Accueil Immobilier Prêt immobilier pour seniors : les durées qu’ils préfèrent

Prêt immobilier pour seniors : les durées qu’ils préfèrent

mise à jour: 19 décembre 2018
L'emprunteur peut avoir plus de 70 ans à la fin de son prêt immobilier.

Les banques ont toujours apprécié le prêt immobilier pour seniors, certaines d’entre elles acceptant même des remboursements jusqu’à l’âge de 75 ans. Avec les taux bas d’aujourd’hui, les 55 ans et plus choisissent des durées de plus de 15 ans. D’autres vont même bien au-delà.

Les durées du prêt immobilier pour seniors

Les chiffres du 3e trimestre 2018 rendus publics par l’observatoire CSA/Crédit Logement, montrent une tendance pour le moins inattendue.

De juillet à septembre 4,5 % des contrats de prêt immobilier pour la tranche d’âge de 65 ans et plus, étaient souscrits sur 20 à 25 ans. Au T3 2016 cette proportion était de 4,1 %. De manière encore plus surprenante, le rapport montre que 2,3 % des contrats de cette tranche d’âge se sont signés sur 25 à 30 ans, contre 1,2 % il y a 2 ans.

Pour autant la durée de prêt immobilier privilégiée par les 65 ans et plus, est celle de 10 à 15 ans qui concentre 49,2 % des contrats.

Quant aux jeunes seniors de la tranche d’âge des 55 – 65 ans, eux-aussi préfèrent rembourser sur 10 ans à 15 ans (38,4 %). En 2e position ils choisissent les durées de 15 ans à 20 ans (36,3 %), mais ils ne négligent pas le long terme pour autant.

Les chiffres montrent que 12,7 % des contrats de cette tranche d’âge pour le 3e trimestre 2018, se sont conclus sur 20 à 25 ans, comme le font leurs petits-enfants.

Et l’on trouve tout de même une proportion de 2,6 % pour s’être engagée sur 20 à 25 ans. Mais surtout, on constate que 0,1 % des prêts immobiliers pour seniors de 55 à 65 ans se sont signés sur 30 ans et plus.

De meilleurs taux pour les seniors

D’après les chiffres de l’INSEE, 64 % des ménages âgés de 50 à 64 ans sont propriétaires occupants. Chez les 65 ans et plus, la proportion monte à 74 %. Cela donne donc plus d’1 sénior sur 3 propriétaire de sa résidence principale, ayant souvent déjà fini de payer son crédit immobilier.

Ces tranches d’âge sont principalement des secundo accédants, disposant par conséquent d’un important apport personnel obtenu en revendant leurs logement. Les banques leur prêtent donc une somme d’argent bien inférieure au montant de la garantie hypothécaire, ce qui diminue le risque de défaut de paiement. Or plus le risque est faible, plus le taux est bas.

Pour calculer ce taux au plus précis, l’observatoire CSA/Crédit Logement découpe la population des emprunteurs en 4 quartiles. Le 1er quartile exprime les meilleurs profils, ceux dont le risque de défaut de remboursement est le plus éloigné.

Eu égard à un apport important, ainsi que des revenus en phase d’être pérennes à l’approche de la pension de retraite, le prêt immobilier pour senior se situe généralement dans le 1er ou le 2e quartile.

Ils quittent leur maison pour s’installer en appartement

Il y a quelques décennies, les baby-boomers ont profité des aides d’État de l’époque pour devenir propriétaire d’un pavillon de banlieue. La plupart ont un étage, qu’il deviendra difficile de monter à l’avenir. Progressivement les plus de 65 ans vendent leur maison pour acheter un appartement en centre-ville, plus proche des commodités et des services.

Mais ce changement implique une différence de prix en faveur du centre-ville, qu’ils compensent en ayant recours au crédit immobilier.

Prenons l’exemple d’un acheteur qui vise un confortable appartement de 400 000 €, financé en grande partie avec le fruit de la vente d’une maison de 300 000 €. En comptant les frais d’achat, il devra emprunter 140 000 €. En septembre 2018 le taux moyen du 1er quartile sur 15 ans était à 0,96 % pour des mensualités de 835 €/mois sans assurance.

Les banques et le prêt immobilier pour seniors

Les banques aiment cette clientèle qui dépense peu, tient parfaitement ses comptes et dispose même d’une épargne à déplacer dans leurs coffres. La plupart d’entre elles acceptent de leur prêter jusqu’à l’âge de 70 ans, d’autres s’avancent même jusqu’à 75 ans. Généralement elles leur demandent de domicilier les revenus dans l’une de leurs agences.

Le problème le plus souvent rencontré se situe au niveau de l’assurance emprunteur. Des examens médicaux sont nécessaires, et il arrive que les seniors doivent avoir recours à la convention AERAS pour obtenir un prêt immobilier. Cependant les personnes âgées de 60 ans et plus qui ne fument pas, ont de bonnes chances de trouver une police d’assurance sur-mesure.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer