Accueil Consommation Arnaque au prêt entre particuliers : des victimes faciles

Arnaque au prêt entre particuliers : des victimes faciles

mise à jour: 4 décembre 2018
Aranque d'argent sur Internet

Vous avez besoin d’un prêt d’argent rapide mais vos finances sont trop justes pour qu’une banque ou une société de crédit vous accepte ? C’est donc tout naturellement que vous vous tournez vers Internet pour trouver des solutions alternatives. C’est là où les escrocs en tous genres vous attendent, pour une arnaque au prêt entre particuliers bien ficelée.

Peut-on prêter de l’argent de particulier à particulier ?

La loi autorise un particulier à accorder un prêt d’argent à un autre particulier, et même de lui réclamer des intérêts. Toutefois les intérêts en question ne doivent pas dépasser le taux d’usure de la Banque de France. D’ailleurs à la réflexion, pourquoi emprunter de l’argent à un proche alors que l’on obtient parfois moins cher auprès de sa banque ?

Parce que le demandeur se trouve dans une situation financière telle, qu’aucun établissement financier n’accepterait de lui prêter. Et pourquoi a-t-on besoin d’argent quand on est sans le sou ? Mais pour rembourser ses dettes actuelles bien sûr. C’est bien là l’archétype de la victime d’arnaque au prêt entre particuliers : elle n’a pas d’autres solutions.

Pour info : si vous avez emprunté plus de 760 €, vous êtes tenu d’effectuer une déclaration à votre centre des impôts. Si vous avez prêté de l’argent au-delà de 760 € et perçu des intérêts, vous serez imposé sur vos revenus.

Arnaque au prêt entre particuliers : mode d’emploi

Le mode opératoire d’une arnaque au prêt entre particuliers est toujours le même. Tout commence par un message en commentaire d’une page d’un site Web, ou sur un forum. Le message est écrit par un soi-disant ancien emprunteur, dont les problèmes financiers se sont subitement améliorés grâce à un bon samaritain.

De l’autre côté de l’écran un particulier mord à l’hameçon, envoie une demande à l’adresse e-mail indiquée, et là subitement, comme ça, le bon samaritain lui répond qu’il va l’aider. Le particulier reçoit d’ailleurs un autre e-mail pour lui faire savoir que la somme est en transit, et qu’il doit juste payer des frais de dossier de 120 € (ou plus) pour débloquer l’argent.

Il paye et ne reçoit jamais les fonds promis, l’arnaque consistait à l’alléger de 150 € (ou plus).

Mais certaines arnaques au prêt entre particuliers sont plus osées, Comme les faux e-mails envoyés par la Banque de France.

Il y a également le coût du faux chèque, plus crédible et plutôt bien pensé. Dans cette configuration, le faux prêteur envoie un faux chèque à sa victime. Mais il demande également de lui régler les frais de dossier. Le candidat emprunteur porte le chèque à sa banque, et voit effectivement le montant en attente. Confiant et honnête, il envoie les frais de dossier.

Seulement voilà, ce n’est pas parce que le montant est en attente qu’il est confirmé. Et il peut se passer 72 heures jusqu’à ce que l’agence bancaire signale au malheureux que le chèque est un faux.

Un marché de 10 000 victimes potentielles

L’Association Française des Usagers des Banques (AFUB) reçoit environ 250 plaintes par an, pour des cas d’arnaques aux prêts entre particuliers. Mais ce chiffre ne serait que la partie apparente de l’iceberg.

En réalité il pourrait facilement y avoir 10 000 victimes par an. En admettant que chaque victime y laisse ne serait-ce que 100 € en faux frais de dossier, les faux prêteurs engrangeraient plus d’un million d’euros par an.

Et encore, un bon escroc fin psychologue pourrait obtenir davantage de ses victimes. Certains communiquent par e-mails personnalisés, jusqu’à gagner la confiance de leurs victimes. Ils demandent de nombreux justificatifs, qui par ailleurs leur serviront pour réaliser d’autres arnaques par la suite.

Avec des factures d’assurance et une photocopie de carte bancaire, on peut facilement se faire passer pour quelqu’un d’autre et commander tout ce que l’on veut sur Interne.

Internet : l’incubateur d’arnaques

C’est au travers de forums et d’e-mails que les arnaqueurs attrapent leur proie. Le candidat emprunteur doit bien se rappeler qu’il n’est pas normal pour un particulier, de proposer des prêts d’argent à d’autres particuliers qu’il ne connaît pas. Le financement collectif existe, il est encadré par l’AMF et l’autorité de contrôle prudentiel de la Banque de France.

Tous les jours le site d’Emprunter Malin voit de telles propositions apparaître, particulièrement sur les commentaires Facebook. Et elles ne sont pas postées au hasard, ces tentative sont déposées sur les sujets traitant d’économie collaborative ou de surendettement.

Un blogueur qui ne disposerait pas d’un solide outil de modération verrait vite son site se remplir de ce genre d’annonce.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer