Accueil Actualités Obtenir un prêt

Le taux immobilier moyen peut-il passer sous les 2 % ?

La moyenne des taux de prêt immobilier a pu encore baisser en avril, si l’on en croit la logique des chiffres. Car la principale source de financement des banques en crédit à l’habitat est devenue plus abordable. L’Obligation Assimilable du Trésor remboursable à 10 ans (OAT 10 ans) a en effet battu un record à la baisse le mois dernier, rapprochant désormais l’emprunteur encore plus près des 2 %.

L’emprunteur immobilier va-t-il bénéficier lui aussi de taux avantageux ?

Aujourd’hui la dette souveraine des pays membres de l’euro est peu risquée, car la BCE (Banque Centrale Européenne) la soutient.

Le mécanisme s’appelle Quantitative Easing, il a déjà été testé aux États-Unis avec succès par la Fed. En Europe il s’agit d’un plan de rachat de dette bien cotée sur une durée d’un an et demi, dont l’addition totale se montera à 1 140 milliards d’euros. Concrètement, la BCE rachète la dette des états auprès des banques créancières, assurant ainsi les investisseurs habituels de la solidité de ce placement. Effectivement la BCE étant par essence une planche à billets, cette dernière garantie que les obligations seront bien payées.

Du coup le rendement demandé par les pays émetteurs diminue, et les investisseurs acceptent de jouer le jeu, soucieux de placer l’argent de leurs propres souscripteurs dans un coffre-fort.

Ainsi des pays comme la France peuvent emprunter toujours moins cher, et financer leurs banques, qui à leur tour financent les particuliers. N’oublions pas non plus qu’elles disposent désormais de liquidités à placer.

Au plus cher du mois d’avril, l’État a emprunté à 0,479 % sur 10 ans (le 2 avril), et au moins cher il a battu son record émettant des obligations à 10 ans pour 0,352 % (le 16 avril). Au plus cher du mois de mars, le rendement atteignait 0,638 % (le 6 mars), au moins cher il descendait à 0,42 % (le 11 mars), l’ancien record. Comme on s’en aperçoit la moyenne des taux d’emprunt français est plus faible en avril qu’en mars.

Si l’histoire s’est répétée, les banques en ont profité pour prêter moins cher aux particuliers, faisant ainsi baisser la moyenne des taux de prêt immobilier.

Jusqu’où peut descendre le taux immobilier aux particuliers ?

La baisse des taux de prêt immobilier s’est amorcée en octobre 2013, lorsque la moyenne se situait légèrement au-dessus de 3 %. La chute s’annonça véritablement en janvier 2014, et lorsque que la barre des 3 % fut franchie le mois d’avril suivant, tout le monde se posait la question : « jusqu’à quand ? ». Puis entre-temps la BCE continua sa politique monétaire accommodante, permettant aux banques de faire de même.

La barre des 2,5 % fut franchie au mois d’octobre dernier, et en mars l’observatoire CSA/Crédit Logement enregistrait une moyenne à 2,11 %. Il est impossible de dire si les taux peuvent descendre plus bas, car il n’y a aucun précédent dans l’histoire depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Il y aura forcément un moment où les banques considéreront qu’elles en ont fait suffisamment et qu’il est temps d’en profiter pour augmenter leurs bénéfices. Toujours est-il qu’au vu des chiffres du mois d’avril, un taux immobilier moyen sous la barre des 2 % n’est plus une chimère.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires