Accueil Banques et épargnes L’assurance-vie en euros, ça rapporte encore ?

L’assurance-vie en euros, ça rapporte encore ?

Le rendement de l’assurance-vie en euros dépasse difficilement 1,3 %, selon l’analyse de l’UFC Que Choisir. En cause : les banques centrales font tout pour rendre l’argent moins cher dans le but de soutenir leurs économies. L’assurance-vie en support euros reste le meilleur placement à fonds garanti, voici le comparatif annuel des performances.

Pour info : le contenu ci-dessous est une analyse du classement de l’association de consommateurs Que Choisir. Les rendements s’entendent nets de frais de gestion, avant prélèvements sociaux et imposition, brut de frais sur versements.

L’assurance-vie en euros rapporte jusqu’à 1,85 %

L’année dernière, la meilleure assurance-vie en support euros a été Épargne Retraite de Asac Fapès Alliantz. Les heureux souscripteurs pourront se vanter d’avoir perçu un rendement de 1,85 %. À ne pas confondre avec un placement en PERP, dont les cotisations sont défiscalisées.

Juste derrière, on trouve le Compte Épargne Libre Avenir de chez Mif qui a rapporté 1,70 %. Le 3e meilleur rendement de l’assurance-vie en euros appartient à Afer Multisupport de Afer, les gestionnaires ayant réussi à verser 1,70 % à leurs assurés.

On note encore 3 contrats d’assurance-vie en support euros dont les rendements se sont situés au-delà de 1,5 %. En 2020, aucun gestionnaire n’a atteint les 2 %.

Et ce sera tout pour les bonnes nouvelles, car les autres gestionnaires de la liste n’ont distribués que des rendements en dessous de 1,5 %. Des résultats bien loin derrière les 5 % des SCPI.

En pleine crise économique provoquée par la crise sanitaire, les banques centrales continuent de faire baisser le coût de l’argent, et par effet de dominos son rendement.

Pour info : au 2e trimestre 2020 les ménages français ont retiré 1 milliards d’euros sur leurs assurances-vie en euros. Au 1e trimestre 2020 ils disposaient d’une épargne de 1662,1 milliards d’euros (source : Banque de France).

Rendement moyen de l’assurance-vie en support euros

D’après l’enquête de l’UFC que choisir, le rendement moyen des assurances-vie en support euros se situe entre 1 % et 1,3 %.  La plupart des poids-lourds de la finance se cale dans cette fourchette : Maif (1,30 %), Agipi (1,30 %), la Macif (1,25 %), Axa (1,20 %) et BNP Paribas Cardif (1,10 %).

Tout en bas du classement, on trouve même des assurances-vie en support euros avec des taux de rendement inférieurs à 1 %. C’est le cas de Vivacio  de la Banque Postale, qui n’a distribué que 0,80 % alors que ses souscripteurs ont pu bénéficier de 1,30 % l’année d’avant.

Quant aux autres, celles qui tiennent le haut du pavé, elles ont dû puiser dans les réserves pour offrir du rendement à leurs clients. Lors des bonnes années, les gestionnaires conservent une partie du rendement pour le placer dans un fonds provisionnel, justement en prévisions des mauvaises années.

L’année dernière beaucoup de gestionnaires d’assurance-vie en support euros ont dû y avoir recours.

Pour info : les assurances-vie en unités de compte rapportent davantage, mais ne sont pas les préférées des Français. Au 1e trimestre 2020 ils y ont consacré 3,1 milliards d’euros, alors qu’ils ont ajouté 18,6 milliards d’euros sur leurs livrets d’épargne réglementée.

Comment est imposé le rendement de l’assurance-vie ?

La fiscalité de l’assurance-vie dépend de la date à laquelle les primes ont été versées :

  • Avant le 27 septembre 2017,
  • à partir du 27 septembre 2017.

Les rendements sur les primes versées avant le 27 septembre 2017 sont imposées au prélèvement libératoire de :

  • 35 % pour les bénéfices pris moins de 4 ans après le dépôt,
  • 15 % pour les bénéfices pris entre 4 et 8 ans après le dépôt,
  • 7,5 % pour les bénéfices pris plus de 8 ans après le dépôt.

En supplément un abattement de 4600 € par personne ou 9200 € par couple est accordé, sur les bénéfices réalisés depuis plus de 8 ans.

La fiscalité des assurances-vie a été simplifiée pour tous les revenus en provenance de primes versées après à partir du 27 septembre 2017 :

  • Prélèvement forfaitaire de 12,8 % si le contrat a moins de 8 ans.
  • Prélèvement forfaitaire de 7,5 % si le contrat a plus de 8 ans.
  • Prélèvement forfaitaire de 12,8 % sur les primes excédant 150 000 € des contrats de plus de 8 ans.

Pour info : dans tous les cas de figures cités ci-dessus, l’épargnant peut choisir d’imposer son rendement directement sur ses revenus.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Abonnez-vous à ce fil de discussion
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires dans le texte
Voir tous les commentaires