Accueil Actualités

Tendance des taux bancaires du 23 au 29 mai 2016

PARTAGER SUR
Bonne semaine pour le consommateur sur le marché des emprunts.

Comme chaque semaine, voici l’évolution des taux bancaires relatifs à la consommation et l’immobilier. Pas de changement notable, si ce n’est une opération promotion d’ampleur pour une célèbre société de crédit. Le marché des emprunts immobiliers semble s’orienter vers une stabilité, à son niveau plancher historique en cette pluvieuse fin de mai.

Aperçu des taux bancaires sur la consommation pour 10 000 €

Sur 48 mensualités (4 ans)

Banque TEG Mensualités Coût SIMULATION
1 CETELEM 3.49 % 223.29 € 718.08 € SIMULEZ
2 YOUNITED CREDIT 4.50 % 227.63 € 926.23 € SIMULEZ
3 BANQUE CASINO 5.40 % 231.52 € 1112.86 € SIMULEZ

Sur 72 mensualités (6 ans)

Banque TEG Mensualités Coût SIMULATION
1 YOUNITED CREDIT 5.10 % 160.96 € 1 588.87 € SIMULEZ
2 CETELEM 5.30 % 161.89 € 1 655.76 € SIMULEZ

Ces résultats ont été obtenu le 23 mai 2016. Le montant des mensualités, le TEG et le coût du crédit peut varier selon la date à laquelle l’internaute effectue sa simulation.

Cette semaine c’est au tour de Cetelem de jouer les promotions. Le petit bonhomme vert propose un TEG inférieur d’1 point par rapport à son premier concurrent, la plate-forme de prêt entre particuliers Younited Crédits. Si la différence de 4,23 € n’est pas très notable sur une mensualité, au bout du compte l’économie atteint près de 200 € sur le coût du crédit.

Une opportunité sans doute à saisir pour les ménages qui souhaitent effectuer des travaux de rénovation énergétique, mais dont le logement a été construit après le 1er janvier 1990. Les propriétaires de ces jeunes bâtiments n’ont effectivement pas droit à l’éco PTZ, ils doivent donc se tourner vers le crédit à la consommation classique. Notons qu’ils peuvent toutefois toujours bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE).

Encore quelques jours de patience et les chiffres de l’Association Française des Sociétés Financières (ASF) seront rendus publics. Ils ont montré que la souscription de crédit à la consommation avait bondi de +10 % au 1er trimestre 2016 par rapport au 1er trimestre 2015. Si la tendance continue, peut-être que finalement la France serait sur le chemin de la guérison.

Immobilier : les taux bancaires pourraient se maintenir

À la fin du mois d’avril jusqu’au tout début du mois de mai, on notait un signe de possible remonté des taux. Ce signe, c’est le rendement des obligations d’État remboursables à 10 ans, point de repère des analystes.

Pour faire simple : lorsque la France emprunte plus cher sur 10 ans, les banques relèvent leurs taux bancaires immobiliers, et vice versa. Il ne s’agit pas d’une règle, mais plutôt d’une tendance observée sur les 15 dernières années.

Or les 3 levées de fonds effectuées la semaine dernière par le contribuable et par l’intermédiaire de l’agence France Trésor, l’ont été avec des rendements de 0,49 %, 0,473 %, et 0,512 %. Une moyenne proche de celle de la mi-avril, ce qui laisse augurer que jusqu’à présent le taux bancaire immobilier moyen a pu rester inchangé, à quelques détails près.

On reste donc sur une bonne période pour acheter un logement, à condition de le payer au bon prix. Il semble toutefois que l’inévitable inflation n’ait lieu qu’au sein de certaines métropoles. Le consommateur français reste bien informé, et n’a toujours pas l’intention d’abandonner un centime à la loi de l’offre et la demande.

Posez vos questions, commentez

commentaires