Accueil Consommation L’ACPR dévoile la liste des sites de l’arnaque au crédit

L’ACPR dévoile la liste des sites de l’arnaque au crédit

mise à jour: 24 janvier 2019
Arnaque financière
Objectif : vous faire payer des frais de dossier.

Vous recevez une proposition de crédit d’un établissement financier dont vous n’avez jamais entendu parler ? Attention, il peut s’agir d’une des nombreuses arnaques qui pullulent sur Internet. L’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) dévoile sa liste noire, et rappelle comment vérifier si votre interlocuteur est autorisé.

Comment éviter de tomber dans une arnaque au crédit ?

L’ACPR lutte contre ces sociétés qui proposent toutes sortes d’investissements, parfois même bien réels et parfaitement légaux. L’organisme dépendant de la Banque de France s’attaque également aux fausses sociétés de crédit. Chaque jour ses opérateurs épluchent les petites annonces sur les forums, les réseaux sociaux et les résultats de recherche de Google.

Il en ressort une liste noire des fraudeurs, comprenant également les adresses e-mail utilisées pour les communications. Pour autant cette liste n’inclut pas tout les escrocs du Web, ainsi des précautions s’imposent pour vous prémunir contre les arnaques au crédit.

À chaque fois que vous recevez une proposition de prêt immobilier ou consommation, vous devez vérifier l’identité du prêteur. Pour cela il suffit de vous rendre sur le site du registre des agents financiers (REGAFI), et de rentrer sa raison sociale dans le moteur de recherche.

Seuls les établissements inscrits au registre sont autorisés à accorder des prêts. Si la société de la personne qui vous a sollicité ne s’y trouve pas, ne lui répondez pas.

Pour info : en ce moment l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) met en garde contre ECI Luxembourg et son site Web www.eci-luxembourg.com. Cette société propose des services d’investissement sans y être autorisée. Et effectivement en rentrant son nom dans le moteur de recherche de REGAFI, on voit qu’elle ne figure pas au registre.

Le ministère de l’économie vous conseille de vous méfier des offres alléchantes, comme des livrets de placement promettant 8 % de rendement. Ne transmettez pas vos données personnelles et ne versez aucune somme d’argent avant d’avoir reçu les fonds promis.

Car tout l’art d’une arnaque au crédit sur Internet consiste à vous faire rêver, et vous allez voir à quel point c’est facile.

Comment monter une arnaque au crédit ?

La première étape utilisée par les fausses sociétés de prêts, consiste à trouver un fichier d’adresses. Les sites de services marketing pullulent sur le net, à peine 1000 € suffisent pour obtenir une dizaine de millions d’e-mail. Comptez peut-être 3 fois plus cher s’il vous faut en plus les noms et prénoms.

Une fois les cibles en main, il s’agit de monter une structure légale et surtout crédible. Le coup du prêt entre particuliers sérieux a fait long feu, place aux sociétés offshore. Comptez environ 750 € pour un statut et une adresse aux Seychelles, rajoutez 400 € pour un compte en banque privé et protégé.

Ajoutez à cela un site Web pour présenter les services financiers de cette nouvelle société. Comptez 35 € pour un design clef en main, trouvez un freelancer pour cloner le contenu d’autres sites, et vous voici avec une belle vitrine.

Il n’y a plus qu’à envoyer tous vos e-mails intitulés « Prêts d’argent pour personnes en difficulté ». Tout se fait par réponse automatique, nul besoin de traiter manuellement chaque envoi. Le 1er e-mail automatique demande des justificatifs à la malheureuse proie. Le 2nd lui annonce que son dossier a été accepté, lui donne le détail des échéances et le compte en banque sur lequel verser les mensualités.

Seule contrainte : envoyer 150 € (ou plus) de frais de dossier. Le candidat emprunteur envoie la somme demandée, mis en confiance par l’apparence légale du candidat prêteur. Il ne recevra jamais le montant promis, l’arnaque au crédit n’était destinée qu’à lui soustraire 150 € (ou plus).

Comptez un taux de réussite de 100 pour 10 millions d’e-mails, et faites le calcul. Les escrocs rentabilisent vite leur montage, mais il arrive qu’ils se fassent prendre. Ainsi un réseau a été démantelé dans le nord de la France et au Luxembourg, les responsables risquent de lourdes peines de prison.

Pour info : la liste de l’ACPR mise à jour au 24 octobre 2018, contient une cinquantaine de sites Web et adresses, parmi lesquels plus de 80 % apparaissent comme des sociétés. Ces dernières se cachent derrière des appellations d’apparence sérieuses, comme emprunt–solidaire.com, ou encore capital financement.

Les mauvais emprunteurs, une proie facile

Il faut savoir qu’une banque ou un établissement de crédit sera ravi de vous accorder un prêt, si vous réunissez les conditions de base. Et si vous ne les réunissez pas, certaines start-up vous proposent d’apporter au moins 5 amis en garantie.

Si ni les banques traditionnelles, ni les établissements de crédit ne veulent vous prêter, cela veut dire que votre situation financière n’est pas bonne.

Ce profil du mauvais emprunteur est bien connu des spécialistes, qui savent où vous trouvez. Leurs cibles de prédilection sont les forums sur lesquels ils agissent le week-end, lorsque les modérateurs sont en repos.

Souvent dans une situation psychologiquement fragile, l’arnaqué tente sa chance « juste pour voir ». Et au final ses finances se détériorent un peu plus.

Pour info : si vous avez un doute sur une société de crédit ou d’investissement, l’ACPR vous invite à contacter INFO ESCROQUERIES au 0 805 805 817 (service et appel gratuits du lundi au vendredi de 9h00 à 18h30).