Accueil Rachat de crédits Inflation en France : ce que vous payez plus cher en 2020

Inflation en France : ce que vous payez plus cher en 2020

Tous les mois Emprunter Malin fait le point sur la hausse du coût de la vie. En se basant sur l’indice de l’inflation de l’INSEE, voici la liste des biens et services qui se payent plus cher. À l’inverse, d’autres ont vu leur prix baisser.

Pour info : cet article fait la synthèse des résultats définitifs de l’INSEE concernant l’inflation, parution octobre 2020.

Inflation stable sur 1 an et déflation de -0,5 % sur 1 mois

L’indice des prix à la consommation de l’INSEE s’établit à 104,55 en septembre 2020. Il est en baisse par rapport à août 2020, ce qui signifie que les dépenses des ménages ont théoriquement un peu diminué d’un mois à l’autre.

La tendance débouche sur une hausse du coût de la vie de +0,0 % sur les 12 derniers mois. C’est bien loin du chiffre magique de 2 % dont a besoin la BCE (Banque Centrale Européenne) pour considérer la situation économique comme saine.

Dans ce contexte de crise  économique causée par le coronavirus, l’institution de Francfort continue d’insuffler de l’argent dans le système bancaire pour créer de l’inflation.

Ces biens et services que vous avez payés plus cher

Dans l’ensemble l’alimentation continue de subir l’inflation. L’INSEE constate une hausse de +0,9 % du budget nourriture des français en 12 mois, avec une correction de -0,5 % sur 1 mois. Les prix des produits frais pèsent davantage dans le porte-monnaie du consommateur. S’ils sont à -1,7 % sur 1 mois ce qui les amène à +2,3 % sur 1 an.

Les fumeurs ont dû constater une forte hausse sur le prix du tabac. Fumer est presque plus mauvais pour le portefeuille que pour la santé, car le vice coûte 13,7 % plus cher que l’année dernière.

Le simple fait d’habiter pèse également sur le coût de la vie. L’ensemble loyers, eau et enlèvement des ordures ménagères prend un léger +0,3 % dans un contexte où les loyers augmentent plus vite que l’inflation.

Dans ce contexte de crise sanitaire, voilà que les services de santé coûtent légèrement plus cher que l’année dernière : +0,3 %. Il convient cependant de relativiser, car ils sont stables d’août à septembre.

Heureusement, il y a des prix qui baissent

Crise sanitaire et économique oblige, on observe de nombreuses baisses de prix.

Avec la fin des vacances d’été, les prix des transports ont fondu de -9,4 % en 1 mois. Ils finissent d’ailleurs l’année en baisse de -3,0 % ce qui peut être bon signe pour la reprise du tourisme.

Le coût de la vie a légèrement baissé sur les produits manufacturés. En 1 an ils ont perdu -0,2 % mais remontent de +1,6 % sur 1 mois. La hausse est plus sévère sur 1 mois pour le secteur habillement et chaussures avec +9,1 %, mais la déflation atteint -1,3 % sur 1 an.

La bonne nouvelle vient aussi du côté des produits de santé. S’ils n’ont pas bougé en septembre, ils sont globalement 1,9 % moins chers qu’il y a 12 mois.

Avec la crise sanitaire et économique, le coût de l’énergie accuse -8,1 % en 1 an. Ce sont surtout les produits pétroliers qui en souffrent le plus, car les Français se déplacent moins. En septembre les prix ont reculé de -1,4 % par rapport à l’année dernière.

Et ce sera tout pour les tendances déflationnistes.

Cet indice qui en dit davantage sur l’évolution du coût de la vie

Les économistes de l’INSEE rappellent que l’inflation sous-jacente progresse de +0,5 % en 1 an.

L’inflation sous-jacente ne tient pas compte des saisonnalités, et ne comptabilise pas non-plus les biens dont les prix sont volatiles. Les produits laitiers, produits frais et produits pétroliers entre autres dépendent de variables climatiques et spéculatives.

Cet indice tend à être utilisé davantage par les économistes pour mesurer l’évolution entre les coûts de production, ainsi que la confrontation avec l’offre et la demande.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Abonnez-vous à ce fil de discussion
Notifier de
1 Commentaire
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Commentaires dans le texte
Voir tous les commentaires
MEYER
18 février 2020 15 h 26 min

Bonjour quel budget journalier prévoir pour vivre correctement en France (sud région Aups) ? Dépenses privées uniquement genre 1 café le matin avec le journal, un petit repas à midi un repas plus important le soir avec du vin, un abo au fitness du coin ?