Accueil Rachat de crédits Trop de dettes

Le surendettement des ménages pèse sur le Nord-Pas-de-Calais

L'activité économique du Nord-Pas-de-Calais a commencé à péricliter dans les années 70.

Avec 3 grands ports littoraux, le tunnel sous la Manche et un fort réseau autoroutier, les départements du Nord et du Pas-de-Calais ne manquent pas d’infrastructures. Malgré cela les chiffres de la Banque de France sont sans appel, c’est dans cette ancienne région que le surendettement des ménages est le plus présent. Et avec l’ajout de la Picardie dans l’ensemble le tableau ne fait que s’obscurcir, à moins que le chômage, cause de tous ces maux, ne se décide finalement à inverser sa courbe.

644 dossiers de surendettement pour 100 000 habitants

L’année dernière, les antennes départementales de la Banque de France ont reçu 20 866 dossiers de surendettement, pour une population de 3 238 642 habitants. La région du Nord-Pas-de-Calais, qui existait encore en 2015, comptabilise donc le triste record de 644 dossiers pour 100 000 habitants.

Pour autant le montant de la dette moyenne n’est « que » de 33 351 €, proche de la moyenne nationale de 33 555 € et en dessous des 44 031 € de l’Île-de-France. Mais malgré l’activité économique que devrait apporter la proximité de ces 2 départements avec la Belgique et l’Angleterre, le taux de chômage reste accroché à 12,8 % l’année dernière.

Le revenu disponible par habitant est l’un des plus bas de l’Hexagone : 17 175 €. On compte 9,1 % de la population couverte par le RSA socle, et un taux de pauvreté de 19,3 %.

Un surendettement des ménages somme toute classique

Le premier facteur qui vient à l’esprit pour expliquer la situation du Nord-Pas-de-Calais, est bien le chômage. Car les caractéristiques des surendettés locaux, sont proches du portrait type du ménage surendetté français.

Comme partout en France, le surendettement des ménages concerne la tranche d’âge des 35 à 54 ans. Comme dans tout le reste du territoire, 52 % des dossiers sont déposés par des foyers n’ayant aucune personne à charge. Les divorcés/séparés représentent 36 % des dépôts de demandes, exactement comme la moyenne française.

La différence apparaît surtout au niveau des caractéristiques professionnelles. Dans le Nord-Pas-de-Calais, 37 % des ménages surendettés n’ont aucune activité professionnelle, contre 26,6 % en moyenne nationale. On trouve 25,1 % de salariés en CDI dans le panier moyen, contre 29,3 % sur la France entière.

L’écart se creuse lorsque l’on se penche vers les moyens financiers, on y retrouve d’ailleurs le problème du chômage. Car dans ces 2 départements, 1 surendetté sur 6 (59 %) ne dispose d’aucune capacité de remboursement, contre 1 sur 5 (52,8 %) en moyenne nationale.

Nord-Pas-de-Calais-Picardie, du travail pour les commissions de surendettement

Depuis le 1er janvier 2016, la région du Nord-Pas-de-Calais s’est agrandie de celle des cousins picards. Près de 4 800 000 âmes sont désormais administrativement regroupées, sous la houlette de leur nouveau président de région : Xavier Bertrand. Ce dernier aura fort à faire au cours de son mandat, notamment pour gérer le surendettement des ménages. Car l’ancienne région de Picardie n’est pas mieux lotie.

En 2015 la Banque de France y a reçu 8554 dossiers, et dans le département de l’Aisne les antennes locales en ont même vu passer 663 pour 10 000 habitants. Dans l’Oise, l’endettement moyen des ménages concernés se monte à 48 163 €.

Les négociateurs ont pour eux les niveaux historiquement faibles des taux d’emprunt, qui permettent plus facilement d’abaisser des mensualités. Mais seules les propriétaires vont en profiter, or ils ne forment que 15,7 % des dossiers en Picardie, et 8,4 % dans le Nord-Pas-de-Calais. En moyenne, les dettes de consommation représentent 42,2 % des problèmes chez les picards, et 49,6 % chez les ch’tis.

Mais quelle que soit la configuration du panier moyen du surendetté, pour lancer un plan de redressement, il faut des revenus fixes. Et pour cela, il faut du travail.

Posez vos questions, commentez

commentaires