AccueilActualité immobilièreQuels sont les risques d'une crise économique en 2022 ?

Quels sont les risques d’une crise économique en 2022 ?

La France continue sa croissance, avec désormais un PIB meilleur que celui d’avant Covid 19. La vaccination massive mais aussi les efforts des banques centrales ont permis à l’économie de redécoller. Nous revoici donc comme en 2019 avec des places boursières surestimées, auxquelles s’ajoutent une inflation grandissante et une guerre en Ukraine. Alors, quel est le risque de crise en 2022 ?

Après la crise économique du COVID 19, place à la guerre en Ukraine

Après une année 2020 catastrophique pour l’économie française, mais une reprise de l’activité plus forte que jamais, les espoirs des économistes sont encore mis à mal à cause d’une nouvelle crise : la guerre en Ukraine.

La croissance du PIB (Produit Intérieur Brut) à l’arrêt

D’après l’INSEE, le PIB (Produit Intérieur Brut) de la France a « bondi » (+0,5 %) au 2ème trimestre 2022, à la baisse comparé au 4ième trimestre 2021 (+0,8 %), mais hausse par rapport au trimestre dernier où le PIB avait stagné (0,0 % de variation). La consommation des ménages continue son recule (-0,2 %) elle aussi après avoir perdu –1,3 % au trimestre dernier.

 

Pourtant, au trimestre dernier, presque tous les pays membres de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique) pays voyaient leur PIB redécoller, comme nous l’indique le tableau des comptes nationaux. Ce tableau compare l’évolution du PIB de ses pays membres d’un trimestre à l’autre.

A premier trimestre 2022, les chiffres sont en train de tomber et ils ne sont pas rassurants. La croissance nulle de la France pourrait être une bonne illustration de la tendance mondiale (exemple : les Etats Unis sont passés de +1,7% de croissance au T4 2021, à -0,4% au premier trimestre 2022).

Le point en Union européenne et aux Etats unis

(Données 2021, en attente des chiffres du 1er trimestre 2022)
Les 19 pays de la zone euro sont en moyenne en progression de +0,3 %. La France est tout de même loin derrière l’Espagne dont la richesse nationale grossi de +2 % au 4e trimestre. Au final, l’ensemble de l’Union Européenne affiche une croissance de +0,4 %. Face à ce chiffre les États-Unis font figure de bon élève avec leurs performances de +1,7 %.

Quant à la Russie, son PIB avait déjà reculé de -0,8 % au 3e trimestre 2021. Avec les sanctions imposées suite à l’invasion de l’Ukraine, il y a fort à parier que la Russie soit en forte récession dès la fin du 1er trimestre 2022. Cependant, il ne faut pas s’attendre à ce que le Kremlin communique ses chiffres officiels. Il est estimé que la Russie dépense 900 millions de dollars par jour pour financer la guerre en Ukraine !

Si personne ne sait combien de temps la guerre en Ukraine va durer, et même si les batailles semblent être à l’avantage de l’Ukraine, pour l’instant les effets se font sentir sur des places boursières déjà fragilisées.

Pour info : un autre indicateur de la santé financière d’un pays est le montant de l’argent qui dort dans les coffres des banques.

La bourse va-t-elle créer une crise en 2022 ?

Déjà en 2019 l’indice CAPE (Cyclically Adjusted Price to Earnings) développé par le prix Nobel d’économie Robert Schiller pointait du doigt le danger d’une bulle boursière. Pour faire simple, plus cet indice est élevé et plus le danger d’un éclatement de la bulle financière est proche.

Si la politique monétaire des banques centrales et notamment de la Fed de la BCE ont fait décoller les marchés boursier, nous sommes clairement en ce moment dans une phase de baisse.

Un indice à suivre : Shiller’s PE Ratio

Au premier abord, cette chute des places boursières présente un aspect rassurant. Au sommet de la bulle, en décembre 2021, l’indice avait atteint 38,31.
L’indice Schiller est aujourd’hui à 30,87 (29 Juillet 2022, date de dernière mise à jour de cet article..
Oui mais même à 30,87 l’indice Schiller est au-dessus de sa valeur qu’il avait lors du jeudi noir de 1929 et du lundi noir en 1987. L’avenir du marché action reste très incertain, et même si les valeurs technologiques ont déjà perdu jusqu’à 80 % de leur valeur depuis le pic, la plus grande vigilance est conseillée actuellement.

Et les choses ne vont sans doute pas s’arranger, car face à l’inflation la Fed procède déjà à des durcissements de sa politique monétaire accommodante.

Où en est le marché action dans le monde ?

A notre dernière mise à jour (29 juillet 2022), le Dow Jones américain recule de -10,00 % depuis le début de l’année, le CAC 40 fait -9,85 % tandis que le Dax allemand se situait à -15,11 %. La réouverture partielle et prudente de la bourse de Moscou a permis aux indices de remonter, pour autant le Nasdaq russe dégringole de -60,10 % depuis le 1er janvier 2022.

Auparavant le cours de l’or avait battu son record le 05 août 2020, pour atteindre 2063 US$ l’once (28,35 g). Le 29 juillet 2022, il se situait à 1 765 US$, soit -4,84 % au-dessous de son niveau de l’année dernière.

La cote de l’or remonte, or l’or est une valeur refuge. Les grands investisseurs pourraient sentir qu’il est temps de se défaire de plusieurs valeurs boursières, et de se réfugier sur le précieux métal jaune.

Que pensent les banques centrales de la situation économique ?

La Réserve Fédérale Américaine tente de rassurer : la banque centrale des États-Unis est en train de fermer le robinet monétaire. Fini l’argent facile des 15 dernières années, d’abord provoqué par la crise financière de 2008, puis par celle de l’épidémie de COVID-19. Pendant longtemps les places boursières américaines ont bénéficié d’argent pas cher pour investir, c’est bientôt le retour à la normale. La bonne nouvelle est que les marchés se sont adaptés à la nouvelle politique monétaire de la FED.

Projections macroéconomiques de la Banque de France

Nous sommes dans un contexte plus incertain que jamais. Et même la Banque de France, qui a pour l’habitude de ne donner qu’un seul scénario moyen, a été forcée de proposer deux hypothèses. Voici un très bon résumé de la situation actuelle en 3 minutes.

La BCE (Banque Centrale Européenne) obligée de faire marche arrière

La Banque Centrale Européenne (BCE) aurait bien aimé faire comme la banque centrale américaine : durcir sa politique monétaire afin de freiner l’inflation. Mais la guerre en Ukraine a changé la donne, en provoquant des sanctions économiques contre Moscou. Si ces sanctions privent le Kremlin d’une partie de ses ressources financières, elles créent également une inflation massive sur l’énergie ainsi que sur certaines matières premières. En conséquence, la BCE va ajuster sa politique monétaire en fonction de l’inflation et de la situation en Ukraine, et la dette de la France risque d’être pénalisée.

La Banque Centrale de Chine se trouve dans une mauvaise situation. Les cas de Covid-19 se multiplient, la guerre laisse des incertitudes, la croissance de la Chine sera sans doute moins forte que prévu. Si l’on ajoute à cela la dette abyssale de ses promoteurs immobiliers, Xi Jin Ping aura bien du mal à aider financièrement son allié Vladimir Poutine.

En Chine, la catastrophe est proche

Le problème des villes fantômes en Chine ne date pas d’hier. Mais il est mis sous le feu des projecteurs depuis 1 an à cause du scandale Evergrande.

Le plus gros promoteur chinois, Evergrande, croule sous une dette de 260 milliards d’euros, du jamais vu. Signe inquiétant : le groupe vient de suspendre sa cotation sur le marché de Hong Kong, alors qu’il était censé rembourser 2 milliards de dollars en mars, et qu’il devra encore rembourser 1,4 milliard de dollars en avril. Evergrande est déjà considéré comme étant en défaut de paiement par les agences de notation. Si le groupe coule, c’est une partie de l’économie chinoise qui pourrait faire de même.

Quelle est la situation en France ?

Comme on l’a vu, la crise sanitaire du Covid 19 est loin derrière les Français. En juillet 2022 les banques ont accordé 6,5 % de crédits immobiliers de plus que l’année dernière (source Banque de France). Beaucoup se demandent d’ailleurs si, vu la situation économique : « l’immobilier va t il baisser en 2022 ? ».

Profitant de taux de crédit à la consommation relativement bas, les ménages français ont emprunté 3,5 % de plus pour des crédits à la consommation en juin.

Taux d’intérêt des bons du Trésor

Les taux d’intérêt à des planchers records ont depuis deux ans fait partie de l’histoire. L’indicateur phare des fluctuations des taux de prêt bancaire est l’OAT 10 ans (Obligations Assimilables du Trésor remboursable à 10 ans). Il s’agit en fait du coût de la dette française à 10 ans. Mais depuis le début de l’année, il qui ne cesse d’augmenter !

Le 2 septembre 2022, l’OAT 10 ans grimpe à +2,14 %, son niveau parmi les plus élevés depuis 4 ans. Historiquement, lorsque l’OAT 10 ans remonte, les taux d’intérêt font de même. Il est donc logique que la tendance des taux immobiliers soit à la hausse en 2022.

Ne pas oublier de prendre du recul sur ces taux d’intérêt

Les médias adorent affoler avec la « remontée des taux d’intérêt ». Mais si on prend un peu de recul, on constate qu’ils n’ont jamais été aussi bas sur les 20 dernières années. De plus, cette remontée est beaucoup moins rapide que l’inflation.

Taux d’intérêt à la hausse = bon moment pour emprunter ?

Avec une inflation record au-dessus des 6%, et des taux d’intérêt encore en dessous des 2%, une bonne manière de se protéger est d’emprunter pour acheter de l’immobilier.

Quand on parle d’inflation, il faut se rappeler que ce n’est pas seulement le coût de l’alimentation et l’énergie qui augmente (même si dans ce contexte de guerre en Ukraine, ces deux facteurs sont à l’origine de l’inflation record). L’inflation touche aussi l’immobilier. Quand les prix montent, tout monte, l’immobilier inclus.

Où en seront les taux dans 20 ans ?

Peut-être proche de 0 %, comme certains économistes le suggèrent. Mais plus probablement, comme l’économie est cyclique, les taux reviendront à des taux que nous avons connus dans le passé. L’histoire nous a montré que même en cas de krach immobilier, les prix remontent et battent des records de décennie en décennie.

Et l’inflation ? Sur le long terme, il a été prouvé qu’elle est en moyenne à 3% par an. Donc avec un bon achat immobilier et un crédit à moins de 2% fixe sur 20 ans, vous vous protégez de l’inflation, et la banque vous paye pour ça.

Inflation à 6,1 % et taux des crédits à 2 %, il faut emprunter

Pour une estimation précise du meilleur taux du moment, remplissez ce formulaire. Emprunter Malin a aidé des milliers d’investisseurs à bien se renseigner avant de signer. Si vous avez compris l’intérêt d’emprunter pour acheter des actifs qui prennent de la valeur avec le temps (comme un bien immobilier), faites la simulation. Vous allez vite comprendre pourquoi il est malin d’emprunter.
Nous vous rappelons une fois de plus qu’il est important de répondre de manière honnête et précise aux questions, sinon les résultats ne seront pas précis.

Quelle inflation en 2022 ?

Si la crise du Covid-19 est derrière nous, nous sommes en plein dans une crise de l’inflation. En cause : la hausse des prix du pétrole, du gaz, du blé, provoquée par la guerre en Ukraine. Au 2 septembre 2022 le cours du baril de pétrole Brent clôturait à 94,17 US$ après avoir atteint son plus haut niveau des 12 derniers mois au cours de la journée du 8 mars.

En cette période de redécollage, la hausse du coût de la vie était de 6,1 % en juillet 2022. L’INSEE nous apprend que le taux de chômage diminue à 7,3 %, notamment le taux de chômage de longue durée retrouve son niveau d’avant crise.

Un achat immobilier pour se protéger de l’inflation ? Emprunter Malin vous propose de simuler le taux et les mensualités de votre emprunt. Découvrez maintenant quelle banque vous propose le meilleur taux.

Faites le test : quel meilleur taux pour votre projet immo ?

Emprunter Malin aide depuis 2015 les Français à mieux se renseigner avant de signer. Des milliers de familles remplissent notre formulaire gratuit et sans engagement pour recevoir des propositions de crédits immédiatement !

Un projet immobilier ? Pour savoir s’il est réaliste, faites la simulation. Remplissez le formulaire ci-dessous. Soyez honnête avec vos réponses pour obtenir une estimation précise.

Fabien Belleinguer
Fabien Belleinguer
Auteur sur le site emprunter–malin.com. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.