Accueil Consommation Quand le prêt travaux pour rénovation énergétique est un placement rentable

Quand le prêt travaux pour rénovation énergétique est un placement rentable

mise à jour: 19 décembre 2018

Aujourd’hui il est possible d’obtenir un prêt travaux de 30 000 € sur 7 ans, pour un taux à partir de 3,65 %. Ce montant suffirait à abaisser l’étiquette énergétique d’un logement de 91 m², jusqu’à diminuer sa facture de chauffage par 2. Un simple calcul montre que le prêt travaux pour isolation devient un placement plus rentable qu’une épargne bancaire.

Dépenses énergétiques des logements selon leur isolation

Un logement bâti aux normes RT 2012 (anciennement BBC 2005) consomme 50 kWh/m²/an. Cette norme est obligatoire pour tous les logements neufs, les particuliers achetant une maison neuve ou un appartement neuf en bénéficient. La consommation énergétique d’un logement est classé en 7 niveaux, de A (50 kWh/m²/an) à G (plus de 450 kWh/m²/an).

En prenant en considération les 2 facteurs suivants :

  • un tarif bleu EDF à 0,15 € par kilowatt heure de moyenne,
  • un logement de 91 m² (moyenne nationale INSEE).

Cette surface consommerait ainsi 682 € par an pour chauffer ses habitants. Pour la simplicité de l’exemple, on ne tient pas compte du nombre de personnes occupant les lieux (plus on est nombreux, plus on se tient chaud).

Les habitations dans le diagnostic de performance énergétique C, dépensent 91 kWh/m²/an au minimum. Les occupants s’en sortent donc pour 1242 € de chauffage par an.

Mais pour les autres, les logements très mal isolés en E, il faudra compter sur 231 kW h/m²/an au minimum. Le budget chauffage montre ainsi à 3153 € par an.

Pour les logements moyennement isolés en D, la consommation en chauffage minimum est de 151 kW h/m²/an, soit un budget de 2061 €.

La différence de consommation énergétique entre une maison ancienne très mal isolée en E et une autre en A, équivaut à une économie de 2471 €/an.

Le prêt travaux pour rénovation énergétique : quelle économie?

Pour protéger un logement contre la perte de chaleur, il est nécessaire de poser fenêtres et portes étanches, et d’isoler le plafond. Il est difficile d’établir un coût ici, car le montant du devis dépend de la qualité des matériaux acquis, du nombre de parois à changer, et du niveau de difficulté de l’intervention.

En effectuant une synthèse des chiffres procurés par les médias spécialisés en isolation des logements, on en déduit que 300 €/m² de travaux sont nécessaires pour améliorer suffisamment la performance énergétique. Pour une habitation de 91 m², nous pouvons raisonnablement nous baser sur des travaux de 30 000 €.

En tablant sur un prêt travaux de 30 000 € remboursé sur 7 ans avec un TAEG de 3,71 %, on obtient des mensualités de 405 €, pour un coût total de 4040 € assurance emprunteur non-comprise.

Ainsi donc pour un budget de 34 000 €, il est raisonnable de faire descendre la consommation d’un logement de E à C. Économies réalisées : 1900 €/an ce qui représente un amortissement sur 18 ans.

Dans ce calcul nous sommes donc loin des 10 ans de rentabilité annoncés par l’ONPE, mais il est possible de l’aborder sous un autre angle.

Faire des travaux : une rentabilité de 50 % sur 10 ans ?

Dans notre exemple, le prêt travaux des propriétaires leur aura donc coûté 34 000 €, pour 1900 €/an de dépenses de chauffage en moins. En 10 ans ils auront donc économisé 19 000 €.

Au bout de ses 10 ans, les améliorations énergétiques qu’ils ont réalisés ont augmenté la valeur de la maison, sachant que le coût des travaux augmente dans le temps.

Pour la simplicité de l’exemple, on ne tiendra pas compte de la plus-value réalisée sur la valeur de leurs biens immobiliers suite à l’isolation. Nous nous limiteront à calculer que 34 440 € d’investissements pour 19 000 € de gains, cela représente plus de 50 % de rentabilité en 10 ans.

Un placement qui pourrait rapporter mieux qu’une bonne assurance-vie, et qui augmente le confort thermique.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer