Accueil Rachat de crédits Trop de dettes

Portrait moyen du surendettement des particuliers

L’enquête typologique de la Banque de France sur le surendettement des ménages est parue. On note une légère augmentation de la présence d’une dette immobilière, avec un recul de prêts à la consommation. Comme tous les ans, les surendettés ont eu recours à de la trésorerie renouvelable pour payer leurs mensualités, mal leur en a pris. Leurs revenus restent en dessous de 2000 €, ils vivent majoritairement seuls et sans personne à charge, le département le plus touché est celui de l’Aisne.

Dette immobilière moyenne : 103 151 €

La Banque de France note que l’endettement immobilier est présent dans 10,8 % des dossiers. La cause peut être aussi bien une acquisition que la réalisation de travaux. En 2013, le montant de la dette immobilière moyenne d’un dossier de surendettement atteignait 103 151 €.

Par ailleurs, les chiffres du 2e trimestre 2014 montrent que les crédits à l’habitat sont désormais présents dans 11,7 % des cas, pour un montant moyen de 105 400 €.

Dette de consommation moyenne : 27 303 €

Lorsqu’aucun prêt immobilier n’est présent dans un dossier de surendettement, le montant moyen de la dette s’établit à 27 303 € pour 2013. Par rapport aux années précédentes, on note que la présence des crédits à la consommation est en nette diminution dans chaque dossier. Si l’on s’aperçoit que les prêts renouvelables sont présents dans 73 % des cas, on note que leur part diminue tous les ans, pour ne représenter « que » 27,9 % des montants en 2013.

Il s’agit souvent de prêts de trésorerie souscrits rapidement, une mauvaise idée pour se sortir de l’endettement.

Capacité de remboursement moyenne : moins de 450 €

Dans 81,8 % des dossiers, les ménages surendettés disposent d’une capacité de remboursement inférieure à 450 €. Pour 77,1 % d’entre eux, les ressources mensuelles sont inférieures ou égales à 2000 €. Pour 50,5 % d’entre eux, les revenus se situent en dessous du SMIC, tandis que 12,2 % perçoivent moins que le RSA socle.

Une fois déduites les charges nécessaires à la vie du foyer, il ne reste plus suffisamment pour payer les mensualités.

Près de la moitié a un travail

Près de la moitié des ménages dont le dossier de surendettement a été accepté possède un travail. La catégorie socioprofessionnelle la plus représentée est celle des employés, dans une proportion de 34,8 %. Viennent ensuite les ouvriers à 25,1 %.

Dans l’ensemble, le chômage ne représente que 28,7 % des cas. Il reste toutefois 11,7 % de personnes n’ayant pas de profession particulière, et 9,7 % se sont retrouvées dans cette situation à cause d’un manque d’activité. Les raisons invoquées par le rapport de la Banque de France sont l’invalidité, les congés maladie de longue durée et le congé parental.

Le surendettement des ménages concerne les personnes seules

Cette année encore, le surendetté type vit seul. Divorcés, célibataires, séparés et veufs représentent 64,4 % des dossiers. Plus de la moitié d’entre eux, soit 51,4 %, n’ont pas de personnes à charge.

Rappelons que les frais huissiers sont désormais plafonnés, et que le surendetté peut saisir la commission une 2e fois.

La classe d’âge la plus représentée est celle des 35 – 54 ans, avec une proportion de 53,4 %. Les dossiers 55 – 65 ans représentent 22 % des cas. Mais le surendettement touche également les plus de 65 ans, qui représentent 7,7 % de la totalité.

Le département de l’Aisne (02) est le plus touché

Le département de l’Aisne, en Picardie, est le plus touché de France par le surendettement des ménages. Sur 100 000 habitants, l’antenne locale de la Banque de France a accepté 752 dossiers, le montant de la dette moyenne atteignant 42 644 €. Le revenu annuel net de la population se limite à 18 837 €, le taux de chômage atteint 13,9 %, et 6,3 % de la population perçoit le RSA.

Le département de l’Aveyron (12) est le plus épargné

Le département de l’Aveyron, dans les Midi-Pyrénées, ne comprend « que » 229 dossiers de surendettement pour 100 000 habitants. L’encours moyen de la dette est pourtant au-dessus de la moyenne nationale, à 38 764 €. Si les revenus moyens (18 111 €) sont identiques à ceux de l’Aisne, le taux de chômage se limite à 7,2 %, et uniquement 2,2 % de la population perçoit le RSA.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires