts semblent préférer ce type de financement au découvert bancaire, même s’il est plus cher.

Les ménages français préfèrent le prêt renouvelable

La crise économique de 2008 provoquée en grande partie par l’aveuglement des banques, a fait réagir les consommateurs. La Loi leur permet désormais de mettre fin à un prêt renouvelable, pour le transformer en un crédit amortissable classique, moins cher.

Comparatif des mensualités

 5 000 € sur 4 ans10 000 € sur 5 ans20 000 € sur 7 ans 
Cetelem113 €/mois184 €/mois283 €/moisVoir
Yelloan115 €/mois187 €/mois287 €/moisVoir
Banque Casino132 €/mois193 €/mois-Voir
Cofidis132 €/mois193 €/mois290 €/moisVoir
Cofinoga113 €/mois183 €/mois283 €/moisVoir
Comparatif des mensualités en €/mois pour un prêt personnel de 5000 € sur 4 ans, 10 000 € sur 5 ans, et 20 000 € sur 7 ans. Assurances emprunteurs non-incluses.

Important : ces résultats ont été obtenus le 09 septembre 2019 avec les taux procurés par notre partenaire AWIN, et sur le site de Yelloan. Les résultats ont été arrondis au nombre supérieur. Vous pourriez obtenir des mensualités différentes suite à votre propre simulation.

Des associations s’attaquent aux crédits cachés derrière des cartes de fidélité, rappelant aux foyers que payer demain, c’est payer plus cher.

Pourtant l’information a du mal à entrer dans les habitudes du consommateur. La Banque de France constate ainsi que les ménages possédaient 19,1 milliards d’euros de crédits renouvelables en mars 2019, contre 8,2 milliards d’euros de découverts bancaires.

Les premiers progressent de +1,6 % en 1 an tandis que les seconds stagnent.

Le crédit amortissable le moins cher d’Europe

Dans la zone euro il faut compter 5,6 % pour un crédit amortissable, contre 6,42 % au Royaume-Uni. Le Brexit ne va pas arranger la situation des citoyens de la Couronne, qui vont lorgner de ce côté-ci de la Manche avec envie. Car en France le taux de prêt amortissable moyen descendait à 3,8 % en mars 2019.

Si l’on considère uniquement les taux des découverts bancaires et des prêts renouvelables, les Anglais qui ont du mal à boucler leurs fins de mois payent en moyenne 9 % d’intérêts. C’est tout de même beaucoup mieux que les 1000 % des avances de trésorerie à très court terme. Si si, vous avez bien lu : 1000 %, la preuve ici.

Mais les Français font également des jaloux de l’autre côté des Alpes, et cela n’a rien à voir avec la victoire en coupe du monde. En Italie les frais pour la souscription d’un crédit à la consommation amortissable se montaient à 1,50 % de la somme empruntée. En France il ne fallait compter « que » sur 0,28 %, alors qu’en Allemagne les emprunteurs ne payent rien : 0 %.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Tous les articles

Une question ? Un commentaire ? On vous répond !

500
  Abonnez-vous à ce fil de discussion  
Notifier de