Accueil Consommation Le coût des travaux augmente moins vite que l’inflation

Le coût des travaux augmente moins vite que l’inflation

mise à jour: 20 décembre 2018
Isolation des combles

L’INSEE constate que le coût de la vie augmente de +1,9 % en 1 an. Mais un autre indice de l’institut indique que le coût des travaux augmente globalement moins vite que l’inflation. Les coût des prestations de la plupart des corps de métiers du bâtiment ont « raisonnablement » augmenté, voici les détails.

Le coût des travaux gagne +1,5 % en 1 an

Un particulier ou une copropriété qui souhaiterait faire des travaux d’entretien ou d’amélioration de l’habitat, payera plus cher que l’année dernière. D’après l’indice IPEA de l’INSEE, au 3e trimestre 2018 le coût de l’ensemble des chantiers avait augmenté de +1,5 % par rapport au 3e trimestre 2017.

C’est certes moins que la hausse du coût de la vie en général, mais ce n’est certainement pas terminé. Car le coût des travaux a gagné +0,2 % en seulement 3 mois, avec de grandes différences selon les corps de métier.

Les augmentations les plus marquées concernent la plomberie, l’installation de chauffage de conditionnement d’air, ainsi que la couverture qui gagnent +2,3 %. L’inflation la moins marquée concerne les « autres travaux d’installation » (+0,7 %), ou encore les « autres travaux de construction spécialisés » (+0,8 %).

Si vous souhaitez refaire votre installation électrique, il vous en coûtera 1,6 % plus cher que l’année dernière. Après avoir passé les câbles vous devrez sans doute effectuer des travaux de plâtrerie, ils coûtent 1,4 % de plus. Une fois les plâtres essuyés il faudra refaire la peinture, vous paierez ces prestations 1,5 % au-dessus des prix de l’année dernière.

Baisse des aides aux travaux de l’État

La Cour des Comptes pointe régulièrement du doigt les aides de l’État, responsables de la hausse du coût des travaux. Ainsi depuis le budget de loi des finances 2018, certains dispositifs immobiliers on été réduits.

Pour commencer le le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) n’est plus disponible sur les portes et fenêtres. Il continue de reverser 30 % du montant des travaux dans un plafond de 16 000 € par couple, mais uniquement sur l’achat d’équipements et de matériel d’isolation.

Mais surtout, le prêt immobilier à taux zéro descend de 40 % du montant du projet, à 20 % au sein des zones B2 et C. Le dispositif reste disponible pour l’achat de résidence principale avec travaux, mais uniquement jusqu’au 31 décembre 2019.

Il reste toujours l’éco prêt à taux zéro, qui peut financer jusqu’à 30 000 € sans intérêts bancaires et sans plafond de revenus. Cette aide de l’État est principalement destinée aux travaux d’amélioration de la performance énergétique.

La précarité énergétique en baisse

L’observatoire National de la Précarité Énergétique (ONPE) édite un rapport annuel sur les ménages qui éprouvent des difficultés à se chauffer.

La précarité énergétique résulte de la difficulté ou de l’impossibilité d’un ménage à payer ses factures d’énergie et à satisfaire ses besoins
essentiels de confort thermique.

Ce rapport se base, entre autres données, sur le baromètre du médiateur national de l’énergie. Pour sa réalisation, 1500 personnes ont été interrogées par téléphone en septembre 2017. Il ressort que 68 % des sondés déclarent que « la consommation d’énergie est un sujet de préoccupation important » chez eux.

Ils sont 66 % à avouer que les factures de gaz et d’électricité pèsent lourd dans le budget du foyer. Dans ce contexte 1 sondé sur 3 a dû restreindre le chauffage chez lui l’hiver dernier, afin d’alléger ses dépenses énergétiques. Le baromètre pointe également que 9 % des répondants ont eu des difficultés à régler leur facture au cours des 12 derniers mois.

Mais l’heure n’est pas au pessimisme, loin de là. La courbe montre que le nombre de ménages en difficulté énergétique est en baisse depuis 2012. En supplément des aides de l’État, l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) propose des aides et subventions au travers de son programme Habiter Mieux.

À titre d’exemple, un ensemble de travaux d’amélioration de la performance énergétique pour 17 000 € hors-taxes, donne droit à un montant total de 10 200 € d’aide. Les 6800 € restants peuvent être obtenus au moyen de l’éco prêt à taux zéro, et réduits grâce au crédit d’impôt.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer