Accueil Consommation Financement auto

Quelles voitures donnent droit au bonus écologique ?

L’achat d’une voiture électrique ou hybride est récompensé par un bonus écologique. Une prime de conversion vient s’y ajouter, si le propriétaire envoie un vieux diesel à la casse. Le conducteur peut ainsi bénéficier d’un maximum de 10 000 € d’aides de l’État, généralement déduites par le concessionnaire au moment de l’achat. Un seul mot d’ordre : le nouveau véhicule ne doit pas dépasser 60 g de CO2/km.

Acheter une voiture électrique : jusqu’à 27 % de bonus écologique

Un particulier achetant une voiture électrique neuve n’émettant pas plus de 20 grammes de CO2/km, a droit à un bonus écologique. Son montant est de 27 % du prix du véhicule, sans dépasser 6000 €.

Ainsi, pour une Nissan Leaf achetée 18 000 €, le bonus écologique devrait être de 4860 € pour un coût de 13 140 €. Pour une Renault Zoé à partir de 23 000 €, le bonus monte à 6210 € abaissant le coût à 16 790 €.

Attention : les exemples ci-dessus correspondent à des prix arrondis, glanés sur Internet le 17 juillet 2017. Dans la réalité les montants peuvent être différents.

Le dispositif vaut uniquement pour l’achat et non pour la LOA. L’acquéreur doit respecter 2 conditions :

  • le véhicule doit être neuf, il doit s’agir d’une première immatriculation.
  • S’il s’agit d’un véhicule de démonstration, la vente doit avoir lieu dans les 12 mois suivant sa première immatriculation.

Dans la pratique les concessionnaires proposent à l’acquéreur d’avancer la prime, en l’appliquant à titre de remise sur le prix de vente.

Acheter un véhicule hybride : aide de 1000 €

L’achat d’un véhicule particulier hybride donne droit à 1000 € de bonus écologique. La voiture convoitée ne doit pas produire plus de 60 grammes de CO2/km. L’avantage de ce dispositif a été raboté par le projet de loi des finances de 2017.

Sur le marché français, la leader semble être la Golfe GTE disponible à partir de 40 500 € hors bonus (estimation).

Jusqu’à 10 000 € de prime de conversion

Un conducteur changeant son vieux diesel polluant pour une voiture électrique ou hybride, peut bénéficier d’une prime de conversion. Celle-ci vient s’ajouter au bonus écologique, mais pour la mériter la vieille guimbarde doit être détruite et non revendue.

Le véhicule détruit doit avoir été immatriculé pour la première fois avant le 1er janvier 2006, même s’il n’a été acheté que depuis 1 an. Il ne doit pas s’agir d’un véhicule endommagé, et doit passer à la casse dans les 6 mois suivant l’achat d’une voiture neuve.

Si le conducteur achète en première immatriculation, ou en démonstration après seulement 12 mois d’immatriculation, il bénéficiera d’une prime de conversion d’un montant de :

  • 4000 € pour l’achat d’une voiture électrique, combinée avec le bonus écologique dans un maximum de 10 000 €.
  • 2500 € pour l’achat d’une voiture émettant entre 21 et 60 grammes de CO₂/km, combinée avec le bonus écologique dans un maximum de 3500 €.

Acheter une voiture : attention au malus écologique

L’État pratiquant la technique de la carotte et du bâton en matière d’environnement, les conducteurs les plus polluants sont punis. Ainsi, l’achat d’une voiture neuve produisant de 126 à 127 gr de CO2/km, vaut 50 € de malus.

Attention à ne pas dépasser la dose prescrite, car 136 g de CO2/km débouche sur un malus de 253 €. Enfin, les gros pollueurs dont le moteur dégage plus de 191 g de CO2/km, seront verbalisés de 10 000 €. C’est notamment le sort qui attend les propriétaires de Lamborghini Aventador, responsable des effets de serre à hauteur de 398 g de CO2/km. Ils se consoleront en se disant que ce n’est pas grand-chose par rapport aux 340 000 € pour une entrée de gamme.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires