Accueil Rachat de crédits Trop de dettes

Chine : 126 milliards d’euros de prêts bancaires en 1 mois, ça fait peur

La dette chinoise soutient l'économie
L'injection massive de crédits alimente l'activité économique des mégapoles chinoises.

Après l’admiration et l’envie, la Chine fait maintenant peur. Selon Bloomberg, en août les banques de l’empire du milieu ont accordé pour 126 milliards d’euros de prêts bancaires, surtout aux ménages. De quoi inquiéter les économistes qui voient la dette chinoise grimper, et les grandes banques accumuler des créances difficilement solvables.

La technique des prêts bancaires pour booster l’économie

Pour alimenter la croissance il faut que les ménages dépensent. Pour qu’ils le puissent, il faut qu’ils aient un emploi stable et de bon revenus. Les entreprises doivent donc investir, innover, embaucher, et les banques doivent prêter à tout ce petit monde. En Europe on utilise la technique de la planche à billets, qui si elle ne donne pas les résultats escomptés, fait au moins baisser les taux des prêts bancaires.

Aux États-Unis et en Chine, on choisit la stratégie du crédit aux particuliers les yeux fermés. Au pays de l’Oncle Sam on accorde des crédits auto de type subprimes, et dans celui de l’empire du milieu on inonde les entreprises de dettes. Le calcul est simple : plus les agents économiques tournent, plus on embauche, et moins le peuple a faim.

Le problème est qu’il faut savoir freiner la machine avant qu’elle ne s’emballe, et une telle performance n’a encore jamais été réalisée. Ainsi au même titre que l’envolée des prêts immobiliers américains a créé la crise mondiale de 2008, le fardeau de la dette chinoise pourrait être à l’origine de la prochaine.

Dettes des entreprises chinoises : 171 % du PIB

En août dernier le FMI (Fonds Monétaire International) a fait part de son inquiétude concernant le modèle chinois. Depuis 2007, la stratégie de relance économique chinoise a conduit à un endettement des entreprises à hauteur de 171 % du PIB. « La croissance de ces dernières années a été financée par la dette, mais ce miracle touche à sa fin », avertit un professeur de finance à l’université de Pékin Michael Pettis, au cours d’une interview du Temps.

Aujourd’hui les entreprises chinoises ont une dette de 17 000 milliards d’euros, qu’il leur sera sans doute difficile de rembourser. Dans un article paru dans l’Express, un économiste affirme que le rendement des investissements a été divisé par 3 en Chine depuis 2008.

Les banques chinoises plombées par des prêts bancaires pourris

Avec 6 % du PIB, la croissance chinoise pourrait faire rêver les gouvernements européens. Mais il n’en est rien, bien au contraire. Car cette performance est atteinte en partie au prix d’une distribution de prêts bancaires à la va-vite. En juin les enseignes locales en ont accordé pour plus de 186 milliards d’euros, pas toujours en effectuant une étude de solvabilité.

Résultat : les 4 plus grandes banques commerciales chinoises, toutes contrôlées par l’État, affichent une hausse de leurs créances douteuses. La plus grande banque mondiale en termes d’actifs qu’est ICBC (Industrial and Commercial Bank of China), avoue en compter 1,55 % dans son portefeuille. Chez Bank of China on en compte 1,47 %, tandis qu’Agricultural Bank of China en dénombre tout de même 2,40 %.

Le risque lié au surendettement de la Chine

Aujourd’hui la dette de l’État chinois représente 250 % de son PIB. Elle est la 2e puissance économique mondiale, et en cas de ralentissement de sa consommation bon nombre d’entreprises européennes, nord-américaines et autres, verraient leur chiffre d’affaires diminuer.

Invariablement une crise économique survenue en Chine ne mettrait pas plus d’1 an à arriver au sein de l’Union Européenne. Les effets sont alors connus : baisse des investissements et chômage. En supplément il pourrait se jouer un scénario à la japonaise, avec une croissance chinoise quasi nulle au cours des 20 prochaines années.

Posez vos questions, commentez

commentaires