Accueil Actualités Assurances crédits

Assurance-crédit : ceux qui profitent de la loi Hamon

Le 1er mai dernier un outil est venu renforcer l’application de la loi Hamon. Désormais une banque est tenue de justifier tout refus de changement d’assurance emprunteur, en procurant une liste de garanties détaillées au demandeur. Les prêteurs ne peuvent plus tricher et les emprunteurs payent leurs cotisations moins cher, voici comment.

Cotisations mensuelles d’assurance emprunteur : 45 €

Ce couple de la région parisienne a obtenu un prêt immobilier de 145 000 €, remboursable sur 20 ans (240 mensualités), au taux de 2,20 %. En consultant un courtier en assurances crédit, ils ont opté pour une formule spécifique pour chacun des co-emprunteurs.

Le premier est non-fumeur et ne pratique pas de profession à risque. Son emploi ne nécessite pas d’activité manuelle et il n’effectue pas de déplacements professionnels. Il a choisi une quotité de 100 %, avec la formule comprenant les garanties complètes : décès, PTIA (Perte Totale et Irréversible d’Autonomie), ITT (Incapacité Temporaire de Travail) et IPT (Invalidité Permanente Totale).

Le second est également non-fumeur, ne pratique pas d’activité professionnelle à risque, n’exerce pas de travail manuel et n’a pas besoin de se déplacer sur de longues distances. Il a choisi l’option de base, avec les garanties décès et PTIA (Perte Totale et Irréversible d’Autonomie).

Le taux de cotisation du premier est de 0,23 %, soit un coût mensuel de 27,65 €, pour un coût total de 6635,50 €.

Le taux du 2e et de 0,15 %, ce qui lui donne une cotisation mensuelle de 17,57 €, pour un coût total à terme de 4216,80 €.

Ce couple versera donc 45,22 € par mois à son assurance crédit, pour un coût total à terme de 10 852,30 €.

Faire jouer la loi Hamon pour payer son assurance emprunteur moins cher

Entrée en vigueur le 26 juillet 2014, la loi Hamon permet à un emprunteur de substituer l’assurance crédit proposée par la banque, au cours des 12 premiers mois qui suivent la signature de l’offre de prêt.

Des acheteurs immobiliers peuvent donc accepter l’offre tendue par leur banque, même si elle est plus chère qu’une délégation d’assurance extérieure. Ils demandent ensuite la liste des garanties, que le prêteur doit obligatoirement leur remettre. Il s’agit d’une fiche d’information standardisée transparente, comprenant une liste de questions et de cases à cocher.

Puis les acheteurs contactent un courtier en assurances emprunteurs, et lui remettent la fiche standardisée. Ce dernier consulte alors les offres des assureurs concurrents et revient vers les demandeurs avec une proposition moins chère.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires