AccueilActualité immobilièreCes villes d'Île-de-France où les prix des maisons diminuent

Ces villes d’Île-de-France où les prix des maisons diminuent

En 1 an les prix des maisons ont augmenté de +6,6 % en région parisienne (source notaires), mais pas partout. Certaines communes ont vu le montant de leurs transactions diminuer, même proches de grandes aires urbaines. Voici au moins 3 villes dans chacun des 4 départements de la grande couronne où les notaires constatent une baisse du prix de vente médian.

3 villes des Yvelines (78) où les prix des maisons reculent

À Aubergenville les nouveaux propriétaires ont déboursé 274 600 € pour acheter une maison ancienne. Question de budget ou véritable baisse des prix, ils l’ont emporté à -8,5 % par rapport à leurs prédécesseurs de l’année dernière.

À Rambouillet il faut prévoir un budget de 434 500 €, ce qui représente une baisse de -4,2 % en 1 an. S’il n’y a que 6 % de logements vacants sur la commune, il y a 53 % de propriétaires parmi les 12 471 ménages fiscaux recensés par l’INSEE.

Pour s’offrir une maison à Poissy il faut compter 482 600 € de médiane. Les notaires constatent que ce budget est en retrait de -4,2 % par rapport à l’année dernière. Mais les les Pisciacais n’en profitent pas, on ne trouve que 42 % de ménages propriétaires dans cette commune de 38 000 habitants.

En Seine-et-Marne (77), proche des zones économiques

C’est en Seine-et-Marne que l’on trouve les maisons les moins chères d’Île-de-France. Et le marché est encore en train de s’améliorer, on trouve quelques villes de Seine-et-Marne où les prix des maisons diminuent.

À Quincy-Voisins la transaction médiane atteint 255 700 €, ce qui est -2 % de moins qu’il y a 1 an et -2,6 % qu’il y a 5 ans. De quoi redonner du pouvoir d’achat aux accédants à la propriété.

À Combs-la-Ville les notaires constatent que les maisons anciennes changent de main pour 276 600 €. Un montant qui diminue de -2,1 % sur 12 mois, de quoi profiter des 5 % de logements vacants et d’ajouter sa famille à la population, qui diminue de -0,3 % chaque année selon l’INSEE.

À Claye-Souilly c’est plus cher. Les maisons anciennes se vendent en médiane 352 600 €, en recul de -1,5 % sur 1 an.

À Champs-sur-Marne, le développement s’active autour de la gare commune avec Noisy-le-Grand. Les maisons se vendent à 433 900 €, un chiffre en progression de 29,2 % sur 5 ans et de +11,8 % sur 1 an.

Faites le test : quel meilleur taux pour votre projet immobilier ?

Emprunter Malin aide depuis 2015 les Français à mieux se renseigner avant de signer. Des milliers de familles remplissent notre formulaire gratuit et sans engagement pour recevoir des propositions de crédits immédiatement !

Un projet immobilier ? Pour savoir s'il est réaliste, faites la simulation. Remplissez le formulaire ci-dessous. Soyez honnête avec vos réponses pour obtenir une estimation précise.

Ces villes d’Essonne (91) où les maisons sont moins chères

C’est à Saintry-sur-Seine que les prix des maisons anciennes ont le plus baissé dans  l’Essonne. Les 2200 ménages se partagent 2400 logements, avec un taux de vacance de 7 %. C’est dans ce contexte que les maisons se vendent en médiane à 282 600 €, pour une baisse de -12,3 % en 1 an.

À Draveil 57 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale. Pourtant on trouve 6 % de logements vacants sur la commune. Il est peut-être temps d’en profiter car les maisons se vendent 2 % moins cher qu’il y a 1 an, pour un prix de 321 100 €.

À Epinay-sur-Orge le prix des maison anciennes diminue de -0,60 % en 1 an. Elle se vendent désormais à 350 100 €.

Pour info : tous les 3 mois Emprunter Malin fait le point sur les prix des maisons et des appartements qui diminuent dans de grandes villes de province.

Les villes du Val-d’Oise (95) où les prix des maison baissent

Pour cette édition, nous trouvons plusieurs ville du Val-d’Oise où les prix des maisons anciennes sont en baisse sur 1 an.

À Sarcelles les notaires constatent que le budget médian descends à 270 600 €, ce qui représente un recul de -11,9 % sur 1 an. On y trouve pourtant 6 % de logements vacants qui tendent les bras aux 18 800 ménages.

A Saint-Ouen-Aumône c’est plus cher : 298 100 €. Un montant qui représente 4,2 % de moins que l’année dernière. Les prix des maisons y sont toutefois en hausse de +8 % sur 5 ans. Il y a donc peut-être des opportunités à saisir pour les jeunes couples, que les banques attirent dans leurs coffres grâce au prêt immobilier.

À Pontoise c’est encore plus cher. Les maisons se vendent en médiane à 330 100 €, en baisse de -12,7 % sur 1 an. Avec sa gare SNCF, sa proximité des universités de Cergy-Pontoise, cette 13e commune de 31 000 habitants a de quoi séduire.

Vous avez un votre projet immobilier ?

Tous les mois, plus de 2000 personnes font une simulation sur Emprunter Malin.

Fabien Belleinguer
Fabien Belleinguer
Auteur sur le site emprunter–malin.com. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.