Accueil Actualités Négocier un prêt

Tendance des taux de prêt, semaine 38

PARTAGER SUR
Étrange mouvement sur les taux de prêt.

À l’aube de ce dernier tiers du mois de septembre, l’effusion sur la tendance des taux de prêt pourraient faire place à la confusion. D’un côté un grand quotidien économique annonce que les taux immobiliers baissent encore, d’un autre côté les indicateurs montrent qu’une très légère hausse n’est pas impossible. Pour autant les conditions d’emprunt restent attractives, petit tour sur ce qui se dit et sur ce qu’il en est vraiment.

Où l’on apprend que les taux de prêt immo sont encore en baisse

Dans son édition du 15 septembre, la rubrique patrimoine des Échos affiche clairement en gros titre : « les banques prêtent encore moins cher ». L’information est vérifiée par les barèmes des crédits immo obtenus par de grands réseaux de courtiers, comme Empruntis et la Centrale du Financement.

Le premier affirme que 86 % des banques partenaires « affichent encore des baisses ». Le second constate que « la tendance est toujours baissière sur la 2e semaine de septembre ». Rien de bien surprenant, car comme nous l’annoncions au début du mois, septembre est une période propice aux promotions sur les taux de prêt.

Où l’on se demande pendant combien de temps ça va durer

Le principal indicateur sur le niveau des taux de prêt immobilier, est le coût de la dette française à 10 ans. Moins elle est chère, plus les taux accordés aux particuliers sont abordables, et vice versa. La semaine dernière les marchés avaient surpris tout le monde, avec une chute vertigineuse à 0,9 %. On s’attendait donc à une possible nouvelle tendance à la baisse des taux de prêt, mais voilà que la courbe remonte brusquement.

Du 9 au 14 septembre, le coût de la dette française à 10 ans est remonté au-dessus des 0,24 %, son plus haut niveau depuis le 28 juin, lendemain du Brexit. Conclusion : la théorie voudrait que les emprunteurs de cette semaine aient du mal à bénéficier de taux de prêt aussi bons que leurs prédécesseurs de la semaine dernière. Mais entre la théorie et la pratique il peut y avoir un fossé, creusé par la farouche concurrence entre les banques.

Où l’on se rappelle qu’un prêt immobilier se négocie

En août dernier, l’institut de sondage CSA constatait que le taux de prêt moyen obtenu par les souscripteurs de la caution Crédit Logement, s’établissait à 1,48 % pour environ 18 ans. Mais sur 20 ans, la fourchette médiane allait de 1,31 % à 1,90 %. Ceux qui obtiennent les meilleures conditions présentent les meilleurs profils, mais ne sont pas forcément les plus riches.

Les banques apprécient particulièrement les jeunes couples, prêts à domicilier leur compte bancaire chez ce nouveau prêteur, en échange d’un taux avantageux. Si les enseignes comprennent qu’elles ne gagneront pas grand-chose sur le crédit immobilier, elles savent qu’elles ont beaucoup à prendre sur les services bancaires au cours des 40 prochaines années.

Des candidats emprunteur pourraient ainsi obtenir de bonnes conditions en décalage avec les indicateurs du marché, s’ils savent aguicher le directeur d’agence. Selon le montant emprunté, les quelques décimales ainsi obtenues peuvent représenter une économie d’une centaine d’euros par mois.

Posez vos questions, commentez

commentaires