Accueil Consommation Les Français restent attachés au paiement en espèces

Les Français restent attachés au paiement en espèces

mise à jour: 23 mai 2017
Argent euros en espèces
Le français moyen a toujours plus de 30 € sur lui.

Supprimer les paiements en espèces pourrait permettre de récupérer les quelques 268 milliards d’euros de l’économie souterraine mondiale. Mais ne comptez pas sur les Français, qui restent très attachés à leurs billets et pièces. Un sondage Ipsos pour la banque ING montre qu’ils en sont même toujours sur eux, toutefois moins que dans les autres pays.

Le français conserve 33,9 € en argent liquide sur lui

Une économie sans espèce ? 62,5 % des Français n’en ont pas envie. Pour eux l’argent liquide sert à régler des petits montant de 1 à 10 €, principalement car de nombreux commerçants n’acceptent pas la carte de crédit pour de faibles montants. En supplément les billets et pièces sont considérés comme le moyen de paiement le plus rapide.

Ils sont donc 37 % à affirmer détenir « presque toujours » des espèces sur eux. C’est peu par rapport aux 52 % de la moyenne européenne, et selon la banque ING c’est dû à l’habitude de la carte bancaire, « si bien ancrée dans les habitudes des Français ».

Le sondage Ipsos réalisé sur 13 pays d’Europe, plus les États-Unis et l’Australie, a interrogé 14 692 adultes du 13 au 27 février. Il en ressort que les Français conservent 33,90 € constamment sur eux, alors que le reste de l’Europe ne sort pas sans 51,50 €.

Les Français payent peu en liquide

Au cours des 3 derniers jours, 92 % des Turcs ont utilisé des paiements en espèces alors que seuls 64 % des Français ont sorti leur monnaie. Il n’y a d’ailleurs qu’aux USA et aux Pays-Bas où l’on n’aime pas mettre la main au portefeuille. Partout ailleurs plus des 3/4 de la population payent en billets et en pièces, même dans des pays riches comme le Luxembourg et l’Allemagne. Pour autant une autre étude montre les consommateurs en attendent davantage d’un distributeur de billets.

Le sondage montre que 67 % des habitants des pays interrogés, règlent leur déjeuner avec du cash. Plus généralement 61 % d’entre eux transportent pièces et billets à titre d’argent de poche. Aujourd’hui 57 % vont l’utiliser pour payer les taxis et les transports publics.

En revanche quand ils iront au restaurant, ils seront 54 % à régler sans argent liquide. Ceux qui achèteront des cadeaux seront 65 % à choisir une carte de crédit ou tout autre moyen de paiement.

Mais l’étude montre aussi que quitte à choisir entre un magasin qui n’accepte que les espèces et un autre qui ne prend pas d’argent, 80 % des Français choisiraient le premier. 78 % de leurs voisins les Belges feraient pareil.

Vivre sans argent liquide ? Non merci !

Lorsque l’on demande aux Italiens de passer à un mode de vie sans cash, 85 % répondent non. Les plus ouverts sont encore les hollandais (59 %), suivis des Belges et des Français (62 %). Si on leur enlevait leur argent liquide, les Français considèrent qu’il pourrait survivre 3 jours rien qu’avec leur carte bancaire.

Et de toute façon même si cela ne tenait qu’à eux, seuls 30 % des Français vivraient sans cash. L’idée serait tentante pour 21 % des Britanniques, tandis que seuls 40 % des Polonais ne se serviraient plus d’argent liquide s’ils étaient maîtres de leur destin.

Ce qui les ennuie avant tout, c’est la sécurité. Ils sont 49 % à considérer que les paiements en espèces sont sûrs, mais seuls 43 % en pensent de même pour les paiements dématérialisés. D’ailleurs ouvrir leur porte-monnaie permet de respecter la vie privée de 60 % des Français interrogés.

Que les banques en ligne ne désespèrent pas, le marché français leur est plus ouvert que le marché allemand. De l’autre côté du Rhin, 86 % des ménages considèrent que les paiements immatériels sont une véritable passoire à données privées.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer