Accueil Immobilier Les prix du m² vont se stabiliser, pensent les notaires

Les prix du m² vont se stabiliser, pensent les notaires

Maison à vendre

Les prix de l’immobilier sont au plus haut depuis une décennie, et ont encore augmenté au 2e trimestre 2019. Le marché reste dynamique car on continue d’observer une hausse des ventes, mais également une baisse des souscriptions de crédits. C’est dans ce contexte que les notaires conseillent de vendre plutôt que d’acheter, car la courbe des prix pourrait se stabiliser.

Tendance des prix de l’immobilier

Les prix de l’immobilier n’ont cessé d’augmenter au cours de ces 3 dernières années. Les chiffres compilés par les notaires et publiés par l’INSEE, montrent que les prix des appartements ont globalement gagné +4,3 % au 2e trimestre 2019. Cette hausse fait suite à deux précédentes de +3,8 % et 3,4 % aux 1er et 4e trimestre.

La hausse du prix des maisons atteint +2,4 % au 2e trimestre 2019 sur toute la France. Au 1er trimestre elle avait été de +2,5 % après 3,1 % au 4e trimestre.

La première constatation est que la tendance des prix de l’immobilier est à la hausse, comme notamment observé sur la région parisienne en 3 mois.

Au final les prix des logements anciens ont gagné +3,2 % en 12 mois. La hausse des prix du m² reste donc bien implantée, avec inévitablement un pouvoir d’achat immobilier en baisse dans les grandes villes. C’est dans ce contexte que l’observatoire CSA/Crédit Logement constate un bond de +13,7 % du nombre de crédits immobiliers accordés, d’août à octobre 2019 par rapport à août-octobre 2018.

Alors, les conditions sont-elles réunies pour stabiliser la tendance des prix de l’immobilier ? Les notaires pensent que oui.

Les conseils des notaires de France

L’indice notaires-INSEE pour le 2e trimestre 2019, met en avant 1 017 000 transactions immobilières au cours des 12 derniers mois. C’est mieux que les 985 000 ventes de logements anciens constatées à la fin mars, l’activité du marché du logement reste donc élevée.

Avec ce constat, 71 % des notaires anticipent une stabilisation des prix de l’immobilier (source ici).

Et lorsque l’on regarde les chiffres, effectivement le marché du logement pourrait voir moins d’acheteurs que de vendeurs, car la capacité d’achat des ménages a subi un sérieux revers. Toujours d’après l’observatoire CSA/Crédit Logement, au 3e trimestre 2019 la surface achetable diminue dans 41 % des villes de plus de 100 000 habitants.

À Brest les nouveaux propriétaires ont dû acheter 6,2 m² de moins que leurs prédécesseurs du 3e trimestre 2018. Ailleurs la variation est plus modérée, avec -3,7 m² au Mans et -1,7 m² à Villeurbanne.

Dans ce contexte, 70 % des négociateurs des études notariales conseillent de vendre maintenant et d’attendre avant d’acheter.

Ce réflexe de prudence, qui suppose un retournement du marché avec des prix en baisse. Immonot.com

Les taux bancaires vont-ils remonter ?

Les emprunteurs continuent de profiter de taux d’intérêts très abordables cette année. En août les moins bons profils ont pu emprunter en dessous de 1,58 % sur 25 ans. Car les banques font des efforts pour conserver la jeune clientèle dans leurs agences. Désormais les crédits immobiliers sur 30 ans se multiplient, avec des taux si avantageux que les acheteurs peuvent même revendre dans moins de 10 ans.

Contrairement à ce que l’on pensait à la fin de l’année dernière, cette grande braderie n’est pas terminée. Finalement la BCE (Banque Centrale Européenne) pourrait rouvrir le robinet monétaire, ce qui a d’ores et déjà fait plonger le coût des obligations françaises à 10 ans, et au bout du compte le taux immobilier des ménages.

Mais la baisse du coût de l’argent ne suffira pas à absorber les hausses des prix du m². Le marché du logement pourrait observer un ralentissement des ventes, à l’instar de ce qui s’observe déjà sur le marché de l’immobilier neuf.

Par des mécanismes naturels les vendeurs adapteront leurs ambitions au budget des acheteurs. Ainsi, tant que les taux des crédits demeureront bas, on s’attendra à une stabilisation des prix de l’immobilier plutôt qu’à une baisse.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

2
Une question ? Un commentaire ? On vous répond !

500
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
  Abonnez-vous à ce fil de discussion  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Julien

Bonjour, Je suis convaincu que nous sommes proche d une crise monétaire pour 2020, actuellement je suis accédant à la propriété et j’ai donc un emprunt sur ma RP. Ma question et mes craintes sont les suivantes : Mon bien va t’il perdre de la valeur lors de cette futur… Lire la suite »