Accueil Consommation Financer sa voiture neuve, oui mais sans crédit

Financer sa voiture neuve, oui mais sans crédit

mise à jour: 10 janvier 2019
Le conducteur français utilise de moins en moins le crédit auto, au profit de la LOA.

Le marché automobile continue d’afficher une bonne santé, avec des ventes de véhicules particuliers neufs en augmentation de +3 % en 2018. Toutefois les sociétés de crédit n’arrivent toujours pas à en profiter. Pour financer sa voiture neuve, le français moyen continue de délaisser le bon vieux crédit auto au profit de la LOA.

Les crédits pour véhicules neufs à la peine

Le marché du financement des biens durables continue de présenter des taux particulièrement intéressants. En novembre 2018 banques et sociétés de crédit ont prêté en moyenne à 3,82 %, exactement comme en novembre 2017. (source : Banque de France).

Mais le crédit pour voiture neuve n’a pas profité de l’aubaine, ou si peu. Les nouveaux conducteurs en ont souscrit 9 millions d’euros de moins de janvier à octobre 2018, par rapport à la même période en 2017 (source : Association Française des Sociétés Financières). Et la tendance n’est pas proche de s’améliorer, car les sociétés spécialisées ont accordé 0,5 % de prêts auto en moins par rapport à octobre 2017.

Les voitures d’occasion font tourner le marché du crédit auto

Chaque année il se vend davantage de voitures d’occasion que neuves. D’après les chiffres du CCFA (Comité des Constructeurs Français d’Automobiles), pas moins de 404 000 voitures particulières ont changé de propriétaire en décembre 2018. À titre de comparaison, seules 165 000 voitures particulières neuves se sont vendues ce même mois, tous constructeurs confondus.

Si les sociétés de crédit subsistent dans ce domaine, c’est donc grâce au crédit pour voiture d’occasion. Sur les 10 premiers mois de 2018 elles ont prêté 3,3 milliards d’euros, soit +11,4 % par rapport aux 10 premiers mois de 2017. Mais la fête ne va peut-être pas durer bien longtemps, la faute à une concurrence qui leur mange des parts de marché de mois en mois.

Financer sa voiture neuve ou d’occasion avec une LOA

Les sociétés de crédit feraient bien de se reconvertir dans la location avec option d’achat. Car le mois d’octobre a été particulièrement prolifique du côté des automobiles neuves, avec 684 millions d’euros de chiffre d’affaires rien que pour la LOA. Une progression de +18,6 % qui semble soutenir à elle seule l’industrie toute entière.

Depuis le début de l’année, pas moins de 7,7 milliards d’euros ont été injectés dans le financement d’automobiles neuves, en grande partie grâce à la LOA. Et la fièvre commence à gagner le marché des véhicules d’occasion.

En octobre 2018 les sociétés spécialisées ont ainsi encaissé 51 millions d’euros de loyers pour des automobiles d’occasion. De janvier à octobre 2018 leur chiffre d’affaires atteint 376 millions d’euros, en progression de +44 % par rapport à l’année dernière.

LOA ou crédit, combien ça coûte de financer sa voiture ?

Si l’on calcule ce que coûte de posséder une voiture, la partie financement revient moins cher que l’assurance. En utilisant un simulateur de crédit à la consommation glané sur Internet, on tombe sur un meilleur TEG de 2,40 % sur 48 mois. Pour un véhicule à 14 000 €, cela sous-entend des mensualités de 306 € et un coût du crédit de 688 €. La voiture coûterait donc 14 688 € à son propriétaire.

L’offre la moins bonne monte à 5,90 % de TEG, pour des mensualités de 328 € et 1 705 € de coût final. Le conducteur l’aura donc payé 15 705 €.

S’il choisit de financer sa voiture au travers de la LOA, nous tombons sur un loueur qui propose un premier loyer majoré de 2 794,40 €, puis 48 mensualités de 230,50 € avec une option d’achat de 1 400 €. Au bout du compte, sa voiture lui aura coûté 15 258,40 € s’il l’achète à la fin du contrat.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer