AccueilRachat de créditsArnaque au prêt entre particuliers : des victimes faciles

Arnaque au prêt entre particuliers : des victimes faciles

Vous avez besoin d’un prêt d’argent rapide mais vos finances sont trop justes pour qu’une banque ou une société de crédit vous accepte ? C’est donc tout naturellement que vous vous tournez vers Internet pour trouver des solutions alternatives. C’est là où les escrocs en tous genres vous attendent, pour une arnaque au prêt entre particuliers bien ficelée.

Peut-on prêter de l’argent de particulier à particulier ?

La loi autorise un particulier à accorder un prêt d’argent à un autre particulier, et même de lui réclamer des intérêts. Toutefois les intérêts en question ne doivent pas dépasser le taux d’usure de la Banque de France.

Si vous avez emprunté plus de 760 €, vous êtes tenu d’effectuer une déclaration à votre centre des impôts. Si vous avez prêté de l’argent au-delà de 760 € et perçu des intérêts, vous serez imposé sur vos revenus.

Mais à la réflexion, pourquoi emprunter de l’argent à un proche alors que l’on obtient parfois moins cher auprès de sa banque ?

La réponse est simple : parce que le demandeur se trouve dans une situation financière telle, qu’aucun établissement financier n’accepterait de lui prêter. Et pourquoi a-t-on besoin d’argent quand on est sans le sou ? Mais pour rembourser ses dettes actuelles bien sûr. C’est bien là l’archétype de la victime d’arnaque au prêt entre particuliers : elle n’a pas d’autres solutions.

Pour info : en avril 2021 la Banque de France a reçu 12 607 dossiers de surendettement. En comptant ceux des mois précédents, 10 406 ont été recevables et 4365 se sont vus imposer un programme de redressement personnel sans liquidation judiciaire.

Arnaque au prêt entre particuliers : mode d’emploi

Le mode opératoire d’une arnaque au prêt entre particuliers est toujours le même. Tout commence par un message en commentaire d’une page d’un site Web, sur un forum ou par email. Le message est écrit par un soi-disant ancien emprunteur, dont les problèmes financiers se sont subitement améliorés grâce à un bon samaritain.

De l’autre côté de l’écran un particulier mord à l’hameçon, envoie une demande à l’adresse e-mail indiquée, et là subitement, comme ça, le bon samaritain lui répond qu’il va l’aider.

Le particulier reçoit d’ailleurs un autre e-mail pour lui faire savoir que la somme est en transit, et qu’il doit juste payer des frais de dossier de 250 € (ou plus) pour débloquer l’argent. Il paye et ne reçoit jamais les fonds promis, l’arnaque consistait à l’alléger de 250 € (ou plus).

Mais certaines arnaques au prêt entre particuliers sont plus osées. Les faux e-mails soi-disant envoyé par la Banque de France, l‘usurpation de l’identité d’un intermédiaire en opérations bancaires dûment enregistré, ou encore le faux prêteur qui fait semblant de s’impatienter alors que sa victime réfléchit.

Il lui indique qu’elle devra payer une indemnités de retard de 100 € (ou plus), ce qui curieusement suffit souvent à décider le malheureux à franchir le pas. Au final ce dernier doit souvent puiser dans divers découverts bancaires.

Pour info : d’après la Banque de France, le surendetté médian a 3 crédits à la consommation pour 13 214 €, au moins 1 découvert bancaire de 814 €, et environ 3585 € de dettes de charges courantes.

L’arnaque au crédit : un marché énorme

Il est difficile de mesurer le nombre de victimes d’arnaque au crédit par an, car peu des victimes portent plainte. Tous les jours Emprunter Malin reçoit des témoignages ou des demandes de renseignements de particuliers qui flairent l’arnaque, souvent trop tard. Si nous y répondrons au mieux dans les commentaires de cet article, on peut facilement estimer que 10 000 personnes par an se font avoir.

À raison de 150 € par arnaqué empoché par l’arnaqueur, il pourrait au bas mot y avoir un marché annuel de 1 500 000 €. Au bas mot.

Car un bon escroc fin psychologue pourrait obtenir davantage de ses victimes. Certains communiquent par e-mails personnalisés, jusqu’à gagner la confiance de leurs interlocuteurs. Ils demandent de nombreux justificatifs, qui par ailleurs leur serviront pour réaliser d’autres arnaques par la suite.

Avec des factures d’assurance et une photocopie de carte bancaire, on peut facilement se faire passer pour quelqu’un d’autre et commander tout ce que l’on veut sur Internet.

Internet : l’incubateur d’arnaques

C’est au travers de forums et d’e-mails que les arnaqueurs attrapent leur proie. Le candidat emprunteur doit bien se rappeler qu’il n’est pas normal pour un particulier, de proposer des prêts d’argent à d’autres particuliers qu’il ne connaît pas. Le financement collectif existe, il est encadré par l’AMF et l’Autorité de Contrôle Prudentiel de la Banque de France.

Tous les jours Emprunter Malin voit de telles propositions apparaître sur les commentaires. Et elles ne sont pas postées au hasard, ces tentative sont déposées sur les sujets traitant d’économie collaborative ou de surendettement.

Pas bêtes, les escrocs postent leurs offres le vendredi soir, misant sur le fait que le modérateur des commentaires ne va pas ouvrir son ordinateur du week-end. Peine perdue.

Fabien Belleinguer
Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement. Si vous avez des questions, contactez-moi.
Ceci va aussi vous intéresser :

110 Commentaires

S’abonner
Notifier de
110 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Devis Credits Gratuits !

Dernière mises à jour !