Accueil Investissements immobiliers SCPI

Investir en SCPI : rendement en baisse pour collecte en hausse

Les SCPI sont particulièrement investies dans les immeubles de bureaux.

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier viennent de battre un nouveau record personnel. De janvier à juin, leur collecte nette a grossi de +32 % par rapport à la même période en 2015. Investir en SCPI plaît à davantage de particuliers, tant et si bien que l’offre augmente et que le rendement bat lui aussi un record historique à la baisse.

Les SCPI vont-elles faire moins bien qu’en 2015 ?

Cela faisait plus de 20 ans que le loyer versé par les sociétés civiles de placement immobilier, se situe au-delà des 5 % par rapport à la valeur marchande des parts. Au 1er semestre 1999, investir en SCPI rapportait même en moyenne 8 %, avec des pointes à 10 %. Puis progressivement le rendement s’est effrité, malgré un rebond en 2010.

Et voici que finalement la rentabilité des SCPI descend sous les 5 % de moyenne en 2015. Il reste qu’avec 4,85 % brut avant impôt, les gérants délivrent toujours un retour sur investissement plus qu’honorable. Mais la courbe pourrait ne pas s’inverser cette année, avec des estimations à 4,70 % par Meilleurscpi.com, pour le 1er semestre 2016.

Tout le monde ou presque veut investir en SCPI

Les chiffres de l’ASPIM (Association Française des Sociétés de Placement Immobilier) résume bien l’engouement des particuliers pour la pierre papier. Au cours des 6 premiers mois de 2016, ils ont investi 2,8 milliards d’euros. Certains d’entre eux ont également vendu leurs parts, ce qui au final donne une collecte nette de 2,45 milliards d’euros, soit 32 % de plus que la même période l’année précédente.

Le grand public aime investir en SCPI pour la souplesse du capital de départ, la sécurité des loyers et la facilite de financement. Au final la capitalisation de la pierre papier à bondi de +63 % en 5 ans, représentant aujourd’hui pas moins de 40 milliards d’euros.

Pour ne rien gâcher les particuliers investisseurs sont bien avertis sur la nécessité de détenir leurs parts de SCPI sur une longue période. Pour preuve, le marché secondaire sur lequel s’échangent les parts des sociétés à capital variable, n’a vu son volume augmenter « que » de +5 % au 1er semestre. Les 334,6 millions d’euros d’actions échangées, sont bien loin derrière les 2,9 milliards d’euros investis sur les nouvelles capitalisations.

Investir en SCPI, oui mais les places sont chères

Les gérants des sociétés civiles de placement immobilier, sont conscients du risque de saturation du marché. Certains choisissent de se diversifier géographiquement, en franchissant le Rhin pour aller chercher fortune en Allemagne. Et ça marche, ainsi Nova Pierre Allemagne a dû suspendre sa collecte du 1er juin au 31 août, période mise à profit pour acquérir près de 64 000 m². Dès la réouverture de la souscription, le prix des parts était passé de 250 € à 255 €, soit +2 % en juste 3 mois.

À la fin juin 2016 on comptait 85 SCPI tournées vers l’immobilier d’entreprise. Et ce sont justement les bureaux qui représentent la plus grosse capitalisation. Au 1er semestre les investisseurs y ont misé 1,5 milliards d’euros, un bond de +19,8 %. Mais il y a mieux, la collecte nette en SCPI spécialisées a décollé de +123,5 %, à 240 millions d’euros.

Aujourd’hui toujours minoritaires sur le marché, les SCPI Pinel devraient regagner du terrain grâce à un assouplissement de la réglementation.

L’OPCI met un pied dans la cour des grands

Créé en octobre 2005, l’Organisme de Placement Collectif Immobilier est en quelque sorte la version assurance vie de la SCPI. La loi oblige les gestionnaires à reverser 85 % des résultats aux actionnaires, plus-value incluse. Les OPCI ne sont pas côtés, et ne sont de de fait que lointainement sensibles aux fluctuations des marchés boursiers.

Là-encore la formule séduit les particuliers investisseurs, qui ont accordé 2 milliards d’euros depuis le début de l’année. Un bond en avant de +60 %, pour une capitalisation atteignant désormais 6,6 milliards d’euros. Toujours selon l’ASPIM, en 2015 investir en OPCI a rapporté 3,1 %, tandis que les actions se sont valorisées de +1,8 %.

Posez vos questions, commentez

commentaires