Accueil Actualités

La tendance des taux immobiliers cette semaine

Le mois de septembre est traditionnellement signe d’une forte activité, et les banques entendent bien se tailler une part du marché. Ainsi la semaine dernière, les utilisateurs d’Emprunter Malin ont bénéficié de taux aussi bas que 1,85 % sans apport. Financement avec endettement futur de 35 %, reprise de prêts à la consommation, voici les perles de la semaine dernière.

Mensualités divisées par 2 après un regroupement de crédits à la consommation

Cette famille de Marseille (13) compte 3 enfants à charge, dont le plus grand est majeur. Au fil des années ils ont souscrit 8 prêts à la consommation, et se sont un jour rendu compte que leurs mensualités atteignaient 1200 €. Avec des revenus annuels de 45 000 €, les fins de mois finissaient par devenir poussives.

Ils ont rempli une demande de restructuration de dettes, portant uniquement sur leurs prêts à la consommation, bien qu’ils soient propriétaires.

Le partenaire d’Emprunter-Malin.com a réuni les pièces du dossier, puis les a envoyé à divers organismes de rachat de crédit. La meilleure offre concerne une reprise de 35 000 € de leurs prêts à la consommation, plus l’octroi d’une trésorerie de 4000 €. Malgré l’augmentation de cette dette, le taux fixe de 7,35 % sur 10 ans débouche sur des mensualités de 503,58 €. Cette famille a ainsi la possibilité de payer 2 fois moins d’échéance.

Prêt immobilier à 2,65 % sur 25 ans pour un rachat de soulte

Suite à une séparation, cet habitant du Lot (46) souhaite conserver la résidence principale. Entre le calcul des frais de notaire et la dette restante, il lui fallait emprunter près de 142 000 €. Cette somme doit servir autant à verser une soulte à son ancienne compagne, qu’à financer le capital restant dû. Il perçoit des revenus de 2280 €, ce qui peut paraître juste pour un logement estimé à 220 000 € par un agent immobilier.

Cependant il bénéficie d’un apport de 25 000 €, ainsi le partenaire d’Emprunter Malin a pu interroger les banques et sociétés de crédit spécialisées avec lesquelles il travaille. La meilleure proposition est un prêt de 142 000 € sur 25 ans, pour un taux fixe de 2,65 % débouchant sur des mensualités de 648 € hors assurance. Ce plan de financement permet aux demandeurs un taux d’endettement de moins de 29 %.

Et même avec un taux d’endettement au-delà de 33 %

Généralement les banques n’accordent pas de prêt immobilier, lorsque le taux d’endettement futur dépasse 33 % des revenus imposables nets. Certaines sociétés de crédit sont plus souples, mais il arrive également que les enseignes bancaires soient compréhensives.

Ce fut le cas pour cet autre séparation. Il s’agissait de financer la soulte nécessaire pour profiter du pouvoir d’achat immobilier d’aujourd’hui. Le logement est estimé à 220 000 €, mais il reste une dette de 65 000 €. Bien qu’un notaire n’avait pas encore calculé la soulte, notre partenaire a pu procurer une simulation de financement, sachant que le demandeur disposait d’un apport personnel de 15 000 €.

On estime le coût de l’opération à 132 000 € hors apport, ce qui est finançable sur 15 ans au taux fixe de 2 %. Les mensualités seront ainsi de 848 € hors assurance, ce qui débouche sur un taux d’endettement de 35,30 %.

Et même pas d’apport pour un prêt immobilier

Cet habitant du Rhône (69) souhaite racheter leur part d’héritage à ses 2 cohéritiers. Le bien immobilier est estimé à 220 000 €, et le montant nécessaire pour financer ce rachat est de 154 000 €.

Comme d’autres avant lui ce couple a pu financer sa soulte sans apport, sur une durée de 12 ans pour un taux fixe de 1,85 %. Les mensualités seront de 1190 €, ce qui leur donne un taux d’endettement futur de 31,5 %.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires