Accueil Actualités Obtenir un prêt

Acheter sa maison en Île-de-France : quels revenus ?

PARTAGER SUR
La capacité d'achat augmente, les prix aussi.

Même s’ils tentent de tempérer le phénomène les notaires sont formels : les prix des maisons sont en augmentation en région parisienne (+0,6 %). Car avec 48 640 unités vendues au 1er trimestre, les transactions ont bondi de +17 % par rapport à l’année dernière à la même époque. Toutefois la baisse des taux d’emprunt fait que l’on peut en théorie acheter sa maison en Île-de-France avec un salaire minimum de  2340 €.

Note : les revenus ci-dessous se base sur un apport personnel de 10%, un prêt immobilier à mensualités fixe sur 25 ans au taux actuel moyen, assurance emprunteur non comprise, avec un taux d’endettement de 33 %. Dans la pratique les banques tiennent également compte du reste à vivre.

Des prix du simple au triple en petite couronne parisienne

Avant de démarrer, il s’agit d’apporter une précision d’importance sur les outils de mesure des prix du m². La note de conjoncture des notaires sur l’immobilier en région parisienne, décrit le montant des transactions enregistrées par les études au cours du 1er trimestre 2016. Il ne s’agit donc pas forcément de l’évolution des prix des logements, mais plutôt du budget que les acheteurs sont prêts à mettre en ce moment.

La publication des notaires cite l’exemple de la ville de Colombes (92), où à 509 000 €, la transaction médiane à bondi de +28,9 %. Alors qu’une poignée de kilomètres plus à l’Est, à Bois-Colombes (92) elle a chuté de -26 %, à 460 000 €. Ces 2 variations ne sont dues qu’aux « caractéristiques des biens » et à « la taille des maisons vendues ».

Pour acheter sa maison pas cher en petite couronne

Les transactions les moins élevées sur les maisons en région parisienne, ont été observées à Livry-Gargan (93) pour 244 000 € (-0,4 %). En utilisant notre simulateur de mensualités, on tombe sur des échéances de 1076 €, ce qui correspond à des revenus de 3260 €/mois.

Les candidats acheteurs peuvent choisir de descendre dans le Val-de-Marne (94), où l’on pourra peut-être acheter sa maison pour 248 000 € à Villeneuve le Roi (+ 1,2 %). Au taux actuel, cela sous-entendrait des mensualités fixes de 1093 € sur 25 ans, acceptables pour des revenus de 3315 €/mois.

Pour acheter les maisons les plus chères de l’Ouest parisien

Au 1er trimestre 2016, la transaction médiane sur les maisons anciennes de Rueil-Malmaison (92) s’est établie à 769 300 € (+ 1,1 %). En tenant compte des mêmes conditions, cela signifie des échéances de 3390 €, accessibles pour des revenus de 10 273 €/mois. Notons qu’à ce niveau, beaucoup de banques acceptent de monter au-delà d’un taux d’endettement de 33 %.

Les candidats acquéreurs peuvent descendre de budget en se rendant à Anthony (92). Au 1er trimestre la transaction médiane atteignait 465 500 €, en baisse de -7 %. Les mensualités baissent ainsi à 2051 €, ce qui équivaut à des revenus de 6215 €/mois.

Acheter sa maison en grande couronne : c’est moins cher

Dans les 4 départements qui forment la grande banlieue de la région parisienne, les prix des maisons vont du simple au double. Toutefois il ne s’agit toujours que d’un indicatif du montant des transactions, la valeur d’un bien immobilier dépendant entre autres de son emplacement, de son état et de ses équipements.

Les notaires nous font savoir que le marché de la grande couronne présente une particularité : celui de présenter des variations de prix très importantes « parmi les communes enregistrant le plus de vente ». Toutefois les écarts semblent être inversement proportionnels à la demande. En Seine-et-Marne (77) « les 4 communes les plus actives en termes de vente affichent toute une baisse annuelle de leurs prix ». Il n’empêche que le montant des transactions a grossi depuis notre édition précédente de septembre.

Acheter sa maison à moins de 200 000 € en Île-de-France

C’est à Gonesse (95), entre Sarcelles et Roissy en France, que l’on peut trouver des maisons à 175 000 €. Attention toutefois, les prix se sont écroulés de -31,4 % en 1 an. Il n’empêche qu’avec des mensualités de 772 €, le projet serait théoriquement accessible à des revenus de 2340 €/mois.

À Combs-la-ville en Seine-et-Marne (77), ceux qui parmi les 22 000 habitants ont acheté leur maison au 1er trimestre, l’on fait en médiane à 232 000 € (-9,2 %). Avec des mensualités de 1022 €, ce projet serait accessible à des revenus de 3097 €/mois.

Acheter sa maison plus cher en grande qu’en petite couronne

Au 1er trimestre 2016, la transaction médiane sur les maisons anciennes de Versailles (78), a atteint 807 500 € (-9,6 %). Les nouveaux propriétaires ont donc consacré plus de budget que ceux de Rueil-Malmaison, en petite couronne. Pour réaliser ce projet ils payeront des mensualités fixes de 3558 €, accessibles s’ils disposent de revenus de 10 780 €/mois.

Pour acheter sa maison dans la charmante commune de Verrières-le-Buisson (91) et intégrer ainsi les quelque 16 000 habitants, il faudra tabler sur un budget de 461 000 €. Mais les transactions ne sont pas monnaies courantes, les notaires n’ont pas suffisamment de données pour indiquer les évolutions. Quoiqu’il en soit cet achat immobilier nécessitera des mensualités de 2032 €, et des revenus de 6158 €/mois.

Posez vos questions, commentez

commentaires