Accueil Actualités

Palmarès de l’évolution des prix de l’immobilier par ville

Les prix de l’immobilier ancien gagnent +0,1 % sur 3 mois en province. Toutefois la tendance générale est à la baisse sur 1 an, et l’écart pourrait se creuser jusqu’à la fin du mois d’août. De Marseille à Strasbourg, voici le palmarès des évolutions du m² dans les grandes villes, telles qu’enregistrées par les notaires de France.

En province, les prix des appartements anciens baissent plus qu’ils ne grimpent

Cette grande ville où les prix perdent -12,4 %

Le record toutes catégories de la chute des prix de l’immobilier en province, est détenu par la ville de Metz. Les acheteurs du début d’année ont payé -12,4 % de moins que les nouveaux propriétaires de l’année dernière, pour un montant médian de 1570 €/m².

Sa voisine Nancy fait un peu mieux, le m² des appartements anciens chutent de -11,4 %, pour s’établir à 1680 €/m².

La 3e place du classement des sévères ajustements est détenue par Caen. Dans ce poumon économique du Calvados, il ne faut plus que 1740 €/m² pour acheter un appartement ancien, soit une baisse de -9,8 % en 1 an.

Saint-Étienne fait désormais partie des grandes villes les moins chères de France. On peut y acheter un appartement ancien pour 920 €/m², une chute de -8,9 % sur 1 an.

La stéphanoise est suivie de près par la Tourangelle, qui bien que plus chère de ses consœurs du classement avec 2050 €/m², accuse une baisse des prix de -7,6 %. Il sera intéressant de voir si la mise en place de la ligne à grande vitesse Bordeaux–Tours inversera la courbe à l’horizon 2017.

Enfin Marseille subit le même revers, avec une chute des prix des appartements anciens de -7,6 %, désormais établis à 2220 €/m².

Cette métropole où les appartements anciens gagnent +3,1 %

Pour les notaires de France, la remontée des prix de l’immobilier n’est pas générale, et pourrait surtout n’être que saisonnière. Il reste que certaines grandes villes tirent leur épingle du jeu, particulièrement grâce à leur bassin d’emploi et leur qualité de vie.

Et décidément l’Est se caractérise par ses records. La ville de France dont le prix des appartements anciens évolue le plus à la hausse, est Strasbourg. Ce carrefour européen propose désormais ce type de logement à 2370 €/m², soit une augmentation de +3,1 %.

Il faut traverser la France de l’autre côté pour trouver la 2e place du classement. À Rennes les prix ont augmenté de +2,8 % en 1 an, s’établissant à 2320 €/m².

Sans surprise on retrouve Bordeaux dans le trio de tête, avec des prix désormais établis à 3140 €/m², en augmentation de +1,8 %.

Les prix des maisons anciennes évoluent à la hausse

Cette grande ville de l’Est ou les maisons s’achètent à -10,7 %

Les vendeurs de Nancy ont finalement revu leurs ambitions à la baisse. En conséquence le prix médian d’une maison ancienne s’établit désormais à 160 300 €, en baisse de -10,7 %.

Les acheteurs de Poitiers ont pu devenir propriétaires d’une maison ancienne en décote de -9,7 % par rapport à l’année dernière, pour une médiane de 140 000 €.

Surprise, cette métropole qu’est Grenoble a également vu les accédants la propriété négocier âprement. Ils ont pu acheter leur maison 290 000 €, soit -6 % moins cher que l’année dernière.

Enfin Rouen a décidément bien du mal à maintenir les prix de ses biens immobiliers. Les maisons partent désormais à 155 000 €, une baisse de -5,2 % en 1 an.

Cette ville où les prix ont bondi de +7,7 %

La surprise de ce podium est la ville de Troyes, dont le prix médian des maisons anciennes atteint 140 000 €, une augmentation de +7,7 % sur 1 an.

Elle est suivie par Montauban, qui avec des transactions médianes à 159 600 €, voit les prix de ce type de bien immobilier évoluer de +4,3 %.

Il faut croire que les acheteurs de Saint-Etienne préfèrent la maison aux appartements. Ceux d’entre eux qui ont souhaité devenir propriétaires en ce début d’année, ont dû débourser 182 000 € en médiane, soit +3,3 % de plus qu’il y a 1 an.

Amiens fait également mieux que l’année dernière, avec des prix en augmentation de +2,8 %, désormais il faut compter 159 300 € pour acheter une maison ancienne dans la capitale picarde.

Alors, comment évoluent les prix de l’immobilier ?

Il est important de préciser que la note de conjoncture immobilière des notaires de France, prend en compte le montant des transactions. Les prix affichés sont des médianes, la moitié des ventes s’est donc faite à un niveau supérieur, et l’autre moitié à un niveau inférieur.

La tendance à la hausse ou à la baisse reflète surtout les résultats de la négociation entre vendeurs et acheteurs. « Les acquéreurs négocient systématiquement les prix affichés par les vendeurs, qui se sont enfin résignés à revoir leurs prétentions à la baisse », rappelle les notaires.

Il est donc hasardeux d’en conclure que l’immobilier a perdu ou gagné en valeur, en revanche les bonnes affaires sont bien présentes dans certaines grandes villes de province.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires