Accueil Rachat de crédits 40 % des Français en découvert bancaire

40 % des Français en découvert bancaire

Le découvert bancaire est une avance de trésorerie largement utilisée par le consommateur français. Les banques en tirent une importante source de revenus via la facturation d’intérêts, appelés agios. Une étude Cofidis montre que 40 % des Français y ont recours au moins une fois par an, pour un montant moyen de 375 €.

Les Français ont  375 € de découvert bancaire

Alors que 45 % des Français jugeaient leur pouvoir d’achat stable, voici que la crise sanitaire vient tout bouleverser. D’après la 9e édition du baromètre annuel du pouvoir d’achat de Cofidis, 40 % des ménages considèrent que leur situation financière est déjà touchée.

Alors pour joindre les 2 bouts, le ménage français a recours au découvert bancaire au moins une fois par an, pour un montant moyen de 375 €. C’est 34 € de plus que l’année dernière, cette année il manquerait 449 €/mois aux personnes interrogées pour vivre confortablement.

Pour autant, l’étude de Cofidis montre que 26 % des Français les plus fragiles financièrement estiment que les aides mises en place par le gouvernement améliorent leur pouvoir d’achat. Jusqu’ici tout va bien donc, mais les familles françaises pensent que le beau temps ne va pas durer.

Elles sont 79 %, soit 8 personnes interrogées sur 10, à ne pas croire en l’amélioration de leur pouvoir d’achat au cours des 3 prochains mois. Plus en avant, 2/3 des ménages français ne pensent pas que leur budget va s’améliorer au cours des 12 prochains mois.

Pour info : le regroupement de crédits permet de retrouver du pouvoir d’achat, cette opération est disponible autant pour les propriétaires que pour les locataires.

Le découvert bancaire, combien ça coûte ?

Au 30 avril 2020 la Banque de France recensait 61,7 milliards d’euros sur les comptes ordinaires débiteurs, particuliers et professionnels confondus. Autant dire que les découverts bancaires sont une manne financière pour les banques, qui facturent des intérêts plus communément appelés agios.

Techniquement un découvert bancaire est un prêt de trésorerie, à ce titre elles ont le droit d’appliquer jusqu’à 21,31 % pour un montant inférieur ou égal à 3000 € (source : taux d’usure 2e trimestre 2020).

En supplément une banque a droit d’ajouter des frais de dossier pour un montant maximum de 8 € par opération et 80 € par mois. Toutefois les clients qui bénéficient d’une offre spécifique client fragile ne paieront pas plus de 4 € par opération, pour un plafond de 20 € par mois.

Sont considérés comme étant en situation fragile, les ménages reconnus en état de surendettement ou ayant subi un refus d’ouverture de compte bancaire.

Le crédit renouvelable, alternative au découvert bancaire

Une étude de l’ASF (Association française des Sociétés Financières) montre bien les effets de la crise économique sur les emprunteurs français. En avril 2020 les ménages ont souscrit pour 316 millions d’euros de crédits renouvelables, ce qui représente 6 fois plus que les crédits auto.

Cette trésorerie qui se renouvelle automatiquement, exactement comme un découvert bancaire, présente un avantage de taille. Dans un prêt renouvelable les remboursements peuvent s’étendre sur 60 mois, tandis que le découvert ne peut pas excéder 3 mois ou 1 an selon les accords.

Certains ménages sont alors tentés par cette trésorerie facile, souscrite en toute discrétion sans que leur banque ne le sache. Mais la discrétion a un prix.

Il faut compter sur un TEG autour de 15 % pour un remboursement en une quinzaine de mensualités, alors que le TEG moyen du découvert bancaire se situe entre 6 % et 7 %. Notons que la loi permet à l’emprunteur de transformer un prêt renouvelable en un prêt amortissable fixe, une banque ne peut pas refuser l’opération.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Abonnez-vous à ce fil de discussion
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires dans le texte
Voir tous les commentaires