Accueil Actualités

Le PTZ+ au secours de l’immobilier

Après l’alarmante enquête mensuelle de l’INSEE sur le bâtiment, le gouvernement se devait de réagir. Le premier ministre M. Manuel Valls et la ministre du logement Mme. Sylvia Pinel ont donc présenté des mesures d’élargissement du PTZ+. Objectif : augmenter de 60 % le nombre de dossiers acceptés, et favoriser l’immobilier en zone rurale.

La nouvelle version du PTZ+

Le prêt à taux zéro permet aujourd’hui d’acheter de l’immobilier neuf tout comme de l’immobilier ancien. Dans les 2 cas il est nécessaire d’obtenir un label de performance énergétique, ce qui peut être problématique dans le cadre d’anciens avec travaux. Car dans la pratique les professionnels sont mal informés sur la conduite à tenir pour permettre à des accédants à la propriété d’obtenir un logement éligible à certaines étiquettes énergétiques.

En revanche, les programmes immobiliers neufs sont vendus avec promesse de mise aux normes. L’objectif annoncé par M. Valls et Mme Pinel est atteindre 70 000 dossiers de PTZ+ en 2015, soit une augmentation de 60 %. Leur stratégie comprend un volet 2014 et un volet 2015.

Le PTZ+ sera plus accessible au 1er octobre 2014

La première mesure prévue consiste à  faciliter l’accès au PTZ+, et devrait prendre effet dès le 1er octobre 2014. Le plafond de revenus devrait donc augmenter pour permettre à plus de primo-accédants de bénéficier d’un prêt à taux zéro pour leur résidence principale. En supplément le plafond d’achat devrait lui-aussi être relevé, tout comme la quotité du PTZ+ dans l’ensemble des crédits obtenus.

Le PTZ+ se recentrera sur les zones rurales

Interrogé par le quotidien Le Parisien.fr, M. Valls a mis en avant sa volonté de recentrer le PTZ+ sur les zones rurales. Aujourd’hui les 44 000 dossiers de prêts à taux zéro accordés annuellement, concernent principalement des zones urbaines tendues. Beaucoup avancent que cette restriction participe à la flambée des prix de l’immobilier neuf.

C’est ainsi que le budget des finances de 2015 devrait recentrer le prêt à taux zéro sur les zones rurales. Il s’adresserait ainsi aux primo-accédants désirant acheter de l’ancien avec travaux, pour des rénovations d’au moins 35 000 €. À première vue, il semble que les zones B1, B2 et C seront concernées.

Le secteur du bâtiment va mal

Dans son enquête mensuelle parue le 25 juin, l’INSEE tire la sonnette d’alarme sur un secteur du bâtiment en berne. L’indicateur synthétique des affaires est au plus bas niveau depuis 2009, et se trouve maintenant en zone défavorable. L’indice de conjoncture de l’activité prévue est négatif, et l’activité actuelle de la construction est nettement inférieure à sa moyenne mesurée sur 22 ans.

Pire encore, l’enquête de l’INSEE montre que les entrepreneurs jugent leurs carnets de commandes en-dessous de leur moyenne sur le long terme. En conséquence, ils sont plus nombreux à indiquer leur intention de se défaire de certains leurs effectifs.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires