Accueil Rachat de crédits Profiter des taux

Quand Ben Bernanke ne peut pas renégocier son prêt

Après l’avoir été à la tête de la banque centrale américaine pendant 8 ans, on pourrait penser que Ben Bernanke était capable de renégocier son prêt immobilier tout seul. Eh bien non, car sa banque le lui a refusé, mettant dans l’embarras tout le système bancaire US au moment où les chiffres du chômage donnent raison à la politique monétaire. Et l’intéressé de qualifier d’excessives les conditions actuelles d’accès au crédit.

Ben Bernanke ne peut pas renégocier son prêt immobilier

Il a bien essayé, mais Ben Bernanke, ancien président de la très puissante réserve fédérale américaine, n’a pas pu renégocier son prêt immobilier. C’est lors d’une conférence à Chicago qu’il a fait part de sa mésaventure devant un public, qui lui a répondu par un tonnerre de rire. Et pourtant il « n’invente rien », sa tentative a bel et bien échoué.

Et selon le financier, qui aujourd’hui gagne pour chaque conférence ce qu’il percevait en l’année dernière à la tête de la FED, l’explication est simple.

Les prêteurs « ont été un peu trop loin sur les conditions de prêt immobilier ». Car si l’année dernière Ben Bernanke disposait d’un emploi salarié, cette année ce n’est plus le cas. Après avoir fermé les yeux pendant de longues années sur la solvabilité de leurs clients, il semble qu’aujourd’hui les banques américaines la scrutent à la loupe.

Les banques des USA pourraient être pointées du doigt

Alors que les chiffres du chômage aux États-Unis sont passés sous la barre des 6 %, leur plus bas niveau depuis le début de l’effet de la crise des subprimes en 2008, les banques pourraient encore être pointées du doigt. Aujourd’hui le marché de l’immobilier américain n’est pas entièrement remis, probablement encore convalescent de sa politique d’attribution de prêts immobiliers à tout va.

Et pourtant Ben Bernanke avait encaissé au mois de mars plus qu’il n’était payé par la banque centrale américaine en 1 an, grâce à une seule conférence. Qui plus est, le bruit court qu’il a perçut une avance d’un million de dollars de la part de son éditeur, avant la publication de son livre.

Alors pourquoi n’a-t-il pas utilisé ce million de dollars pour payer sa maison ? Réponse, par ce que les taux de prêt immobilier aux États-Unis sont suffisamment bas pour permettre aux ménages disposant de capitaux d’investir dans d’autres domaines.

Oui mais outre-Atlantique comme en France, si les banques ne jouent pas le jeu, le secteur de la construction aura du mal à redémarrer.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires