Accueil Actualités

Les banques continuent d’aider l’achat immobilier

C’est au début de l’hiver dernier que les banques avaient annoncé leur intention de soutenir le marché immobilier. Près d’1 an plus tard elles ont tenu parole, avec des baisses de taux d’emprunt et une opération portes ouvertes aux primo accédants. Aujourd’hui la remontée des taux est actée, mais l’activité ne faiblit pas et l’achat d’une résidence principale est toujours accessible aux revenus moyens.

26,4 % de prêts immobiliers supplémentaires en 1 an

L’observatoire formé par l’institut de sondage CSA et la société de caution Crédit Logement, constate que le nombre de crédits à l’habitat accordés a bondi de +26,4 % en 1 an. Et en plus d’enchaîner les rendez-vous clientèle, les banques ont mis la main à la poche. Sur la même période les sommes prêtées ont grossi de +32,8 %, particulièrement sous l’effet de l’achat immobilier à but résidentiel.

Toutefois les auteurs du rapport signalent que ces performances sont normales dans le cadre de la reprise du marché immobilier. De telles pics avaient été constatés en 2010 et en 2013, exactement « à la même époque de l’année ».

Car les chiffres sur 3 mois impressionnent davantage. De juin à août le nombre de prêts immobiliers accordés a augmenté de +56,7 %. Quant à la somme prêtée, elle a enflé de +65,3 %. L’observatoire CSA/Crédit Logement temporise, en rappelant que l’été 2014 n’avait « pas été très fameux ».

L’achat immobilier toujours d’actualité malgré la hausse des taux d’emprunt

Malgré des baisses de taux intervenues depuis le 1er trimestre 2014, le marché immobilier n’a véritablement décollé qu’au début de l’année 2015. La ruée vers les banques a eu lieu alors que le taux moyen était proche des 2 %, et ne s’est pour l’instant pas arrêtée. Car l’allongement de la durée des remboursements a absorbé la remontée des taux, permettant ainsi ménages aux revenus moyens de devenir propriétaire.

Pour preuve, le rapport mensuel de l’observatoire CSA/Crédit Logement fait état d’une hausse moyenne du coût du financement à 3,85 années de revenus en août 2015, alors qu’il s’établissait à 3,73 en août 2014. La raison est que les banques accordent désormais des prêts immobiliers à des catégories socioprofessionnelles moins favorisées. En supplément les prêts à taux zéro et autres aides de l’État pour devenir propriétaire viennent renforcer le pouvoir d’achat immobilier des ménages. Ainsi la moyenne des revenus des dossiers acceptés au cours des 8 derniers mois, est inférieure de -0,6 % à celle des 8 mois précédents.

Et ça marche, l’indicateur de tension immobilière du réseau MeilleursAgents observe « une hausse de la demande dans les grandes villes », ce qui n’était pas arrivé depuis 2001. Rien qu’à Nantes, il y aurait aujourd’hui 1,7 acheteurs pour un vendeur, tandis qu’à Lyon et Paris on en compterait respectivement 1,4 et 1,3.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires