Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Vendre en viager sans l’accord des héritiers : est-ce légal ?

Deux personnes a un bureau entrain de regarder des documents

Sous l’effet de nombreux facteurs tels que la croissance de l’espérance de vie et la modicité des pensions de retraite, la vente en viager est de plus en plus prisée par les seniors.

Cette pratique, en plein essor, reste un sujet complexe, bien souvent empêtré dans un maillage réglementaire particulier. En effet, dépassant le simple acte de vente, la vente en viager fait partie des processus de gestion patrimoniale et de la préparation de la retraite.

Plusieurs interrogations peuvent être soulevées dans le cadre de cette démarche, notamment en ce qui concerne la légalité de la vente d’un bien immobilier en viager sans le consentement des héritiers. Examinons ce mécanisme immobilier et explorons ses différents aspects juridiques.

 

La vente en viager en bref

Derrière le terme “viager” se cache un mode de vente d’un bien immobilier un peu particulier. L’idée de base est la vente d’un bien immobilier contre le paiement d’une rente viagère versée de manière périodique au vendeur (crédirentier) par l’acquéreur (débirentier), et ce, jusqu’au décès du propriétaire. Parmi les formules de viager, on distingue principalement :

  • Le viager occupé, dans lequel le vendeur reste dans le bien ;
  • Le viager libre, qui offre une mise à disposition immédiate du bien à l’acquéreur.

Mais la caractéristique essentielle du viager, qui en fait aussi sa spécificité, est le principe de l’aléa. En d’autres termes, cette transaction repose sur un facteur d’incertitude majeur : celui de la durée de vie du vendeur. Ainsi, la somme totale que l’acheteur devra payer ne peut jamais être fixée ou prévisible.

Le contexte juridique de la vente en viager par rapport aux héritiers

La question de la légalité de la vente en viager est essentielle, notamment lorsqu’il s’agit d’aborder la question des héritiers. La loi française permet au propriétaire de gérer son bien immobilier comme il l’entend, à condition qu’il ne soit pas sous tutelle ou sous curatelle. Ce qui implique naturellement la vente en viager sans nécessiter l’accord de ses héritiers.

Il existe cependant quelques exceptions, notamment lorsque le propriétaire ne détient pas seul les droits sur le bien immobilier.

En effet, dans le cas où le bien est détenu en copropriété (propriété de plusieurs personnes), ou si la personne âgée est sous protection juridique, la situation change et la transaction ne peut être réalisée que si les parties impliquées sont d’accord.

Couple de personne âgée dans un jardin

La vente en viager et les héritiers

Lorsqu’un bien immobilier fait l’objet d’une vente en viager, les héritiers peuvent y voir une tentative de déshérence. Quand le vendeur adopte la formule du viager occupé, il garde le droit d’utiliser le bien (usufruit), mais lorsque celui-ci décède, le bien cesse de faire partie de son patrimoine et ne peut pas non plus être transmis à ses héritiers.

Par contre, un viager inoccupé (libre) exclut d’emblée l’habitation des biens de la succession, et la notion d’usufruit ne s’y applique pas.

Tous ces facteurs peuvent être à l’origine de conflits familiaux. Car même si l’accord des héritiers n’est pas légalement requis (sous réserve des conditions susmentionnées), il n’en reste pas moins que le processus de vente en viager peut être ressenti comme frustrant par les héritiers.

Bien que les héritiers ne soient pas légalement en mesure de refuser la mise en place d’un viager (hormis dans des cas particuliers), il est toujours judicieux, en vue du maintien des liens familiaux, d’entretenir une communication sincère et de leur expliquer pourquoi et comment cette décision a été prise.

En effet, des transactions et des relations familiales sereines sont souvent le fruit d’une communication transparente et efficace, en particulier dans le cadre de transactions immobilières qui comportent des enjeux émotionnels et financiers importants.

Des hauts et des bas pour les héritiers

La vente en viager peut s’avérer bénéfique pour les héritiers dans certaines circonstances. En effet, si la personne concernée par la vente en viager éprouve des difficultés financières pour maintenir son niveau de vie ou pour faire face à des dépenses imprévues. Le recours à la vente en viager peut lui permettre de se procurer un complément de ressources financières sans que sa famille ait à le supporter financièrement.

En revanche, ce type de vente entraîne des désavantages non négligeables pour les héritiers. Notamment du fait qu’ils sont privés de la possibilité de percevoir un capital au décès du vendeur et que les questions de succession peuvent se compliquer si la valeur de la rente viagère est supérieure à la réserve héréditaire.

Quelle est la place du conjoint dans le cadre de la vente d’un bien en viager ?

Le statut matrimonial du cédant joue également un rôle important dans la vente en viager. Ainsi, pour les couples mariés, si le bien immobilier sert de résidence principale, il est indispensable d’obtenir l’accord du conjoint, comme le prévoit l’article 215 du Code civil français.

En revanche, dans le cas d’une résidence secondaire, il n’est plus nécessaire d’obtenir ce consentement, sous réserve que le régime matrimonial ne le prévoie pas.

Le viager intrafamilial : entre précautions et opportunités

Si la vente en viager à des membres de la famille est envisageable et peut s’avérer très avantageuse, un certain nombre de questions juridiques et fiscales ne doivent pas être négligées.

En effet, pour éviter toute complication future et rassurer l’acheteur au sein de la famille, l’acte de vente doit impérativement être signé par l’ensemble des héritiers.

Le consentement des autres enfants, même s’il n’est pas obligatoire en théorie, est une précaution sage et pratique pour éviter des litiges éventuels.

L’importance du professionnel du viager

Recourir à la vente en viager, qui comporte de nombreuses particularités juridiques et financières, peut parfois s’apparenter à un véritable labyrinthe pour les personnes qui n’ont pas l’habitude de ce type d’opération. Face à cela, le recours à des professionnels spécialisés dans ce domaine peut s’avérer indispensable.

Le fait d’avoir un conseiller à ses côtés, qui suit le processus de A à Z, permet de s’assurer que la démarche est solide et que l’on obtient une offre qui correspond bien à ses besoins.

Ces experts, forts de leur connaissance approfondie du cadre juridique et fiscal, sont en mesure d’apporter des réponses précises et adaptées aux questions que se pose tout vendeur.

Ils assurent un accompagnement permanent, de la consultation initiale jusqu’à la finalisation de la transaction, garantissant ainsi une totale tranquillité d’esprit et une transparence tout au long du processus.

Démarches de la vente en viager

Le contrat de vente, qui constitue la pièce maîtresse du viager, doit être rédigé avec soin par un notaire afin que tous les aspects de la transaction soient réglés de manière équitable et que les droits de toutes les parties soient préservés.

Des notions essentielles telles que la rente viagère ainsi que le bouquet doivent être clairement définies dans ce document, en tenant compte des intérêts et des droits légitimes des héritiers.

En ce qui concerne les héritiers, ceux-ci n’ont normalement pas la possibilité de faire opposition à une vente en viager lorsque le vendeur s’est prononcé en toute connaissance de cause.

Toutefois, des litiges peuvent survenir en cas de remise en cause des droits successoraux des héritiers. Dans ce cas, un recours en justice est envisageable et les tribunaux peuvent être amenés à prendre des mesures correctives en cas de non-respect des droits des héritiers.

Peut-on casser un viager ?

La clause résolutoire est une garantie dans les contrats de rente viagère. Elle est déclenchée en cas de défaut de paiement du débiteur et constitue un mécanisme qui protège le vendeur. Ainsi, dans le cas où la rente viagère n’est pas payée, cette clause peut être invoquée, sous réserve d’une validation judiciaire, pour résilier le contrat et restituer le bien au vendeur, après une mise en demeure.

Quant à l’épineuse problématique du décès prématuré du crédirentier, la législation prévoit un délai de 20 jours pendant lequel, si le décès survient (et si celui-ci est associé à un état pathologique existant à la date de la signature) : la résiliation du contrat peut être prononcée, que le débirentier soit ou non au courant de la maladie. Cependant, cette disposition ne s’applique pas en cas de décès accidentel.

La vigilance est également de mise lorsque la vente en viager est faite à un descendant. Les autorités fiscales peuvent considérer qu’il s’agit d’une donation déguisée, en particulier si le prix de vente semble nettement sous-évalué par rapport aux prix du marché.

Les conséquences fiscales qui en découlent peuvent être importantes, notamment en ce qui concerne les droits de succession et la nécessité de dédommager les autres héritiers.

Questions fréquemment posées à propos de cette opération particulière

Est-il obligatoire d’informer les héritiers de la vente en viager envisagée ?

Bien que cela ne soit pas obligatoire, il est recommandé d’informer les héritiers afin d’éviter des désaccords ultérieurs.

Les héritiers peuvent-ils s’opposer à la vente en viager ?

Ils ne peuvent pas s’opposer si le vendeur est libre d’agir de son plein gré, mais ils peuvent contester en cas de non-respect de leurs droits.

Est-il possible de vendre un viager si les héritiers sont mineurs ?

Tout à fait, mais il faut veiller à la préservation de leurs droits et de leur part de la réserve héréditaire.

Notez cet article
Théau Ravier
Théau Ravier
Investisseur immobilier depuis ses 25 ans, Théau Ravier partage son expérience et ses conseils sur Emprunter-malin.com. Il rédige sur les sujets de l'investissement, l'immobilier, la fiscalité, et la gestion de patrimoine.
Investisseur immobilier depuis ses 25 ans, Théau Ravier partage son expérience et ses conseils sur Emprunter-malin.com. Il rédige sur les sujets de l'investissement, l'immobilier, la fiscalité, et la gestion de patrimoine.

Partager cet article