Accueil Actualités

Immobilier en Île-de-France : jusqu’à -28 % en petite couronne

Appartements petite couronne parisienne
Les prix des logements franciliens se dirigent vers leur record historique.

Grâce à des taux d’emprunt favorables, le marché immobilier en Île-de-France affiche une hausse des ventes de +19 % . En petite couronne elles ont même bondi au-delà de 25 % de décembre à février, par rapport à la même période l’année précédente. En 1 an le m² reste quasiment stable, à l’exception de 6 villes qui voient leurs prix chuter jusqu’à -28 %.

Immobilier en Île-de-France : les plus gros flops en petite couronne

Sur les appartements :

Ville Prix Sur 1 an Sur 5 ans
1 Villepinte (93) 1780 €/m² -28,8 % -26,4 %
2 L’Haÿ-les-Roses (94) 1900 €/m² -18,1 % -17,9 %
3 Anthony (92) 3930 €/m² -16,4 % -2 %
4 Bagnolet (93) 3660 €/m² -13,3 % +9,4 %
5 Gennevilliers (92) 3130 €/m²  -12 % +4,3 %
6 Malakoff (92) 5020 €/m² -10,7 % +6,6 %

Les chiffres ci-dessus proviennent de la base de données des notaires à la fin février 2015.

C’est donc Villepinte (93) qui n’en finit pas de voir les prix de son immobilier s’effriter. Elle est d’ailleurs actuellement la ville la moins chère de toute la petite couronne, avec des appartements encore plus abordables que dans les métropoles de la grande couronne.

Sur les 35 820 habitants, 59,5 % sont propriétaires des 12 080 logements. Avec un revenu médian de 17 670 € par unité de consommation, le taux de pauvreté atteint 19,7 % (source INSEE).

En 3 mois, les évolutions des prix de l’immobilier en petite couronne semblent s’arranger pour les Hauts-de-Seine (92). Les prix des appartements anciens augmentent de +0,5 %, tandis qu’ils baissent de -0,4 % pour la Seine-Saint-Denis (93) et le Val-de-Marne (94).

Sur les maisons :

Ville Prix Sur 1 an Sur 5 ans
1 Le Pérreux sur Marne (94) 455 000 € -24,2 % +14,8 %
2 Villejuif (94)  350 000 € -18,6 % +10 %
3 Fontenay-sous-Bois (94)  420 000 € -13,8 % +8,1 %
4 Saint-Cloud (92) 945 700 € -13,7 % -18,6 %
5 Noisy-le-Sec (93)  240 000 € -14,3 % ND
6 Montfermeil (93) 215 000 € -10,4 % -12,2 %
7 Villepinte (93) 215 000 € -10,4 % -7,3 %

Source : relevés des notaires à la fin février 2015.

Le prix médian d’une maison ancienne s’est établi à 339 900 € en petite couronne, de décembre à février 2016. Il s’agit d’une augmentation de +0,9 %, particulièrement marquée dans les Hauts-de-Seine (92) avec +1,6 %.

Pendant ce temps le montant des transactions chute de -1,2 % en Seine-Saint-Denis (93). On peut parler de stabilité des prix dans le Val-de-Marne (94), à -0,3 % sur 3 mois. Et pourtant les 3 villes de la petite couronne où les prix des maisons anciennes ont le plus chuté, sont dans le 94.

C’est la ville du Perreux-sur-Marne (94) qui prend la 1ère place dans le palmarès des flops des prix des maisons en petite couronne d’Île-de-France. Et pourtant les chiffres sont bons : 63,7 % des ménages étaient propriétaires de leur résidence principale en 2012, ils sont même 80,2 % à être imposés. Avec un revenu médian de 27 710 €, le taux de pauvreté de 8,3 % (source INSEE) se situe parmi les plus bas de France.

Acheter en petite couronne : faut-il aller là où les prix baissent ?

L’immobilier permet généralement de se dégager une plus-value, à condition de détenir longtemps. La valeur des appartements parisiens a triplé en 20 ans, même si elle s’affiche en baisse depuis 2008.

Pour autant les candidats acheteurs ne doivent pas uniquement se fixer sur les prix, mais sur d’autres facteurs en relation directe avec la qualité de vie. Présence de transport en commun, de services, de commerces, mais également de projet urbains environnants.

Ainsi les actions menées par la mairie sont primordiales pour ajouter de la valeur à un patrimoine immobilier. La politique de l’équipe municipale conditionne l’implémentation de sociétés dans la ville, et in fine l’emploi et la sécurité.

Il est important de préciser que, si les données ci-dessus sont des plus viables pour provenir des notaires, il s’agit de transactions médianes. Cela signifie que la moitié des achats de logements se sont fait en dessus, et l’autre moitié en dessous.

De plus il est difficile de parler avec précision de baisse ou de hausse des prix de l’immobilier en Île-de-France. Effectivement Il est possible que seules les maisons et les appartements les plus abordables se soient vendus, il ne s’agirait donc que d’une baisse du montant des transactions.

Posez vos questions, commentez

commentaires