Accueil Consommation Financement auto

Le crédit à la consommation progresse grâce à des taux abordables

Foule dans une ville en été
Les ménages profitent d'un coût de crédit historiquement bas.

Alors que le début 2016 était déjà placé sous le signe de la relance économique, le 1er semestre 2017 fut encore meilleur. D’après l’ASF (Association Française des Sociétés Financières), l’utilisation du crédit à la consommation progresse de +4,1 %. Les indicateurs montrent clairement que les ménages français s’équipent, dans un contexte de taux particulièrement abordables.

Voitures d’occasion et amélioration de l’habitat

De janvier à juin, les souscriptions de crédit à la consommation pour voitures neuves ont reculé de -15,4 %, par rapport à la même période l’année dernière. Les automobilistes préfèrent louer avec option d’achat, même si cette formule revient plus cher. Les contrats de LOA progressent de +22,8 % en 1 semestre, pour représenter désormais un chiffre d’affaires de 3,49 milliards d’euros rien qu’en 6 mois.

Si les particuliers ont recours au prêt à la consommation pour financer leur véhicule, ils le réservent aux modèles d’occasion. Au mois de juin ils ont emprunté 320 millions d’euros, ce qui est 5 % de plus qu’en juin 2016. Depuis le début de l’année le crédit pour autos d’occasion dépasse même largement le bon vieux crédit pour voiture neuve.

Les ménages profitent des bons taux d’intérêt bancaires pour équiper leur habitat. L’ASF constate que les crédits destinés à l’ameublement et l’électroménager, progressent de +3,6 % en 6 mois. Une nouvelle dont un bon économiste ne se réjouira qu’à moitié, car il n’est pas économiquement logique de financer un bien périssable à crédit.

Des prêts de trésorerie plus intelligents

Au 1er semestre les ménages ont de moins en moins recours au crédit renouvelable. La souscription de ce type de contrat recule même de -2,7 % en juin 2017, par rapport à juin 2016. Il serait intéressant de calculer le nombre de sorties de crédit renouvelable en crédit amortissable classique.

Les ménages préfèrent les prêts personnels, dont l’utilisation progresse de +3,3 % au 1er semestre. Les Français en ont ainsi emprunté pour 6,85 milliards d’euros, le plus souvent pour effectuer des travaux, ou financer des projets. Ils profitent encore des aides de l’État à la rénovation énergétique, qui suffisent parfois à couvrir le coût du chantier.

Le crédit à la consommation n’a jamais été aussi abordable

En mars 2003, la Banque de France constatait que le TEG moyen à la consommation atteignait 7,32 %. Un coût du crédit qui rendait l’installation d’une véranda difficilement rentable. Mais entre-temps la bulle Internet a explosé, suivie quelques temps après par la bulle des subprimes américaines. Au fur et à mesure des crises, la Banque Centrale Européenne (BCE) a dû abaisser son principal taux directeur, pour le plus grand bénéfice des consommateurs.

En avril 2017 le taux de crédit à la consommation (TEG) est descendu à 3,93 %, son plus bas depuis l’après-guerre. En mai 2017 il s’est quasiment stabilisé à 3,94 %, après avoir navigué en dessous des 4,15 % depuis le début de l’année.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires