Accueil Actualités Obtenir un prêt

Prêt immobilier moyen 2,03 %, meilleur taux 1,71 % sur 15 ans

Immeuble de logements
Le pouvoir d'achat immobilier pourrait s'améliorer.

Le mois de mai a vu un nouveau record à la baisse des taux de prêt immobilier. Les emprunteurs ont obtenu en moyenne 2,03 %, pour une durée de 207 mois. Avec de telles conditions les banques demandent désormais moins d’apport, et signent davantage de contrats.

Les banques profitent de la manne des prêts immobiliers

Dès lors que les taux sont historiquement bas, les banques prêteuses sont quasiment certaines que leurs clients n’iront pas faire acheter leur crédit auprès de la concurrence. Elles demandent donc aux emprunteurs de domicilier leur compte courant dans leurs agences, en échange de conditions toujours meilleures. Elles recherchent avant tout une clientèle sur le long terme, consommatrice d’assurance, de produits bancaires, d’épargne et qui sait, de prêts à la consommation.

Ainsi au premier trimestre 2015 le nombre de crédits à l’habitat qu’elles ont accordé a bondi de +28,3 %, par rapport au 1er trimestre 2014. Quant à la masse d’argent prêté, celle-ci a grossi de +41,4 % sur la même période. À la fin du mois d’avril le marché est donc repassé en zone positive, sur 1 an Le nombre de contrats accordés étant en hausse de +1,3 %, et le montant prêté de +8,9 %.

Les taux d’emprunt profitent à l’immobilier neuf et ancien

Le taux moyen du 1er quartile (quart des meilleurs emprunteurs) s’est établi à 1,71 % sur 15 ans, pour la période janvier – mars 2015. Le plus mauvais taux est donc celui du 4e quartile (quart des moins bons emprunteurs) sur 25 ans, qui atteint 3,03 % sur la même période.

En avril la situation s’est encore améliorée, avec une moyenne établie à 2,02 % pour les crédits destinés à acheter de l’immobilier neuf, et à 2,05 % pour les financements concernant du bâti. Et dès lors qu’un tableau d’amortissement inclut moins d’intérêts, les remboursements de capitaux sont plus importants les premières années, ce qui diminue le risque pris par la banque. Ces dernières jouent l’honnêteté, et demandent alors moins d’apport personnel aux accédants à la propriété.

Sur la période janvier – avril 2015, l’apport personnel a baissé de -12,2 %, et les ménages les moins solvables en profitent pour emprunter sur des durées plus longues. Si en avril le contrat moyen se remboursera en 207 mensualité, la part des crédits immobiliers souscrits sur des durées allant de 20 à 25 ans se monte à 35,4 %.

Seule ombre au tableau : le coût relatif

Si les taux diminuent, le coût relatif ne cesse d’augmenter. Le rapport fait état de 3,82 années de revenus pour le mois d’avril, ce qui représente une augmentation de +0,7 % sur les 4 premiers mois de l’année. La cause reste la même : les revenus « des ménages qui réalisent ces opérations » baissent de -0,8 % sur 4 mois.

Toutefois ce facteur s’observe déjà depuis plusieurs mois, sans qu’il ne freine la bonne volonté des banques. Ces dernières s’appuient sur des taux toujours plus intéressants, n’hésitant désormais plus à rallonger la durée des remboursements au-delà de 25 ans.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires