Accueil Consommation Entre particuliers

Le rachat de crédit renouvelable via un prêt entre particuliers

Le mécanisme du rachat de crédit peut aussi être profitable aux emprunteurs ayant fait valoir leurs droits sur un prêt renouvelable. Toutefois les sociétés financières traditionnelles se désintéressent de ces dossiers aux petits montants, peu porteurs en termes de revenus. La solution se trouve alors du côté du prêt entre particuliers, dont les TEG sont d’ailleurs souvent inférieurs à ceux des banques.

Même transformé en prêt conso, le crédit renouvelable reste cher

La législation permet à quiconque de transformer un prêt renouvelable en un prêt personnel à la consommation, et ce à tout moment. Toutefois les conditions de remboursement sont alors celles inscrites au contrat, et c’est là où les emprunteurs s’aperçoivent qu’ils ne les ont pas lus, qu’ils ignoraient qu’elles existaient, et que de toute façon ils ont perdu ledit contrat.

Car les banques ne sont pas bêtes, elles se réservent le droit de faire appliquer des taux au-delà de ceux des prêts de trésorerie personnelle classiques. Car elles savent pertinemment qu’il sera difficile au souscripteur de trouver un repreneur pour son financement ainsi transformé. Effectivement les organismes de rachat de crédit se désintéressent de ces « petites sommes », et les demandes des intéressés ne sont généralement suivies d’aucune réponse.

Et pendant ce temps, le remboursement du crédit renouvelable, même transformé en crédit à la consommation, continue de coûter cher.

Le rachat de crédit renouvelable grâce au prêt entre particuliers

Là où les circuits de financement classique se désintéresseront du cas de ces ménages avec un crédit renouvelable sur le bras, celui du prêt entre particuliers acceptera les dossiers solvables. Il n’existe qu’une seule société sérieuse en France : Prêt d’Union.

Sous la houlette de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) et de l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution), comptant dans ses rangs des actionnaires prestigieux comme le Crédit Mutuel, Xavier Niel et Pierre Kosciusko Morizet, au 11 janvier 2016 Prêt d’Union a accordé pour 263 395 000 € de crédit entre particuliers.

Le principe de la plate-forme est simple : d’un côté des ménages investisseurs déposent un capital, destiné à financer des ménages emprunteur. Les premiers sont rémunérés par une partie des intérêts versés par les seconds.

À la date du 11 janvier 2016, un rachat de crédit d’un montant de 3000 € remboursable sur 5 ans, rapportera 6,8 % au particulier prêteur,  et coûtera un TAEG de 9,12 % au particulier emprunteur, soit un taux débiteur annuel fixe de 6,6 %. Les mensualités se monteront à 58,83 € sans assurance, pour un coût total de 679,80 €.

La trésorerie facile coûte cher à l’emprunteur

La facilité de caisse peut permettre de boucler une fin de mois difficile, c’est le principe de la réserve d’argent sous forme de carte de crédit. On ne demande rien de plus au souscripteur que son adresse, on ne s’occupe que très peu de sa solvabilité, et l’on compense ce risque par des taux élevés.

On rencontre ainsi aujourd’hui des crédits renouvelables de 4000 € sur 36 mensualités pour un TAEG de 13,24 % (Taux Annuel Effectif Global). Si l’emprunteur utilise les 4000 €, il rembourse sur 3 ans pour environ 148 €/mois, soit des intérêts de 930,77 €. Sauf qu’au final on aura ainsi remboursé 25 % de plus que la somme mise à disposition.

Une bien mauvaise affaire si l’on a emprunté pour rembourser ses dettes comme le gouvernement grec. Une mauvaise affaire également si on a utilisé le crédit renouvelable pour s’équiper en électroménager, on obtient ainsi un équipement obsolète au bout de 3 ans, que l’on pourra peut-être revendre au tiers du prix d’achat.

Et pourtant ça marche, pour preuve au cours des 9 premiers mois de 2015, le marché du prêt renouvelable a représenté 7,3 milliards d’euros. Toutefois les performances du secteur commencent à s’essouffler. Les consommateurs sont mieux informés depuis la loi Lagarde de 2010, l’encours souscrit sur ce type de crédit a baissé de -3,8 % par rapport aux 9 premiers mois de 2014.

Posez vos questions, commentez

commentaires