Accueil Investissements immobiliers Investir en locatif

Rendement moyen des SCPI : 5,08 % en 2014

L’année dernière les SCPI ont affiché une collecte nette de 2,9 milliards d’euros, un record. Il faut dire que ce placement immobilier financé par les banques fait de plus en plus d’adeptes, notamment grâce à son rendement qui s’établit à 5,08 % en moyenne, avec une pointe à 6,97 %. Mais attention, les détenteurs revendent très peu, la réactivité est essentielle si l’on ne veut pas surpayer ses parts sur le marché secondaire.

Comment investir dans des parts de SCPI ?

Pour acheter des parts de sociétés civiles de placement immobilier l’année dernière, il fallait par exemple attraper l’une des 64 augmentations de capital, effectuées par 26 groupes de gestions. En 2014 les intéressés ont levé près de 2,94 milliards d’euros dans de nouveaux projets immobiliers.

Mais il est quasiment impossible pour un investisseur particulier d’y avoir accès, sans passer par un intermédiaire. Les gestionnaires de fortune et autres courtiers sont les mieux placés, bénéficiant d’informations de la part des gestionnaires sur les prochaines opportunités.

Se rapprocher de l’un de ces professionnels permet d’acheter une partie des actions nouvellement émises, lorsque la SCPI investit dans un mégaprojet. Mais il s’agit d’être réactif, et si l’on ne dispose pas de la totalité du capital à investir, il est préférable de commencer par mesurer sa capacité d’emprunt auprès d’une banque.

Il est également possible d’acheter des parts existantes, vendues par des actionnaires souhaitant s’en séparer. Mais les cas sont rares, d’après l’ASPIM (Association française des Sociétés de Placement Immobilier) « le taux annuel de rotation des parts de SCPI s’est limité à 1,65 % en 2014 ».

En désespoir de cause il est possible de se tourner vers un marché secondaire, où s’échangent les parts de SCPI à capital variable. L’année dernière cette place boursière a connu le même volume que l’année précédente, avec 543,2 millions d’euros de parts échangées. Inconvénient : ce type d’échanges obéit à la loi de l’offre et de la demande, et il n’est pas rare de surpayer ses parts.

Investir dans des SCPI, pour quel rendement ?

L’ASPIM préfère parler de « taux de distribution sur la valeur de marché », ou DVM. Il s’agit donc du dividende versé aux actionnaires, par rapport à la valeur marchande de la part. En 2014 ce taux s’est établi à 5,08 %, un peu moins bien que les 5,15 % obtenus en 2013. Dans son compte rendu annuel, l’ASPIM avance que les revenus distribués ont diminuée de -0,80 %, tandis que le prix moyen des parts a augmenté de +0,54 %, expliquant cet écart.

L’année dernière, 9 sociétés ont distribué un rendement de 6 % et plus à leurs actionnaires, la première place étant attribuée à Fiducial Gérance et sa SCPI Croissance Immo, avec un taux de rendement de 6,97 %. Elles sont en tout 45 à avoir proposé un retour sur investissement de 5 % et plus à leurs souscripteurs.

Toujours est-il que les performances passées ne présagent en rien des performances futures. En novembre dernier, un article du site Lesechos.fr s’interrogeait sur une possible bulle de l’immobilier professionnel en France. L’année dernière le montant des investissements a dépassé les 20 milliards d’euros, soit 30 % de plus qu’en 2013. De plus il reste aujourd’hui 4 millions de m² de bureaux inoccupés depuis plus de 4 ans, pour être mal situés. Dans un contexte économique plutôt mollasson, il peut être logique de s’attendre à ce que le locataire soit en position de force, obligeant les gérants de SCPI à alléger leurs loyers.

Les investisseurs recherchant la prudence pourront toujours adopter une stratégie de diversification, mêlant les SCPI de bureaux, de commerce, de diversification et de spécialisation. L’année dernière ils ont privilégié les bureaux, dont la collecte nette a représenté 62,24 % de la collecte totale.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires