Accueil Actualités

Les prix du m² augmentent, est-ce que ça va continuer ?

Les prix du m² augmentent dans Lyon et son agglomération.

Après le constat officiel des notaires et de l’INSEE, c’est au tour de plusieurs réseaux immobiliers de constater la hausse des prix du m². Les premiers l’annoncent à +0,5 % sur 3 mois, les seconds à +0,6 % sur 6 mois. Pour autant certaines régions affichent +7,4 %, quand d’autres descendent à -8,1 %. Si les agents sont d’accord pour voir un effet inflationniste continue, l’amplitude globale devrait rester modérée malgré le Brexit.

Ces zones où les prix du m² décollent

Difficile à dire s’il s’agit d’une véritable augmentation des prix du m², ou simplement d’une augmentation du pouvoir d’achat des emprunteurs. Les 2 sans doute, car une compilation de données du Figaro immobilier pointe une envolée de +7,4 % en Auvergne.

Au cours du 1er semestre, le réseau Century 21 a enregistré des transactions pour un prix moyen le plus bas de France : 1283 €/m². Les heureux propriétaires ont acquis 93 m², pour un budget de 107 122 €.

La région Rhône-Alpes aussi compte son lot de communautés rurales. Mais sans surprise la demande est plus forte pour la région lyonnaise, avec pour conséquence une augmentation des prix du m² de +5,9 % sur l’agglomération de Lyon. Le budget moyen de 2644 € s’aligne toutefois avec la grande couronne parisienne. Les acheteurs ont opté pour une surface moyenne de 86 m², légèrement supérieure à la moyenne française de 84,7 m².

En Champagne Ardennes les nouveaux propriétaires ont obtenu plus grand. Pour un prix du m² moyen de 1344 €, ils ont pu emménager dans 94,2 m². Toutefois leur budget de 118 593 € représente une augmentation de +4,6 %. Là encore on ne peut pas s’empêcher d’y voir une amélioration du pouvoir d’achat immobilier provoqué par la baisse des taux.

C’est région où les prix du m² s’écroulent

Bonne nouvelle pour les habitants du nord de la France, ils peuvent acheter une surface moyenne de 100,7 m² avec un budget moyen de 134 796 €/m². C’est que les prix ont chuté de -8,5 % dans le Nord-Pas-de-Calais Picardie, désormais établis à 1392 €. Attention toutefois à ces chiffres qui ne tiennent pas compte de la disparité géographique.

Car chez les notaires, on constate que les prix médians des appartements anciens montent à 1970 €/m² dans le Pas de Calais, Et même à 2800 €/m² à Lille.

Selon le réseau Century 21, les prix du m² baissent de -7,2 % en Poitou-Charentes. Les ménages en ont profité pour acheter une surface moyenne de 98,6 m², pour un budget de 142 161 €. Ils s’en sont donc sortis avec une moyenne de 1543 €/m², tirée vers le haut par les prix de la côte. Les notaires voient notamment des appartements anciens à 2830 €/m² en Charente-Maritime.

Direction le soleil du sud, pour trouver des prix du m² à -5,7 % en Midi-Pyrénées. Le rapport entre le budget et la surface acquise est d’ailleurs parmi les plus intéressants de France. Au 1er semestre 2016, les 129 240 € de dépenses ont permis d’acheter 96,4 m², pour une moyenne de 1468 €/m².

Mais là encore il convient de regarder aux plus près les différences locales. À Toulouse, les notaires enregistrent une transition médiane de 2470 €/m² sur les appartements anciens.

Les prix du m² vont-ils continuer d’augmenter ?

La logique voudrait que la hausse de la demande par rapport à l’offre, crée un phénomène d’inflation. C’est effectivement ce qui arrive en ce moment, la note de conjoncture notaires INSEE constatant +0,5 % sur la France entière au 1er trimestre. Pour autant, plusieurs PDG de réseau d’agents immobiliers interrogés par lefigaro.fr ne voient pas de risque de surchauffe.

Chez Century 21 on annonce que « les délais de vente raccourcissent légèrement pour s’établir à 95 jours ». Chez Guy Hoquet on constate « une baisse des stocks de 11,5 % par rapport à l’année dernière ». Chez ORPI on se limite à une hausse des prix du m² de +0,2 % depuis le début de l’année.

Mais voici que le Brexit vient jouer les troubles fête. Depuis l’annonce officielle des résultats du référendum, Emprunter Malin a vu les demandes de prêt immobilier augmenter de +18 %. Il y a l’aspect sécurité que représente l’achat d’un bien immobilier (quand il est bien mené), mais également la probable baisse des taux bancaires, qui pourrait voir un nouveau record dans les jours qui suivent.

Inévitablement les prix du m² devraient continuer sur leur voix inflationniste, reste à savoir dans quelle ampleur.

Posez vos questions, commentez

commentaires