AccueilRachat de créditsQuels sont les risques d'une crise économique en 2022 ?

Quels sont les risques d’une crise économique en 2022 ?

La France continue sa croissance économique, avec désormais un PIB comme celui d’avant Covid 19. La vaccination massive mais aussi les efforts des banques centrales ont permis à l’économie de redécoller. Nous revoici donc comme en 2019, avec des places boursières surestimées, mais en supplément des entreprises chinoises surendettées. Alors, y a-t-il un risque de crise économique en 2022 ?

La crise économique du COVID 19 est-elle derrière nous ?

D’après l’INSEE, le PIB (Produit Intérieur Brut) de la France a progressé de +3,0 % au 3e trimestre 2021, revenant ainsi à son niveau d’avant crise. La consommation des ménages y a contribué pour 2,5 points en bondissant de +5 %.

Pour l’instant, presque tous les pays membres de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique) pays voient leur PIB redécoller, comme nous l’indique le tableau des comptes nationaux. Ce tableau compare l’évolution du PIB de ses pays membres d’un trimestre à l’autre.

Les 19 pays de la zone euro sont en moyenne en progression de +2,2 %. La France est 2e derrière l’Autriche dont la richesse nationale grossi de +3,3 % au 3e trimestre. Au final, l’ensemble de l’Union Européenne affiche une croissance de +2,1 %. Face à ce chiffre les États-Unis font figure de mauvaise élève avec leurs performances de +0,5 %.

L’année 2021 fut donc celle de la vaccination. Les chiffres des hospitalisations montrent que ces vaccins sont efficaces, et tout porte à croire qu’ils le sont également face au variant Omicron. D’après un communiqué du ministère de la santé, au 05 janvier 2022 pas moins de 51,87 millions de Français avaient reçu un schéma de vaccination complet.

La crise du Covid 19 pourrait donc être dernière nous, le ministre de la santé Olivier Ferrand s’aventure même à espérer une immunité collective. C’est dans ce contexte que la Banque de France s’attend à une croissance du PIB de +6,3 % en 2021, mais aussi de +3,7% en 2022. Nous voici alors de retour à la situation fin 2019, lorsque les bourses étaient complètement surévaluées.

Pour info : un autre indicateur de la santé financière d’un pays est le montant de l’argent qui dort dans les coffres des banques.

La bourse va-t-elle créer une crise économique en 2022 ?

Déjà en 2019 l’indice CAPE (Cyclically Adjusted Price to Earnings) développé par le prix Nobel d’économie Robert Schiller pointait du doigt le danger d’une bulle boursière. Pour faire simple, plus cet indice est élevé et plus le danger d’un éclatement de la bulle financière est proche.

Or les efforts des banques centrales pour faire redémarrer l’économie ont fait décoller les places boursières tout au long de l’année 2021. La vaccination massive aux États-Unis, dans l’Union Européenne et au Japon, a redonné confiance aux marchés et les traders s’en sont donnés à cœur joie.

Ainsi le 06 janvier 2022 L’indice CAPE est à 38,40 soit son 2e plus haut niveau jamais atteint. La valeur des plus grandes entreprises mondiales pourrait donc être clairement surévaluée par rapport à leur endettement. Cette situation est appelée une bulle financière, et lorsque la bulle ne se gonfle plus on se retrouve face au risque de crise financière.

Et justement l’endettement semble être le problème. Pour sortir de la crise économique de 2008 provoquée par les subprimes américaines, la Chine s’est lancée dans l’immobilier. Les banques de l’empire du milieu ont prêté quasiment les yeux fermés, à des promoteurs qui ont grandi à la vitesse de leurs immeubles.

Résultat : les promoteurs chinois sont surendettés, le groupe Evergrande se retrouve avec une dette de 260 milliards d’euros (oui, vous avez bien lu), les autorités chinoises lui ont donné 10 jours pour détruire 39 immeubles déjà construits.

Mais Evergrande n’est pas le seul, d’autres promoteurs immobiliers chinois sont au bord de la faillite, ce qui pourrait créer une crise économique en Chine. Tout cela dans un contexte de marché immobilier chinois saturé et méfiant. Les précédentes crises économiques étaient venues des États-Unis, la prochaine pourrait très bien venir de Chine.

Au final le 06 janvier 2022 le Dow Jones américain recule de -0,28 % depuis le début de l’année, le CAC 40 fait +1,35 % tandis que le Dax allemand se situait à +1,05 %.

Auparavant le cours de l’or avait battu son record le 05 août 2020, pour atteindre 2063 US$ l’once (28,35 g). Le 06 janvier 2022 il se situait à 1788 US$, à 6 % en dessous de son niveau de l’année dernière.

Les grands investisseurs considèrent que le danger est derrière nous. Si l’or est toujours une valeur refuge ils se tournent surtout vers la bourse, avec tous les risques que cela comporte.

Que pensent les banques centrales de la situation économique ?

La Réserve Fédérale Américaine part en guerre contre l’inflation. Son président Jérôme Powell va donc durcir la politique monétaire de la FED. Objectif : fermer progressivement le robinet pour complètement mettre fin au flux d’argent de la planche à billets avant l’été 2022. Fini l’argent facile et pas cher, les entreprises surévaluées pourraient accuser le coup. D’ailleurs, les bourses mondiales ont plongé le 6 janvier 2022 suite à une annonce de la FED en ce sens.

La Banque Centrale Européenne (BCE) est sous pression. Car par tout un mécanisme les investisseurs institutionnels pourraient préférer la dette américaine à la dette des pays membres de l’euro. Pourquoi ? Parce que lorsque la Fed aura relevé ses taux directeurs, la dette américaine rapportera plus aux investisseurs. Pour l’instant ces mêmes investisseurs remboursent l’argent qu’ils prêtent à la France à taux négatifs. La BCE pourrait annoncer à son tour une hausse de ses taux directeurs.

La Banque Centrale de Chine se trouve au pied du mur. L’endettement massif des promoteurs chinois cache peut-être un autre endettement massif de grandes entreprises. Alors pour leur donner de l’air, la Banque Centrale de Chine a abaissé le taux de réserve obligatoire des banques de 0,5 point. Une mesure qui va certes donner du temps aux entreprises endettées, mais qui ne suffira certainement pas à régler le problème de leur dette. Clairement, la Banque Centrale de Chine est consciente du danger.

Quelle est la situation économique en France ?

Comme on l’a vu, la crise économique de la Covid 19 est loin derrière les Français. En novembre 2021 les banques ont accordé 6,3 % de crédits immobiliers de plus que l’année dernière (source Banque de France). Profitant de taux de crédit à la consommation relativement bas, les ménages français ont emprunté 3,8 % de plus pour des crédits à la consommation.

Mais les taux d’intérêt à des planchers records sont en train de faire partie de l’histoire. L’indicateur phare des fluctuations des taux de prêt bancaire est l’OAT 10 ans (Obligations Assimilables du Trésor remboursable à 10 ans). Il s’agit en fait du coût de la dette française à 10 ans, qui fait le yo-yo entre territoires positifs et négatifs.

Le 4 janvier 2022 l’OAT 10 ans repasse au-dessus de la barre des zéro à +0,23 %. Plus clairement, les investisseurs institutionnels ont tellement confiance en l’économie française qu’ils sont prêts à la payer pour lui prêter de l’argent. Historiquement, lorsque l’OAT 10 ans remonte, les taux d’intérêt font de même. Il est donc probable que la tendance des taux immobiliers soit à la légère remontée en 2022.

La Banque de France est elle-aussi est optimiste. Dans son point de conjoncture économique, la banque centrale nous apprend que l’économie française a retrouvé son niveau d’avant crise, celui qu’elle avait au 3e trimestre 2019. Non-seulement c’est plus tôt que prévu, mais surtout au 4e trimestre 2021 le PIB devrait dépasser de +0,75 % celui d’avant crise.

En cette période de redécollage économique, la hausse du coût de la vie était de 2,8 % à la fin décembre 2021. Le chômage est toujours de 8 %, mais l’INSEE s’attend à ce qu’il descend à 7,6 % au 4e trimestre. Une situation plutôt bonne, alors que l’Union Européenne souhaiterait réduire sa dépendance économique vis-à-vis de la Chine. Affaire à suivre.

Fabien Belleinguer
Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement. Si vous avez des questions, contactez-moi.
Ceci va aussi vous intéresser :

21 Commentaires

S’abonner
Notifier de
21 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Devis Credits Gratuits !

Dernière mises à jour !