Accueil Actualités

Prêts immo et conso en hausse : l’économie française se redresse-t-elle ?

La BCE (Banque Centrale Européenne) avait par plusieurs fois abaissé son taux directeur, mais rien n’y fit. Le gouvernement intervint à son tour à l’aide de diverses mesures fiscales, mais sans grand résultat. Jusqu’à ce que tout doucement la consommation et l’emprunt immobilier redémarrent en janvier, pour tenir bon jusqu’en juin. Et justement vendredi dernier l’INSEE confirme : le moral des ménages est stable. Alors, la France voit-t-elle enfin le bout du tunnel ?

28 % de crédits immobiliers supplémentaires accordés

C’est en octobre que le gouvernement de M. Manuel Valls a élargi le prêt à taux zéro. Les revenus d’éligibilité ont été rehaussés, pour se rapprocher davantage de M. Tout-le-monde. Le dispositif fut étendu à l’ancien avec travaux, même en zone rurale. Et pourtant rien n’y fit, la fin de l’année 2014 resta atone.

Le premier signe de reprise vint de la FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers), qui fit état d’une de remontée des ventes de logements neufs au 4e trimestre 2014. La loi Pinel et sa souplesse d’utilisation furent mises en avant, et ces bons résultats confirmés par la note suivante, concernant le 1er trimestre 2015. Les investisseurs sont de retour, toujours plus nombreux que les accédants à la propriété, et les ventes d’immobilier neuf redémarrent.

Pour acheter sa résidence principale, le ménage moyen se tourne plutôt vers l’ancien, moins cher. Ainsi le principal organisme de cautionnement de prêt immobilier de France, Crédit Logement, observait une hausse de + 27,9 % du nombre de dossiers acceptés, pour un montant prêté en progression de + 43,2 %, par rapport au 1er trimestre 2014.

Le redémarrage est allé vite, accéléré par la fin de la baisse des taux et une légère tendance à la remontée. Désormais les banques ne peuvent plus traiter les dossiers dans les temps, et l’on parle même d’une possible remonté des prix de l’immobilier.

3,1 % de crédits à la consommation supplémentaires accordés

La note de conjoncture de l’INSEE sur la confiance des ménages affiche une stabilité, pour le 2e mois consécutif. Si l’indice (94) se situe en dessous de sa moyenne de longue période (100), l’opinion des ménages sur leur situation financière est stable. Ils ne voient également aucune dégradation dans leur capacité d’épargne, et en profitent depuis quelques mois pour se rééquiper.

Pour la Banque de France, l’encours de prêts à la consommation a augmenté de + 3,1 % en avril, par rapport au même mois l’année dernière. Un redémarrage en faveur du prêt personnel et du prêt auto, nous dit l’ASF (Association Française des Sociétés Financières). Si cette dernière observe une légère baisse de – 0,7 % de l’encours en mai 2015, cette correction serait causée par le déficit de 2 jours ouvrables par rapport à mai 2014.

Car sur les 3 derniers mois l’activité du crédit à la consommation aurait augmenté de + 3,4 %, le secteur de l’automobile continuant sa progression. Les ménages utilisent davantage la LOA pour acheter une voiture neuve (+ 13,3 %), et se tournent vers le crédit auto pour les voitures d’occasion (+ 3,5 %). Ils souscrivent plus de prêts de trésorerie (+ 3,7 %) que de crédits renouvelables (-10,3 %), signe qu’ils empruntent intelligemment.

Et la tendance pourrait bien continuer, si l’on en croit les prévisions de l’INSEE qui table sur une croissance de 1,6 % à la fin de l’année 2015. Il ne reste plus qu’à voir l’impact de l’emploi sur toutes ces bonnes nouvelles.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires