Accueil Actualités Obtenir un prêt

Les taux d’emprunt immobilier sont restés stables, et demain ?

Paris vu du ciel
Il pourrait être plus difficile de devenir propriétaire.

Alors que le rapport mensuel de l’observatoire CSA/Crédit Logement devrait paraître d’ici peu, les réseaux de courtiers tirent déjà un bilan sur les taux d’emprunt immobilier. Le mois de septembre s’est plutôt bien passé, aidé par des marchés proposant toujours de bonnes conditions. Mais la fête est bientôt finie, et l’on pressent un inversement lent et progressif de la courbe en 2018.

Des taux bancaires plus élevés que l’année dernière

Le quotidien lemonde.fr a fait paraître un article la semaine dernière, résumant les observations du réseau de courtiers MeilleurTaux. Il apparaît que la moyenne des taux d’emprunt immobilier sur 20 ans s’est affichée à 1,75 % le mois dernier. Il s’agirait plutôt d’un bon résultat, après la fourchette de 1,30 % à 2,01 % observée en août.

Mais il s’agit clairement d’une hausse par rapport à l’année dernière. En octobre 2016 les ménages devenaient propriétaires sur 20 ans pour 1,45 % de moyenne. Sur un crédit immobilier de 200 000 €, l’ajustement est de taille. Les mensualités qui étaient ainsi de 960 € l’année dernière, grimpent à 988 €. Le coût du crédit sur 20 ans serait aujourd’hui de 37 180 €, soit presque 7000 € de plus que l’année dernière.

Remontée des taux immobiliers en 2018 ?

Depuis 1 an déjà beaucoup des voix avertissent sur un durcissement du coût de l’argent en 2018. Le processus a déjà été enclenché avec l’annonce par la Fed de la fin progressive de sa politique monétaire. En clair : la banque centrale des États-Unis va progressivement relever le coût de l’argent.

Il arrivera un moment où l’effet de cette manœuvre aura franchi l’Atlantique, pour arriver sur les rivages du vieux continent. La Banque Centrale Européenne (BCE) pourrait alors être tentée de l’imiter. En conclusion : si la croissance de la zone euro est au rendez-vous, les taux des crédits immobiliers et consommation pourraient remonter.

Et ça va commencer bientôt ?

Traditionnellement les banques rehaussent leurs taux d’emprunt immobiliers à la fin de l’année. Pourtant aujourd’hui les signaux du marché font au contraire espérer une stabilisation. Le rendement des obligations françaises à 10 ans (OAT 10 ans) est stable, ce qui par un mécanisme compliqué permet de penser que les taux bancaires feront de même.

En supplément les banques ne vont pas durcir leurs conditions une fois passé le 12e coup de minuit. Elles devront d’abord faire face à un problème majeur : le rétrécissement du prêt à taux zéro. Si elles veulent maintenir le dynamisme du marché du logement, et donc leur chiffre d’affaires, elles devront bien faire des efforts.

Il faudra sans doute que les prix du m² se calment, pour permettre de rejoindre la capacité d’emprunt des candidats à la propriété immobilière. Au final on peut raisonnablement anticiper une remontée lente des taux d’emprunt, si lente que certains profils ne s’en apercevront même pas.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires