AccueilMarché immobilierCes villes d'Île-de-France où les prix des maisons diminuent

Ces villes d’Île-de-France où les prix des maisons diminuent

En 1 an les prix des maisons ont augmenté de +7,1 % en région parisienne (source notaires), mais pas partout. Certaines communes ont vu le montant des transactions diminuer, même proches de grandes aires urbaines. Voici au moins une ville dans chacun des 4 départements de la grande couronne où les notaires constatent une baisse du prix de vente médian.

3 villes des Yvelines (78) où les prix des maisons reculent

À Villepreux les nouveaux propriétaires ont déboursé 664 500 € pour acheter une maison ancienne. Question de budget ou véritable baisse des prix, ils l’ont emporté à -0,9 % par rapport à leurs prédécesseurs d’il y a 1 an. Peut-être des opportunités à saisir pour les jeunes couples, que les banques attirent dans leurs coffres grâce au prêt immobilier.

À Versailles il faut prévoir un budget de 977 000 €, ce qui représente une baisse de -5,9 % en 1 an. Il faut dire qu’il y a 7 % de logements vacants sur la commune, les 37 365 ménages se répartissent dans 42 148 logements.

Pour s’offrir une maison à Chatou il faut compter 664 500 € de médiane. Les notaires constatent que ce budget est en retrait de -3,4 % par rapport à 5 ans en arrière. Pour ce prix, on trouve tout de même 60 % de ménages propriétaires.

En Seine-et-Marne (77), proche des zones économiques

C’est en Seine-et-Marne que l’on trouve les maisons les moins chères d’Île-de-France. En cette période de traumatisme post-confinement, elles sont très demandées. Pourtant au cours de cette mise à jour on trouve quelques villes de Seine-et-Marne où les prix des maisons diminuent.

À Meaux la transaction médiane atteint 276 000 € ce qui est 8,9 % de moins qu’il y a 5 ans, de quoi redonner du pouvoir d’achat aux accédants à la propriété.

À Coulommiers les notaires constatent que les maisons anciennes changent de main pour 184 400 €. Un montant qui diminue de -15,2 % sur 1 an, sans doute de quoi profiter des 10 % de logements vacants et d’ajouter sa famille au solde naturel de la population, qui est de 0,2 % selon l’INSEE.

À Champs-sur-Marne, le développement s’active autour de la gare commune avec Noisy-le-Grand. Les maisons se vendent à 360 900 €, un chiffre en progression de +18,8 % sur 5 ans, mais en recul de -5,3 % sur 1 an.

Ces villes d’Essonne (91) où les maisons sont moins chères

C’est à Ris-Orangis que l’on trouve l’une des plus fortes baisse des prix des maisons anciennes de l’Essonne. Les 11 300 ménages se partagent 12 000 logements, avec un taux de vacance de 4,7 %. C’est dans ce contexte que les maisons se vendent en médiane à 250 300 €, pour une baisse de -4 % en 1 an.

À Corbeil-Essonnes seuls 39 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale. Pourtant il y a 8,7 % de logements vacants sur la commune. C’est peut-être ce qui explique que les maisons se vendent 1,2 % moins cher qu’il y a 1 an, pour un prix de 226 500 €.

Pour info : tous les 3 mois Emprunter Malin fait le point sur les prix des maisons et des appartements qui diminuent dans de grandes villes de province.

Les maison pas chères du Val-d’Oise (95)

Pour cette édition, nous trouvons une poignée de ville du Val-d’Oise où les prix des maisons anciennes sont en baisse sur 1 an.

À Saint-Leu-la-Forêt les notaires constatent que le budget médian atteint 375 000 €. Il s’agit d’un recul de -3 % sur 1 an, mais d’une progression de +11,5 % sur 5 ans. Pas étonnant car avec 4,8 % de logements vacants, la commune se situe en dessous de la moyenne nationale.

A Bezons il faudra prévoir 345 500 €, ce qui représente 2,6 % de moins que l’année dernière. Les prix des maisons sur cette commune de 20 000 habitants restent tout de même en hausse de +14,2 % sur 5 ans.

À Sannois c’est plus cher. Les maisons se vendent en médiane à 365 800 €, en baisse de -1,5 % sur 1 an. Pourtant les habitants profitent d’une densité honnête pour l’Ile-de-France, 1 km2 sera partagé par 5778 habitants seulement.

Fabien Belleinguer
Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement. Si vous avez des questions, contactez-moi.
Ceci va aussi vous intéresser :

1 COMMENTAIRE

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Devis Credits Gratuits !

Dernière mises à jour !