Accueil Consommation Financement auto

Voitures : le seuil de l’écotaxe bientôt à 95 g CO2/km ?

Rouler au carburant vert
Le conducteur va-t-il encore passer à la caisse ?

L’information est parue hier dans les colonnes du Parisien. Elle pourrait faire parler d’elle, car le quotidien a prouvé la fiabilité de ses sources par le passé. Tout simplement le gouvernement envisagerait d’abaisser le seuil du malus écologique des voitures neuves.

50 € de malus pour 95 g de CO2/km ?

L’article 1011 bis du Code général des impôts modifié par la loi des finances de 2017, impose une écotaxe pour l’achat d’un véhicule neuf. Le montant démarre à 50 € pour les voitures produisant plus de 127 g de CO2/km.

Si l’objectif est de préserver l’environnement, les mauvaises langues prétendent qu’il s’agit surtout d’une bonne excuse pour taxer les automobilistes. Et ce n’est pas cet article du quotidien LeParisien.fr qui viendra les contredire.

Selon l’auteur Erwan Benezet, le gouvernement envisagerait d’abaisser le plancher du malus écologique à 95 g de CO2/km. Or d’après le CCFA (Comité des Constructeurs Français d’Automobiles), plus de 770 000 modèles neufs ont été vendus de janvier à avril. Ramené sur une année, la mesure pourrait ainsi permettre à l’État d’engranger 100 millions d’euros de recettes fiscales supplémentaires.

Seule une poignée de modèles échappera à la nouvelle écotaxe

Si effectivement le seuil de l’écotaxe est abaissé à 95 g de CO2/km en 2018, quasiment tous les automobilistes seront touchés. Tous les ans, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) publie son classement des véhicules particuliers les moins polluants.

Or d’après le palmarès dressé par LeParticulier.LeFigaro.fr, seuls 59 modèles essence échapperont à la taxe. À ce tarif il vaudra mieux acheter une voiture diesel, le classement montre que 90 modèles se situent à 90 g de CO2/km. D’après le CCFA, en mai dernier 48 % des voitures particulières achetées étaient des diesels.

Augmenter l’écotaxe pour financer un nouveau bonus écologique ?

Ce trou creusé permettrait ainsi d’en remplir un autre, sous la forme d’une prime de 1000 € pour l’achat d’un véhicule vert.  Pour rappel il existe déjà un bonus écologique sur les voitures électriques. Ce nouveau cadeau fiscal pourrait s’adresser aux véhicules bénéficiant des labels vignette Crit’air 1 et/ou Crit’air 2.

Toutefois il nécessiterait la mise à la casse d’une voiture essence datant d’avant 1997, ou d’un modèle diesel d’avant 2001. Dans cette configuration, il est clair que les automobilistes qui donneront seront plus nombreux que ceux qui recevront.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires