Accueil Consommation Financer une voiture d’occasion avec prime de conversion et crédit

Financer une voiture d’occasion avec prime de conversion et crédit

mise à jour: 4 juillet 2019
Voiture d'occasion à vendre
Pas de plafond de revenus pour la prime de conversion pour voitures d'occasion.

D’après le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA), plus de 461 000 voitures d’occasion se sont vendues en juin 2019. Il existe d’ailleurs une prime de conversion distribuée par l’État, qui ajoutée au bonus écologique représente de 2500 € à 11 000 € d’aides. Pour financer le reste, l’automobiliste peut se tourner vers les crédits à la consommation en prenant le soin de comparer les meilleures offres.

Quels véhicules sont concernés par la prime de conversion ?

Il y aurait aujourd’hui 10 millions de véhicules de plus de 10 ans en circulation. Ce parc serait constitué à 60 % de modèles diesel polluants. Un constat qui ne date pas d’hier, auquel tous les gouvernements précédents se sont attaqués selon la bonne vieille méthode des primes à la casse.

Et il semble que la formule fonctionne toujours autant. D’après un communiqué du ministère des finances, l’objectif de l’État est de distribuer 500 000 primes à la conversion en 2019. En supplément leur montant a été rehaussé, en échange d’un engagement à détruire l’ancien véhicule.

Aujourd’hui pour en bénéficier, le conducteur doit mettre hors circulation un véhicule :

  • De type voiture particulière (VP) ou camionnette (CTTE).
  • Lui appartenant depuis au moins 1 an.
  • Non endommagé, non gagé.
  • Immatriculé avant le 1er janvier 2006 pour les véhicules diesels, avant le 1er janvier 1997 pour les autres.

Dans la version 2019 de la prime à la conversion, le bénéficiaire doit s’assurer de la destruction du vieux véhicule :

  • Soit dans les 3 mois qui précèdent la facturation du véhicule neuf,
  • soit dans les 6 mois qui suivent ladite facturation.

C’est un centre Véhicule Hors d’Usage (VHU) qui doit se charger de transformer la voiture ou la camionnette en un cube de ferraille. Attention ça ne se fait pas tout seul, suivez bien la procédure.

Quelle voiture faut-il acheter pour obtenir la prime de conversion ?

La prime à la casse offre la possibilité de remplacer un ancien modèle polluant, par une voiture neuve ou d’occasion moins polluante. Le nouveau modèle peut être acheté ou loué, il peut être électrique ou thermique, mais il doit respecter des seuils d’émission de CO2 :

  • Maximum de 20 g/km pour les voitures et camionnettes électriques.
  • Maximum de 122 g/km pour les autres.

Par ailleurs la prime de conversion permet d’acheter un 2, 3 ou 4 roues électrique à condition qu’il ne soit pas alimenté par une batterie au plomb.

Et bien entendu le conducteur est assujetti à une obligation de détention de son nouveau véhicule. Il devra le conserver au moins pendant 6 mois et pour 6000 km s’il s’agit d’une voiture ou d’une camionnette.

Pour info : si les véhicules propres sont souvent les plus chers, il reste possible de s’installer au volant pour moins cher grâce au déstockage.

Montant de la prime de conversion pour acheter une voiture d’occasion

Émission maximum de 20 g de CO2/km

80 % du prix d’achat dans un maximum de 5000 € si l’une des ces condition est présente :

  • Votre lieu de travail se trouve à plus de 30 km de votre domicile.
  • Vous effectuez plus de 12 000 km de déplacements professionnels par an avec votre véhicule personnel.
  • Votre revenu fiscal de référence par part ne dépasse pas 6300 €.

Ce montant peut même être porté à 11 000 € avec le bonus écologique.

Si vous ne réunissez aucune de ces conditions de déplacement ou de revenus, le montant de votre prime à la conversion sera de 2500 €, pouvant même aller jusqu’à 8500 € avec le bonus écologique.

Pour info : l’ajout du bonus écologique sur la prime de conversion ne peut se faire que pour l’achat d’un véhicule neuf.

Émission maximum de 122 g de CO2/km

80 % du prix d’achat dans un maximum de 4000 € ou de 5000 € si l’émission de CO2 ne dépasse pas 50 g/km, dans l’une des conditions suivantes :

  • Votre lieu de travail se trouve à plus de 30 km de votre domicile.
  • Vous effectuez plus de 12 000 km de déplacements professionnels par an avec votre véhicule personnel.
  • Votre revenu fiscal de référence par part ne dépasse pas 6300 €.

Si vous ne réussissez ni les conditions de distance ni de plafond de revenus, votre prime à la conversion sera de 2500 € si l’émission de CO2 ne dépasse pas 50 g/km.

Pour info : le bonus écologique n’est pas disponible pour les voitures et camionnettes dont les émissions dépassent 20 g de CO2 par kilomètre.

Trouver un crédit pas cher pour voiture d’occasion

On trouve des voitures d’occasion françaises, donc solides, à moins de 6000 €. Pour une famille ne réunissant pas les conditions de déplacement mais de revenus, le montant de la prime à la conversion sera donc de 2500 €. Il ne reste plus qu’à trouver 3500 €, et c’est là que les choses se compliquent.

Car les banques et sociétés de crédit classiques n’aiment pas perdre de temps à monter un dossier pour seulement quelques milliers d’euros. Pour compenser le manque-à-gagner elles n’hésitent pas à appliquer des TAEG proches de 15 % !

Dans ce contexte, l’automobiliste pourrait trouver son financement plus rapidement via le prêt entre particuliers. Le leader du domaine est Younited Credit, qui propose un simulateur avec réponse en ligne immédiate sur ce lien.

La plate-forme a notamment un crédit à la consommation de 3500 € en 48 échéances de 78,02 €/mois, avec un apport de 266,35 €. Au total, un crédit auto d’occasion à ces conditions reviendrait à 4011,31 € hors frais de dossier et assurance emprunteur.

Pour info : cette simulation a été effectuée le 04 juillet 2019 avec les taux distribués par Younited Credit à notre partenaire AWIN. Aujourd’hui le demandeur pourrait bénéficier de taux différents, selon son profil et selon les conditions du moment.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Tous les articles

Une question ? Un commentaire ? On vous répond !

500
  Abonnez-vous à ce fil de discussion  
Notifier de