Accueil Placer son argent Ces villes d’Île-de-France où le prix des appartements baisse

Ces villes d’Île-de-France où le prix des appartements baisse

mise à jour: 19 juillet 2019
Marché de l'immobilier en Île-de-France

Les notaires d’Île-de-France constatent que les prix des appartements anciens ont gagné +4,7 % à la fin avril 2019 sur toute la région. Mais lorsque l’on consulte les données à la loupe, on tombe sur de nombreuses baisses dans plusieurs communes franciliennes. Tous les départements sont concernés, même celui de la capitale.

Ces appartements à Paris dont les prix baissent

De février à avril 2019 il fallait compter sur 9760 €/m² de médiane pour s’offrir un appartement ancien à Paris (source : notaires). Or au vu des dernières projections c’est encore plus cher en ce moment. Heureusement, même la capitale ne présente pas un marché du logement homogène.

Ainsi la carte des notaires nous apprend que dans le 1er arrondissement, le montant des transactions chute de -1,1 % en 3 mois. Un budget de 11 940 €/m² était tout de même nécessaire au 1er trimestre 2019.

Dans le 3e arrondissement, c’est un peu moins cher. Comptez aujourd’hui un budget médian de 11 430 €/m², ce qui est +3,7 % plus cher qu’il y a 1 an. Oui mais c’est également en recul de -3,8 % sur 3 mois

De nombreuses communes de la petite couronne

De février à avril les notaires constatent que les prix des appartements anciens ont gagné +4 % en petite couronne, par rapport à la même période l’année précédente. Le budget médian serait ainsi de 4750 €/m², mais avec de nombreuses exceptions.

Dans le Val-de-Marne (94) on peut notamment citer Champigny-sur-Marne, qui avec ses 3060 €/m² de médiane affiche -4,9 % sur 5 ans. Thiais présente un marché à 3250 €/m² en baisse de -4 % sur 5 ans. Mais la ville du département dont l’immobilier a le plus souffert est sans aucun doute Chennevières-sur-Marne. Avec des appartements anciens à 24990 €/m² de médiane, les prix sont en recul de -13,2 % sur 5 ans.

En Seine-Saint-Denis (93) les notaires comptent une douzaine de communes où les prix des appartements anciens ont baissé en 5 an. On peut notamment citer Pierrefitte-sur-Seine (-11,4 %), Les Pavillons-sous-Bois (-11,7 %), Livry-Gargan (-6,1 %) et Le Blanc-Mesnil (-5,7 %).

Et l’on trouve même des communes concernées dans les Hauts-de-Seine (92). À Fontenay-aux-Roses le montant des transactions a reculé de -4,3 % sur 5 ans, faisant redescendre la barre à 4060 €/m². Et ce sera tout pour les baisses de prix de l’immobilier dans ce département. Tout juste notera-t-on -0,9 % sur les prix des appartements de Saint-Cloud en 1 an, désormais à 6080 €/m².

Et davantage en grande couronne

En grande couronne d’Île-de-France, les notaires calculent que 2980 €/m² de médiane sont nécessaires pour s’offrir un appartement ancien. Les prix augmentent de +0,56 % sur 1 an, mais pas partout. Dans certaines communes les propriétaires subissent une moins-value immobilière.

Dans les Yvelines (78) on tombe ainsi sur -12,5 % à Carrières-sous-Poissy, ou encore -10,7 % à Plaisir. Le marché de l’immobilier est en panne au Chesnay, qui affiche -9,4 % sur seulement 1 an. Les notaires recensent ainsi 21 communes au sein desquelles les prix des appartements anciens sont en baisse sur 5 ans.

Dans le Val-d’Oise (95), la ville universitaire de Cergy propose des appartements anciens à 2600 €/m². C’est attractif, et c’est surtout en recul de -9,6 % sur 5 ans. À Ermont le marché affiche -6,7 % sur la même période, désormais à 3080 €/m². À Villiers-le-Bel la chute est également importante : -7,1 % en 5 ans pour 1970 €/m².

Dans l’Essonne (91) les notaires constatent que les prix des appartements anciens gagnent +0,4 % en 1 an. À Athis-Mons le budget descend à 2770 €/m², en recul de -8,2 % sur 1 an. À Draveil le budget de 2520 €/m² représente -11,3 %. À Juvisy-sur-Orge il ne faut plus que 2900 €/m² pour devenir propriétaire, ce qui représente 10,9 % de moins qu’il y a 5 ans.

La Seine-et-Marne (77) affiche 13 communes dont les prix des appartements anciens sont en baisse sur 5 ans. À Melun il ne faut plus que 2090 €/m² pour devenir propriétaire, après une chute de -8,4 % sur 1 an, mais surtout de -19,2 % sur 5 ans. À Combs-la-Ville 2210 €/m² sont nécessaires, ce qui est 6,2 % moins cher qu’il y a 5 ans. Même Avon voit le montant de ses transactions reculer de -13,2 % sur 5 ans.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Tous les articles

Une question ? Un commentaire ? On vous répond !

500
  Abonnez-vous à ce fil de discussion  
Notifier de