Accueil Immobilier Ces villes d’Île-de-France où les prix des maisons diminuent

Ces villes d’Île-de-France où les prix des maisons diminuent

mise à jour: 10 septembre 2018
Maison à Cergy

En 1 an les prix des maisons ont augmenté de +2,5 % en région parisienne, mais pas partout. Certaines villes moyennes de plus de 20 000 habitants ont vu le montant des transactions diminuer, tandis que de grosses aires urbaines ont subi le même sort. Voici 3 villes dans chacun des 4 départements de la grande couronne, où les notaires constatent une baisse du prix de vente médian.

3 villes des Yvelines (78) où les prix des maisons reculent

À Magnanville les nouveaux propriétaires ont déboursé 215 800 € pour acheter une maison ancienne. Question de budget ou véritable baisse des prix, ils l’ont emporté à -3,8 % par rapport à leurs prédécesseurs de l’année dernière.

À Poissy ils ont fait moins bien. Les notaires ont constaté un montant des ventes médians de 356 900 €, soit un recul de -2,4 % en 1 an. Peut-être des opportunités à saisir pour les jeunes couples, que les banques attirent dans leurs coffres grâce au prêt immobilier. Et puisque l’on parle d’opportunités, notons que les prix des maisons anciennes sont en recul de -3,8 % à Poissy sur 5 ans.

Mais la plus forte baisse s’est observée à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, où le marché de l’immobilier de maison semble à l’arrêt. Les acheteurs du 2e trimestre 2018 ont signé à 440 100 € de moyenne, ce qui représente -3,9 % sur 12 mois.

Et même la 2e commune la plus peuplée de Seine-et-Marne (77)

Ceux qui veulent habiter en Seine-et-Marne mais au sein d’une zone économique importante, pourront se tourner vers Meaux. Ils y paieront leur maison 285 800 €, soit 8,1 % de moins que l’année dernière. Attention toutefois à ne pas rater le coche, car les prix sont remontés sur 5 ans. La faute sans doute à la baisse des taux d’intérêts bancaires, qui ont redonné du pouvoir d’achat aux accédants à la propriété.

Située à une vingtaine de kilomètres des centres économiques de Meaux, La Ferté-sous-Jouarre est proche de l’A4. On y vient pour chercher le calme, et des prix des maisons imbattables. Au 2e trimestre les études notariales locales ont enregistré une médiane de 18 900 €, en recul de -6,8 % sur 1 an.

Mais l’on peut également s’installer en Seine-et-Marne, à quelques kilomètres du centre économique de Créteil (94). À Roissy en Brie les maisons changent de main pour 269 800 € de médiane. C’est un recul de -2,6 % sur 1 an et de -2,7 % sur 5 ans

Ces villes moyennes d’Essonne (91) où les maisons sont moins chères

D’après les notaires, le prix d’une maison à Corbeil-Essonnes descend à 211 200 € au 2e trimestre. Un budget en baisse de -1,4 % sur 1 an, mais surtout de -5,2 % sur 5 ans.

La tendance peut paraître également intéressante sur Mennecy. Les notaires constatent un budget médian de 273 900 € pour une maison, ce qui n’est que -0,5 % mieux que l’année dernière. En revanche, le niveau des prix est en retard de -9,6 % sur 5 ans.

Il y a peut-être également des opportunités à Savigny-sur-Orge. Au 2e trimestre les maisons se sont achetées pour 281 100 € de médiane, soit -1,7 % moins cher que l’année dernière. Mais surtout, les prix du marché restent en recul de -6 % sur 5 ans.

Les bonnes occasions du Val-d’Oise (95)

D’accord, L’Isle-Adam n’a pas le RER, mais la ville verte de 12 000 habitants est bien reliée au reste de la région parisienne par son réseau ferroviaire. D’après les notaires les maisons changent de propriétaire pour 385 000 €, ce qui est 7 % moins cher que l’année dernière.

Les familles souhaitant se loger tout près de l’activité économique de l’aéroport Paris Charles De Gaulle, peuvent se tourner vers Goussainville. Au 2e trimestre les 31 000 habitants achetaient des maisons anciennes à 201 800 € de moyenne. Non seulement il s’agit d’un recul de -2,8 % sur 1 an, mais aussi de -7,7 % sur 5 ans.

Enfin, pour profiter du charme de Montmorency et de sa forêt proche, les maisons anciennes s’échangent en médiane à 380 100 €. C’est 4,5 % de moins que l’année dernière et 3,5 % de moins qu’il y a 5 ans.