Accueil Consommation 2 020 milliards d’euros de dépôts bancaires en France

2 020 milliards d’euros de dépôts bancaires en France

mise à jour: 26 novembre 2018
Salle des coffres
Environ 27 000 € par citoyens se trouvent sur des comptes courants et comptes d'épargne.

Entre les comptes ordinaires destinés à couvrir les dépenses quotidiennes et les livrets de placement, la Banque de France comptabilise 2 020 milliards d’euros de dépôts bancaires. C’est presque autant que les encours de crédit, toutes destinations confondues. Le département de Paris (75) renferme à lui seul 33% des dépôts bancaires du territoire métropolitain.

Plus d’épargne que de comptes en banque ordinaires

À la fin septembre 2018 la Banque de France comptait 2 020,2 milliards d’euros dans les coffres des banques. Si l’on devait les répartir entre les 67,2 millions de français, chacun repartirait avec 30 062 €. Mais les propriétaires des comptes bancaires ne seraient pas tous d’accord.

Fidèle à son habitude, le français est épargnant. Si la totalité des comptes ordinaires créditeurs, professionnels et privés, contient 809 milliards d’euros, cette somme est destinée à couvrir les dépenses. Entre les impôts et l’épargne de précaution, ménages et entreprises ont 1 211 milliards d’euros de côté, soit 66 % de plus qu’ils ne dépensent.

À la fin du mois de septembre 2018 on comptabilisait 486,4 milliards d’euros sur des livrets ordinaires de type livret jeune, livret A ou livret bleu. Si les ménages sont friands du PEL (Plan Épargne Logement) pour y consacrer 272,5 milliard d’euros, ils sont en revanche fâchés avec le CEL (Compte Épargne Logement). Ce dernier ne renferme que 29,1 milliards d’euros, bien loin derrière les 104,7 milliards d’euros qui dorment sur des LDD (Livret de Développement Durable).

Paris, championne des dépôts bancaires

D’accord il y a plus d’habitants à Paris que dans les Bouches-du-Rhône, mais l’écart est surprenant. Le montant total des dépôts bancaires atteints 379,3 milliards d’euros dans la capitale. Ramené au nombre de parisiens, cela équivaudrait à 173 940 € par personne.

À côté de cela les 54,5 milliards d’euros détenus par les Bucco-Rhodaniens se limitent à 27 025 € par tête, ce qui n’est déjà pas mal. Il faut dire que les parisiens ne sont pas très friands de livrets d’épargne. Ils n’y consacrent que 64,6 milliard d’euros, alors qu’ils déposent 97,9 milliard d’euros sur des comptes créditeurs à terme.

Ils conservent 191,8 milliards d’euros sur leurs comptes courants, et pourtant leur encours de crédits de trésorerie s’élèvent à 144,4 milliards d’euros. Vu comme cela on pourrait conclure que les parisiens empruntent presque autant qu’ils ne possèdent. Mais ce serait oublier les fortes différences de richesse qui existent au sein des quartiers et arrondissements.

Ces départements où l’on épargne le plus

Dans le Cantal les Auvergnats épargnent presque 4 fois plus qu’ils ne dépensent. Si les comptes ordinaires créditeurs contiennent 1,4 milliards d’euros, tous leurs livrets et comptes épargne confondus renferment 3,2 milliards d’euros. Les Cantalous possède ainsi un bas de laine de 21 900 € par personne en moyenne.

Dans l’Orne la Banque de France recense 5,2 milliards d’euros sur des comptes épargne et livrets divers. Ramené au nombre d’habitants, cela fait un pactole de 18 180 € par Ornais.

On ne va pas s’installer dans la Creuse pour faire fortune, mais pour y trouver une belle qualité de vie. Alors forcément, on ne dépense pas beaucoup. Les Creusois épargnent ainsi 2 milliards d’euros, soit 16 660 € par habitant en moyenne.

La Haute-Marne aussi possède son lot de richesses, à commencer par son patrimoine forestier. Mais ce n’est pas tout, car les 2,2 milliards d’euros qui dorment sur des comptes d’épargne représentent 12 290 € par personne.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer