Accueil Marché immobilier Ces villes d’Île-de-France où les prix des appartements baissent

Ces villes d’Île-de-France où les prix des appartements baissent

Les notaires d’Île-de-France constatent que les prix des appartements anciens ont gagné +6,0 % à la fin janvier 2020, sur toute la région parisienne. Mais lorsque l’on consulte les données à la loupe, on tombe sur de nombreuses baisses dans plusieurs communes franciliennes. Tous les départements sont concernés, même celui de la capitale.

Ces appartements à Paris dont les prix baissent

De novembre à janvier 2020 il fallait compter sur 10 300 €/m² de médiane pour s’offrir un appartement ancien à Paris (source : notaires). Or au vu des dernières projections c’est encore plus cher en ce moment. Heureusement, même la capitale ne présente pas un marché du logement homogène.

Ainsi la carte des notaires nous apprend que dans le Quartier Saint-Germain-des-Prés du 6e arrondissement, le montant des transactions chute de -4,8 % en 1 an. Mais à 16 340 €/m² le budget reste très élevé, il est en hausse de +14,1 % sur 5 ans.

De nombreuses communes de la petite couronne

De novembre à janvier 2020, les notaires constatent que les prix des appartements anciens ont gagné +5,6 % en petite couronne, par rapport à la même période l’année précédente. Le budget médian serait ainsi de 4970 €/m², mais avec de nombreuses exceptions.

Dans le Val-de-Marne (94) on peut notamment citer Villeneuve-le-Roi, qui avec ses 2930 €/m² de médiane affiche -8 % sur 5 ans. Mais elle est bien la seule, car les prix de l’immobilier ont grimpé en 5 ans dans quasiment toutes les villes du Val-de-Marne. On peut toutefois citer Chevilly-Larue qui affiche -0,1 %, ou encore Boissy-Saint-Léger qui pointe à +0,3 % sur 5 ans.

En Seine-Saint-Denis (93) les notaires comptent 2 communes où les prix des appartements anciens ont baissé en 5 ans. L’écart n’est pas bien grand, à Livry-Gargan les appartements affichent -2,9 % sur 5 ans. À Bondy les transactions sont à -3 % par rapport à la même période l’année précédente.

Avec la baisse des ventes immobilières imposées par le confinement dû au coronavirus, moins de données sont disponibles chez les notaires. On ne trouve ainsi pas de villes des Hauts-de-Seine (92) où les prix des appartements sont en baisse. On citera qu’à Châtenay-Malabry le m² n’a monté que de +1,2 % en 5 ans.

Et davantage en grande couronne

En grande couronne d’Île-de-France, les notaires calculent que 3090 €/m² de médiane sont nécessaires pour s’offrir un appartement ancien. Les prix augmentent de +3,7 % sur 1 an, mais pas partout. Dans certaines communes les propriétaires subissent une moins-value immobilière.

Dans les Yvelines (78) on tombe ainsi sur -10,6 % à Carrières-sous-Poissy, ou encore -14,4 % à Verneuil-sur-Seine. Le marché de l’immobilier est en panne à Les Clayes-sous-Bois, qui affiche -12 % sur 5 ans. Les notaires recensent ainsi 8 communes au sein desquelles les prix des appartements anciens sont en baisse sur 5 ans.

Dans le Val-d’Oise (95), à L’Isle-Adam, on propose des appartements à 3290 €/m². C’est un peu élevé mais c’est en recul de -16,7 % sur 5 ans. À Ermont la baisse est de -15,4 % et les prix à 3120 €/m² de médiane. À Sannois les notaires constatent un budget médian de 2760 €/m², c’est 2,2 % moins cher qu’il y a 5 ans.

Dans l’Essonne (91) les notaires constatent que les prix des appartements anciens gagnent +2,7 % en 1 an. À Longjumeau le budget descend à 2360 €/m², en recul de -2,2 % sur 1 an. À Sainte-Geneviève-des-Bois le budget de 2260 €/m² représente -11,5 %. À Corbeil-Essonnes il ne faut plus que 2120 €/m² pour devenir propriétaire, ce qui représente 4,9 % de moins qu’il y a 5 ans.

La Seine-et-Marne (77) affiche 8 communes dont les prix des appartements anciens sont en baisse sur 5 ans. À Melun il ne faut plus que 2240 €/m² pour devenir propriétaire, après une chute de -10,8 % sur 5 ans. À Avon 2230 €/m² sont nécessaires, ce qui est 7,9 % moins cher qu’il y a 5 ans. Même Villeparisis voit le montant de ses transactions reculer de -5 % sur 5 ans.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Abonnez-vous à ce fil de discussion
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires dans le texte
Voir tous les commentaires