Accueil Actualités Obtenir un prêt

Taux immobiliers dans l’ancien : sous la barre des 2 % !

En mai dernier la moyenne des taux d’emprunt pour l’immobilier ancien est descendue à 1,99 %. Malgré des marchés financiers subitement devenus plus chers, les banques ont maintenu leur stratégie d’octroi de crédits à l’habitat. Résultat : la baisse des taux équivaut à un recul des prix de 10 % en 2 ans.

Taux d’emprunt immobilier moyen : 2,01 %

Les prêts immobiliers garantis par la société de caution Crédit Logement ont été souscrits en moyenne à 2,01 % le mois dernier. Émanant de l’un des principaux organismes de cautionnement, on en déduit raisonnablement que ces chiffres sont représentatifs du marché.

Ainsi le taux immobilier actuel moyen s’établit à 2,08 % dans le neuf et 1,99 % dans l’ancien. La durée moyenne continue de progresser, passant désormais à 18,66 ans pour les accédants à la propriété dans l’ancien, et 19,5 années pour les mêmes accédants dans le neuf.

Les investisseurs confirment leur importance pour le bâtiment

Portés par des préoccupations fiscales et la nécessité d’améliorer leur retraite future, les particuliers investissent dans l’immobilier neuf jusqu’à soutenir le secteur. Leur présence est tellement importante qu’elle abaisse le taux moyen à 2,06 % sur la totalité des prêts, accédants et investisseurs confondus.

Rappelons que les taux sont plus importants dans le neuf que dans l’ancien, lorsque la banque permet à l’acheteur de repousser le versement des premières mensualités à la remise des clés. Dans ce cas le prêteur applique des intérêts intercalaires qui peuvent même être ajoutés à la dette, solution certes pratique mais plus chère.

Banques et emprunteurs profitent de taux immobilier inédits

D’après le dernier rapport de l’Observatoire CSA/Crédit Logement, le pouvoir d’achat des ménages aurait augmenté de 10 %, suite à la baisse des taux initiée depuis la fin 2013. Les banques en profitent pour attirer ou fidéliser des clients en leur proposant des conditions imbattables, s’assurant ainsi que ces nouveaux emprunteurs n’iront pas faire racheter leurs crédits pour moins cher chez la concurrence.

Sur les 3 derniers mois les banques ont accordé pas loin de 28 % de dossiers de crédits supplémentaires, par rapport à la même période l’année dernière. Elles ont même prêté davantage, augmentant leur production de plus de 43 %. La demande est telle que les prêteurs sont obligés de rallonger leur temps de traitement pour boucler un dossier dans les règles.

Car la baisse des taux permet désormais aux primo accédants d’acheter leur résidence principale, même dans un contexte où leurs ressources sont en baisse. Aujourd’hui on peut devenir propriétaire avec moins de 3 SMIC, et selon le rapport, les « revenus des ménages qui réalisent ces opérations » ont diminué de -0,9 % sur les 5 premiers mois de l’année.

Qu’à cela ne tienne, les prêteurs vont jusqu’à demander moins d’apport personnel pour s’assurer cette clientèle. Les ménages ayant souscrit un prêt immobilier au cours des 5 premiers mois de 2015 ont apporté près de 12 % de moins que leurs contemporains de l’année dernière.

Posez vos questions, commentez

commentaires