Accueil Immobilier Les taux immobiliers maximum autorisés au 1er trimestre 2018

Les taux immobiliers maximum autorisés au 1er trimestre 2018

Vue des toits de Paris
Le coût du crédit immobilier restera abordable ce trimestre.

Tous les trimestres la Banque de France calcule le taux d’usure immobilier, c’est-à-dire le taux maximum auquel une banque est autorisée à prêter. Il est situé à 33 % au-dessus de la moyenne pratiquée au trimestre précédent. De janvier à mars il démarre à 3,09 %, voici comment en profiter pour diminuer ses mensualités ou acheter avec de gros travaux.

Taux immobilier maximum de 3,09 % à 3,36 % au 1er trimestre 2018

Une banque a le droit de vous refuser un prêt immobilier, et si elle vous l’accorde elle a le droit de vous le proposer au taux qu’elle désire. Elle doit toutefois se limiter aux plafonds d’usure calculés tous les trimestres par la Banque de France. De janvier à mars 2018, ces plafonds sont les suivants :

  • Sur 20 ans et plus : 3,36 %.
  • Sur 10 ans et moins de 20 ans : 3,11 %.
  • Sur moins de 10 ans : 3,09 %.

Le calcul du taux d’usure se fait en déterminant la moyenne des taux effectifs immobiliers accordés par les banques au 4e trimestre 2017. Ce résultat est majoré de 33 %, afin de déterminer le plafond du coût du crédit pour le 1er trimestre 2018. De janvier à mars certains ménage pourraient en profiter pour alléger leur budget.

Regrouper ses crédits pour moins cher, même au taux d’usure

Un particulier ayant au moins 1 crédit immobilier et plusieurs prêts à la consommation, peut les faire racheter par un établissement spécialisé. Il les regroupera en un seul et unique crédit, avec des mensualités abaissées et si possibles un coût du crédit moins cher.

Pourquoi ? Parce que la loi oblige tout regroupement de crédits à se faire au taux immobilier, dès lors que la dette immobilière représente plus de 60 % du panier.

Prenons l’exemple d’un ménage ayant un capital restant dû de 150 000 € sur le crédit de son logement. Admettons qu’il ait encore 9000 € sur un prêt auto, et 5000 € de trésorerie à rembourser. La dette immobilière représente plus de 60 % de l’ensemble, une banque ne peut pas regrouper ces crédits au-dessus du taux d’usure immobilier.

À titre d’exemple, la moyenne des taux immobiliers d’août 2009 s’élève à 4,14 %, soit bien au-dessus du taux d’usure de 3,11 % du 1er trimestre 2018. Cela signifie qu’un ménage ayant souscrit son crédit à l’habitat à cette date, est sûr de pouvoir regrouper ses crédits pour moins cher, tout en conservant la même durée de remboursement.

Cerise sur le gâteau : désormais la banque repreneur peut lui demander de domicilier ses revenus, mais doit lui accorder un avantage individualisé en échange.

Acheter un logement avec plus de 75 000 € de travaux

La majeure partie des Français préfère acheter un logement en bon état, bien isolé, quitte à le payer plus cher. Mais il reste une portion d’entre eux qui souhaite réaliser une bonne affaire, en achetant avec de gros travaux. Leur raisonnement est simple : ils ne paieront de droits de mutation que sur le prix d’achat, et obtiendront un taux immobilier pour les travaux.

Car c’est la loi. Dès lors que des travaux dans un logement dépassent 75 000 €, la banque est obligée d’accorder un taux immobilier. Au 1er trimestre 2018 un crédit immobilier avec travaux ne pourra pas se rembourser au-delà d’un taux effectif de 3,36 % sur 20 ans.

Et encore, selon la Banque de France le taux immobilier moyen accordé par les banques était de 2,52 % au trimestre dernier. Ceci alors que les sociétés de crédit qui accordent des prêts travaux au-delà de 10 ans sont rares. Et lorsqu’elles le font, elles facturent un TAEG de plus de 5 %.