Accueil Immobilier Ces villes d’Île-de-France où les prix des maisons diminuent

Ces villes d’Île-de-France où les prix des maisons diminuent

mis à jour: mardi 31 juillet 2018
Maison à Cergy

En 1 an les prix des maisons ont augmenté de +3 % en région parisienne, mais pas partout. Certaines villes moyennes de plus de 20 000 habitants ont vu le montant des transactions diminuer, tandis que de grosses aires urbaines ont subi le même sort. Voici 3 villes dans chacun des 4 départements de la grande couronne, où les notaires constatent une baisse du prix de vente médian.

3 villes des Yvelines (78) où les prix des maisons reculent

À Andresy les nouveaux propriétaires ont déboursé 339 600 € pour acheter une maison ancienne. Question de budget ou véritable baisse des prix, ils l’ont emporté à -3,5 % par rapport à leurs prédécesseurs de l’année dernière.

À Chanteloup-les-Vignes, ils ont fait mieux et pour moins cher. Les notaires ont constaté un montant des ventes médians de 264 400 €, soit un recul de -3,8 % en 1 an. Peut-être des opportunités à saisir pour les jeunes couples, que les banques attirent dans leurs coffres grâce au prêt immobilier.

Mais la plus forte baisse s’est observée à Maurepas, où le marché de l’immobilier de maison semble à l’arrêt. Les acheteurs du 1er trimestre 2018 ont signé à 325 200 € de moyenne, ce qui représente -5,1 % sur 12 mois. Au final le montant des transactions y est en recul de -7,7 % sur 5 ans.

Et même la 2e commune la plus peuplée de Seine-et-Marne (77)

Située à moins de 100 km des centres économiques du Val-de-Marne, Fontenay-Tresigny est accessible par la nationale 4. On y vient pour chercher le calme, et des prix des maisons imbattables. Au 1er trimestre les études notariales locales ont enregistré une médiane de 244 900 €, en recul de -13,7 % sur 1 an.

Ceux qui veulent habiter en Seine-et-Marne mais au sein d’une zone économique importante, pourront se tourner vers Meaux. Ils y paieront leur maison 297 500 €, soit 3,6 % de moins que l’année dernière. Attention toutefois à ne pas rater le coche, car les prix ont en fait monté de +18,5 % sur 5 ans. La faute sans doute à la baisse des taux d’intérêts bancaires, qui ont redonné du pouvoir d’achat aux accédants à la propriété.

Dans la périphérie urbaine sud de la 2e capitale mondiale de la moutarde, il y a Nanteuil-Les-Meaux. Une maison à distance raisonnable de l’autoroute A140 et d’un terrain de golf, coûte 4 % moins cher que l’année dernière. Les notaires enregistrent des transactions de 227 500 €, ce qui est même 12,4 % en dessous des prix d’il y a 5 ans.

Ces villes moyennes d’Essonne (91) où les maisons sont moins chères

Le prix d’une maison à Draveil est dans la lignée de la moyenne départementale. Au 1er trimestre les acheteurs ont dépensé 283 100 €, soit -6,3 % en recul par rapport à l’année dernière. D’ailleurs les prix restent en baisse de -12,5 % sur 5 ans.

La tendance peut paraître également intéressante sur Orsay. Les notaires constatent un budget médian de 438 000 € pour une maison, ce qui est -3,2 % mieux que l’année dernière.

Il y a peut-être également des opportunités à Vigneux-Sur-Seine. Au 1er trimestre les maisons se sont achetées pour 243 000 € de médiane, ce qui est -4,2 % moins cher que l’année dernière. Par ailleurs les prix du marché reste en recul de -5 % sur 5 ans.

C’est la grande braderie dans le Val-d’Oise (95)

D’accord, L’Isle-Adam n’a pas le RER, mais la ville verte de 12 000 habitants est bien reliée au reste de la région parisienne par son réseau ferroviaire. D’après les notaires les maisons changent de propriétaire pour 373 400 €, ce qui est -13,8 % moins chers que l’année dernière.

Mais les familles qui recherchent la nature, le RER et les universités vont avoir envie de regarder sur Cergy. Le prix médian d’une maison s’est établi à 293 100 € au 1er trimestre, soit une baisse de -6 % en 1 an.

Pour ceux qui travaillent sur la zone économique de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, il est peut-être temps d’acheter à Goussainville. Les notaires constatent qu’un budget de 201 200 € est nécessaire pour y devenir propriétaire d’une maison, un prix en recul de -11 % sur 1 an.