Accueil Immobilier Ces villes d’Île-de-France où les prix des maisons diminuent

Ces villes d’Île-de-France où les prix des maisons diminuent

mise à jour: 1 mai 2019
Maison à Cergy

En 1 an les prix des maisons ont augmenté de +2 % en région parisienne, mais pas partout. Certaines communes ont vu le montant des transactions diminuer, même proches de grosses aires urbaines. Voici 3 villes dans chacun des 4 départements de la grande couronne, où les notaires constatent une baisse du prix de vente médian.

3 villes des Yvelines (78) où les prix des maisons reculent

À Voisins-le-Bretonneux les nouveaux propriétaires ont déboursé 483 400 € pour acheter une maison ancienne. Question de budget ou véritable baisse des prix, ils l’ont emporté à -4,5 % par rapport à leurs prédécesseurs de l’année dernière.

À Saint-Cyr-l’École ils ont fait mieux. Les notaires ont constaté un montant des ventes médian de 394 300 €, soit un recul de -8,4 % en 1 an. Peut-être des opportunités à saisir pour les jeunes couples, que les banques attirent dans leurs coffres grâce au prêt immobilier.

Le Perray-en-Yvelines dispose d’une gare qui la relie à Paris-Montparnasse en 1H00 à raison d’un train toutes les 30 minutes, voire toutes les 15 minutes aux heures de pointe. Et pourtant le marché de l’immobilier n’est pas en forme. Les acheteurs du 3e trimestre 2018 ont signé à 324 000 € de moyenne, ce qui représente -9,8 % sur 12 mois.

En Seine-et-Marne (77), proche des zones économiques

À Saint-Fargeau-Ponthierry les notaires constatent que les maisons anciennes partent en médiane pour 286 900 € soit -6,5 % par rapport au 3e trimestre 2017. Attention toutefois à ne pas rater le coche, car les prix sont remontés de +1,4 % sur 5 ans. La faute sans doute à la baisse des taux d’intérêts bancaires, qui ont redonné du pouvoir d’achat aux accédants à la propriété.

Située à une vingtaine de kilomètres des centres économiques de Meaux, La Ferté-sous-Jouarre est proche de l’A4. On vient y chercher le calme et des prix des maisons imbattables. Au 3e trimestre 2018 les études notariales locales ont enregistré une médiane de 168 000 €, en recul de -0,5 % sur 1 an mais surtout de -10,9 % sur 5 ans.

Mais l’on peut également s’installer en Seine-et-Marne, à quelques kilomètres du centre économique de Créteil (94). À Roissy en Brie les maisons changent de main pour 290 700 € de médiane. Un prix qui représente +3 % en 1 an mais -3,3 % en 5 ans.

Ces villes d’Essonne (91) où les maisons sont moins chères

D’après les notaires, le prix d’une maison à Corbeil-Essonnes descend à 212 800 € au 3e trimestre. Un budget en baisse de -3,5 % sur 1 an, mais surtout de -5,6 % sur 5 ans.

La tendance peut paraître également intéressante sur Marcoussis. Les notaires constatent un budget médian de 313 600 € pour une maison, ce qui est que -8,4 % mieux que l’année dernière. Et encore, ceux qui sont prêts à quitter l’Île-de-France trouveront encore moins cher dans de grandes villes de province.

Il y a peut-être également des opportunités à Soisy-sur-Seine. Au 3e trimestre les maisons se sont achetées pour 325 900 € de médiane, soit -4,7 % moins cher que l’année dernière. Sans doute une bonne occasion d’habiter au bord d’une forêt, mais à moins de 2 km des premières gares qui desservent Évry.

Les bonnes occasions du Val-d’Oise (95)

D’accord, L’Isle-Adam n’a pas le RER, mais la ville verte de 12 000 habitants est bien reliée au reste de la région parisienne par son réseau ferroviaire. D’après les notaires les maisons changent de propriétaire pour 402 700 €, ce qui est -3 % moins cher que l’année dernière.

Les familles souhaitant se loger tout près de l’activité économique de l’aéroport Paris Charles De Gaulle, peuvent se tourner vers Goussainville. Au 3e trimestre les 31 000 habitants achetaient des maisons anciennes à 210 100 € de moyenne. Non seulement il s’agit d’un recul de -4,3 % sur 1 an, mais aussi de -1,9 % sur 5 ans.

Enfin, pour profiter du charme de Montmorency et de sa forêt proche, les maisons anciennes s’échangent en médiane à 419 300 €. C’est 4 % de moins que l’année dernière et 5,7 % de moins qu’il y a 5 ans.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Tous les articles

Une question ? Un commentaire ? On vous répond !

500
  S’abonner  
Notifier de