Accueil Investissements immobiliers

Rendement des assurances vie en 2016 : oups…

PARTAGER SUR
Cette année, certains épargnants vont être déçus.

Les performances passées ne présagent en rien des performances à venir. Et pourtant au vu du rendement des assurances vie en 2016, on peut prédire que 2017 sera un moins bon cru. Et encore, on ne dispose que d’une infime partie des chiffres, les assureurs prenant tout leur temps pour sortir les leurs.

Quand l’argent est pas cher, il rapporte peu

Il faudra attendre le compte rendu annuel de la Fédération Française de l’Assurance, pour tirer un bilan sur le rendement des assurances-vie à capital garanti. Ces placements effectués en fond euros rapportent moins que ceux en unités de compte, plus risqués et non-garantis.

Ils dépendent fortement du rendement des marchés obligataires, eux-mêmes variant au gré des politiques des banques centrales. Sur le bon vieux continent européen, la BCE n’y est pas allée de main morte. Par l’intermédiaire de son infatigable directeur, Mario Draghi, pas moins de 80 milliards d’euros ont été injectés chaque mois dans le circuit bancaire depuis 1 an.

En conséquence, les dettes des états de la zone euro sont devenues si peu chères que la France et l’Allemagne empruntent à des taux négatifs à 5 ans et moins. Par tout un mécanisme, les assureurs ont eu bien du mal à procurer de bons rendements en 2016. Les premiers chiffres du prescripteur de contrat Good Value For Money dressent un premier bilan, qui va de 0,04 % à 2,55 %.

Des rendements à 0,04 %, c’est possible ?

Non il ne s’agit pas d’une promotion sur les frais de gestion ou de souscription. Il s’agit bien des intérêts de 0,04 %, versés par 4 produits de La Mondiale Partenaire en 2016. Les habitués seront sans doute déçus mais peut-être pas surpris. En 2013 ils avaient perçu 4,54 % sur leur capital, puis 0,84 % en 2014, et enfin 2,79 % en 2015. Mais au palmarès du rendement de l’assurance-vie le plus bas, il y a un autre produit de La Mondiale Partenaire, qui cette année a rapporté 0 %.

Place aux bonnes nouvelles, plusieurs produits de Carac ont donné 2,45 %. D’autres portefeuille de La Mondiale ont même varié entre 2,10 % et 2,55 %. En tout les assurances-vie en support euros auront tout de même rapporté plus que les 1 % du PEL. Elles auront également couvert l’inflation de 0,6 % constatée par l’INSEE à la fin décembre.

Le rendement des assurances vie encore plus menacé

Les gestionnaires de fonds marchent sur une corde tendue. D’un côté ils ont une obligation de résultat sous peine de voir leurs souscripteurs partir pour la concurrence. Mais de l’autre côté ils subissent les réalités du marché. Et dans un contexte où certains pourraient être tentés de puiser dans leurs réserves pour satisfaire les clients, l’État a préféré intervenir.

La loi Sapin 2 inclut ainsi la possibilité pour la Banque de France de limiter le rendement des assurances vie en support euros, afin d’éviter que certains fonds ne soient en danger. Si l’inflation n’est pas davantage au rendez-vous dans la zone euro, il n’est pas impossible que le dispositif soit expérimenté en 2017. Une nouvelle mal acceptée par les épargnants, qui se consoleront en se disant que lorsqu’un fond fait faillite, c’est de toute façon le contribuable qui le renfloue.

Posez vos questions, commentez

commentaires